En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

colibri

Colibri
Colibri

Fascinants par leur taille minuscule, les colibris, qui passent de fleur en fleur pour trouver le nectar qui constitue l'essentiel de leur alimentation, sont capables d'un vol extrêmement performant et rapide. Battant des ailes plusieurs dizaines de fois par seconde – de sorte, qu'en vol, il est impossible de distinguer ces dernières –, les « oiseaux-mouches », comme ils sont surnommés, sont les seuls oiseaux à savoir voler en marche arrière.

1. La vie des colibris

1.1. De petits oiseaux amateurs de nectar

Indépendants et plus ou moins agressifs, les colibris vivent en général en populations lâches. Ils présentent, selon les espèces, diverses manières de se nourrir et d'occuper l'espace. Les « territoriaux » exploitent des végétaux à fleurs très riches en nectar et ont tendance à se contenter de territoires restreints qu'ils défendent âprement à coups de bec contre tout intrus. Ils se déplacent peu, à l'inverse des « trappeurs » qui, s'intéressant à des fleurs moins mellifères, doivent nécessairement couvrir davantage de terrain pour subvenir à leurs besoins. Les « généralistes » ne se contentent pas seulement du nectar des fleurs ; ils sucent aussi le jus s'écoulant des fruits abîmés ou trop mûrs, capturent des insectes en vol ou explorent les fleurs et les feuilles à la recherche de ceux qui se seraient englués dans le suc. Les colibris « chapardeurs » pillent même les toiles d'araignée, dont ils s'approprient adroitement les victimes. Pour recueillir le nectar, les colibris « perceurs », comme le colibri féerique, Heliothryx barroti, ou le colibri à épaulettes, Eupherusa eximia, percent la base des longues corolles, car leur bec est trop court pour s'introduire jusqu'au fond.

Une langue pour récolter le nectar

Une langue pour récolter le nectar



La langue des colibris est un remarquable outil. La scission en deux branches, l'enroulement des bords en deux gouttières longitudinales et la présence de fines excroissances favorisent la rétention du suc des fleurs. La langue est également protractile, c'est-à-dire capable de saillir nettement hors du bec, grâce aux deux muscles latéraux de la langue qui passent sous le crâne, puis remontent par-dessus pour se fixer enfin à la hauteur des fosses nasales, tout près de la base du bec.

Des oiseaux polygames

Chaque année, à la saison des amours, la recherche d'un ou d'une partenaire est l'occasion de parades ritualisées. Dans les forêts tropicales à la végétation dense, le mâle se contente souvent de démonstrations assez statiques, préférant demeurer immobile et se fier à sa voix pour séduire une femelle. Pourtant, la plupart des colibris sont de si piètres chanteurs qu'ils doivent unir leurs faibles gazouillis pour être audibles. Ces chœurs réunissent plus de cent participants chez l'ermite à brins blancs, Phaethornis superciliosus. Ailleurs, la parade des mâles donne lieu à un véritable ballet aérien auquel s'associe généralement la femelle. Toutefois, les femelles de certaines espèces se posent plus volontiers sur une branche proche pour assister aux évolutions de leur mâle.

Après l'accouplement, la femelle abandonne le mâle. Elle assumera seule les exigences de la ponte, de la couvaison et de l'élevage des jeunes.

1.2. Un nid construit par la femelle

Installé sur une fourche d'arbre, sur une liane, dans un cactus ou à l'extrémité d'une large feuille (sur sa face inférieure), le nid du colibri, très élaboré chez certaines espèces, peut être très volumineux, représentant jusqu'à vingt fois la taille de l'oiseau. Mais il se réduit parfois à une délicate cupule, guère plus grosse qu'une demi-noix.

Le nid est l'œuvre exclusive de la femelle. Celle du colibri lucifer, Calothorax lucifer, n'attend d'ailleurs pas d'avoir trouvé un partenaire pour en réaliser la construction. Réunissant de la mousse, des fibres, des tigelles, des brins d'herbe, des débris d'écorce, de la bourre et même du duvet, elle élabore rapidement un édifice soigné. Il faut une quinzaine de jours et des centaines d'allers et retours à la femelle du saphir à oreilles blanches, Hylocharis leucotis, pour bâtir la douillette coupe de mousse dont elle fixe l'assise à l'aide de toiles d'araignée et qu'elle tapisse de poils fins, prélevés sur des galles du chêne.

Récolte tous azimuts

Pour rendre le nid le plus confortable possible, les colibris utilisent des matériaux variés. Les lichens sont très recherchés, car ils offrent à la fois un camouflage précieux et une bonne protection contre les infiltrations d'eau de pluie. Les qualités adhésives des fils et des toiles tissés par les araignées et certaines chenilles servent tantôt à ceinturer les divers éléments du nid, tantôt à fixer celui-ci sur son support, notamment lorsque la construction est élaborée à l'extrémité d'une feuille retombante. Dans ce dernier cas, les observateurs ont noté que la longueur de la feuille choisie et la façon dont elle retombe sont des paramètres fondamentaux : il ne faut pas que la feuille soit susceptible d'être retournée par le vent, ce qui condamnerait les œufs.

La femelle du colibri thalassin, Colibri thalassinus, laisse pendre, à l'extérieur de son nid, des brins d'herbe dont la verticalité favorise l'écoulement des gouttes de pluie.

Tous les matériaux sont bons, qu'ils soient d'origine végétale, animale ou humaine. Au Costa Rica, des colibris ont été observés prélevant des cheveux sur la tête d'observateurs parfaitement immobiles, sans doute pour en tapisser l'assise de leur nid, comme s'il s'agissait de bourre végétale. Dans certains cas, des colibris se livrent au pillage de nids d'autres espèces. Une femelle de colibri thalassin a ainsi été vue profiter des absences de la propriétaire d'un nid occupé par des petits pour y voler de la mousse.

1.3. Des centaines de voyages pour nourrir les poussins

Ce sont le plus souvent deux œufs qui sont pondus, à 48 heures d'intervalle. Comparativement à la taille de certains colibris, ces œufs sont assez volumineux, bien que leur poids soit, en moyenne, compris entre 0,4 et 1,4 g à peine. Les plus petits œufs de colibris mesurent entre 8 et 11 mm de long, ce sont ceux du colibri d'Hélène, Mellisuga helenae ; les plus gros, ceux du colibri géant, Patagona gigas, peuvent atteindre 20 mm. Quelle que soit l'espèce considérée, les œufs sont toujours d'un blanc uni et de forme elliptique. Leur taille ne les prive cependant pas d'une résistance satisfaisante aux menus accidents qui peuvent se produire, par exemple à l'occasion de coups de vent.

L'incubation nécessite de deux à trois semaines. Durant cette période, la femelle ne dispose que de brefs moments de répit pour trouver à se nourrir. Comme elle est seule à couver – le mâle, généralement, n'assure pas le relais même si quelques exceptions existent –, toute variation trop importante de température en son absence menace les embryons. L'assiduité de la femelle à couver se traduit dans certains cas par la persistance à couver durant plusieurs semaines des œufs non fécondés et dépourvus d'embryon, ou dont l'embryon est mort.

À l'éclosion, les poussins de colibris brisent leur coquille par des coups répétés qu'ils donnent de leur bec court. Très vite, celui-ci se développe, facilitant ainsi le nourrissage des petits par la femelle. Comme tous les oiseaux nidicoles (littéralement « qui aiment le nid »), les jeunes colibris sortent de l'œuf à un stade de développement peu avancé et doivent achever leur croissance en demeurant à l'abri du nid. Les poussins sont presque nus à l'éclosion, si l'on excepte de rares plaques d'un court duvet. Leurs paupières sont soudées et leurs globes oculaires se devinent sous la peau fine et quasi transparente. Au tout début de leur existence, les poussins ne réagissent donc nullement à la vue de leur mère. Ce sont les vibrations qu'elle imprime au nid lorsqu'elle se pose au bord de ce dernier qui stimulent la nichée. Les petits dressent le cou, d'abord obliquement en raison de la faiblesse de leurs muscles, puis verticalement, le bec largement ouvert. Quand leurs yeux s'ouvrent, au bout d'une semaine environ, les jeunes pointent tout naturellement leur bec vers leur mère.

Lorsque la femelle du colibri part à la recherche de nourriture, elle stocke les matières alimentaires qu'elle récolte dans la partie supérieure de son tube digestif. Il s'agit de nectar, pur ou mêlé de minuscules insectes vite ramollis par un début de digestion. De retour au nid, elle distribue la nourriture à ses poussins par régurgitation dans le gosier béant de ses petits, en y enfonçant profondément le bec. Allant et venant sans cesse durant cette période où les jeunes dépendent totalement d'elle pour leur survie, la femelle renouvelle l'opération deux ou trois fois chaque heure, soit plusieurs dizaines de fois par jour.

Après environ deux à trois semaines, les petits colibris abandonnent le nid. Ils sont alors capables de voler et se livrent à des simulacres de vols nuptiaux, véritables exercices d'entraînement qui annoncent les futures parades.

1.4. Voler aussi en reculant

Qu'il s'agisse de parcourir un territoire, de se livrer à des déplacements migratoires à la recherche de nourriture ou d'attirer l'attention d'une femelle, l'existence du colibri se déroule essentiellement dans les airs. Au cours de toutes ses activités, le colibri se déplace à la force de ses ailes. Il est assez rare de voir cet oiseau marcher, et, même lorsqu'il lui faut changer de place sur une branche, il préfère voler brièvement plutôt que d'avoir recours à ses modestes pattes.

Malgré sa petite taille, il est un authentique champion du vol et sa vitesse est surprenante. Selon des études pratiquées en soufflerie citées par l'Américain Scott Weidensaul, le colibri à gorge rubis, Archilochus colubris, atteint 43 km/h, et quelques espèces tropicales vont jusqu'à 70 km/h. Certains ornithologues estiment que les colibris seraient capables de voler à 95 km/h ou même de dépasser les 100 km/h dans la nature, sans doute aidés par de puissants vents favorables.

Les colibris sont, par ailleurs, les seuls oiseaux au monde capables de voler en marche arrière.

Un rythme spectaculaire

L'oiseau-mouche peut filer droit dans les airs, pratiquer le vol stationnaire ou reculer en modifiant simplement l'incidence de ses ailes, c'est-à-dire leur angle d'attaque dans l'air. Mais, quel que soit le mode de vol qu'il choisit, le rythme de ses battements d'ailes, incroyablement rapide, ne varie pas. De l'ordre d'une cinquantaine ou d'une soixantaine par seconde, l'ornithologue français J. Berlioz en retient les valeurs de 78 et même 200 – ce qui constituerait le record absolu – chez certaines espèces.

1.5. Milieu naturel et écologie

L'altitude et la latitude importent peu aux colibris, que l'on rencontre sur tout le continent américain, de l'Alaska à la Terre de Feu, des forêts de plaines aux hautes montagnes. Le colibri détenteur du record d'altitude est le métallure de Stanley, Chalcostigma stanleyi, qui vit sur les pentes des volcans équatoriens, au-dessus de 3 800 m.

Aux épaisses forêts tropicales, les colibris préfèrent souvent les milieux moyennement boisés, les habitats ouverts parsemés de buissons, ou même les régions subdésertiques. En effet, ces oiseaux qui nichent souvent à moins de cinq mètres du sol s'accommodent mal des très grands arbres. De plus, les forêts pluviales ne recèlent pas toujours les fleurs qui leur conviennent.

Les colibris sont plus rares dans les régions arides. Ainsi, le saphir Xantus, Hylocharis xantusii, qui vit dans la presqu'île de Basse-Californie, à la très maigre végétation, et le colibri à queue courte, Myrmia micrura, qui fréquente le littoral aride du sud de l'Équateur et du nord-ouest du Pérou, sont des cas extrêmes. Se nourrissant du suc des cactées, ils dépendent du pic des cactus (Melanerpes cactorum) ou de certains insectes aux puissantes mandibules pour entamer l'enveloppe épaisse de ces plantes coriaces.

Le colibri roux, Selasphorus rufus, qui atteint l'Alaska, est l'espèce la plus septentrionale. L'espèce qui s'étend le plus au sud est le colibri du Chili, Sephanoides sephaniodes. Présent à l'ouest de la cordillère des Andes, il atteint la Patagonie. On l'observe en Terre de Feu et jusqu'aux îles Malouines.

D'amples mouvements migratoires

Ces oiseaux-mouches aux répartitions extrêmes qui nidifient dans les régions tempérées n'y disposent souvent plus d'une nourriture assez abondante, en hiver quand fleurs et insectes se raréfient. L'arrivée de la mauvaise saison est l'occasion de mouvements migratoires dont l'ampleur peut surprendre si l'on considère la petitesse de ces oiseaux. Pourtant, leurs performances sont élevées et leur musculature autorise des déplacements rapides et à grande échelle. Le colibri roux, par exemple, niche sur une étroite bande depuis l'Alaska jusqu'à l'Arizona et hiverne au Mexique. Les trajets les plus spectaculaires sont accomplis par le colibri à gorge rubis, Archilocus colubris, qui occupe en été la moitié est des États-Unis et l'extrême sud-est du Canada, et hiverne au sud du Mexique et en Amérique centrale. Ces oiseaux sont parfois victimes d'un coup de froid tardif une fois revenus sur leurs lieux de nidification les plus septentrionaux.

Certains parmi les colibris se contentent de voler au-dessus des terres ou de longer la côte du golfe du Mexique. D'autres oiseaux relient la Floride à la péninsule mexicaine du Yucatán, parcourant plus de mille kilomètres d'une traite au-dessus des flots.

Une bonne résistance au froid

Au Québec, l'ornithologue Arthur C. Bent a observé des colibris ayant résisté à une température inférieure à 0 °C pendant plusieurs jours et à un enneigement de 15 cm ; les oiseaux se nourrissaient alors de menus insectes engourdis.

Les colibris sédentaires habitant des zones montagneuses intertropicales, à plusieurs milliers de mètres d'altitude dans les Andes, présentent une adaptation aux baisses nocturnes de température. Leur métabolisme chute et ils entrent dans une léthargie accompagnée d'un ralentissement des rythmes respiratoire et cardiaque, avec baisse de la température interne. Chez le colibri de Clémence, Lampornis clemenciae, on compte de 480 à 1 200 battements cardiaques à la minute, pour une température ambiante de l'ordre de 30 °C dans la journée. La nuit, lorsque la température a chuté de moitié, son rythme cardiaque tombe à 36 pulsations à la minute.

Un engourdissement provisoire est également constaté chez certains colibris, dont le métallure à gorge de feu (Metallura eupogon). Chez ces espèces montagnardes, la température corporelle nocturne est légèrement inférieure à 20 °C, c'est-à-dire à la moitié de la température diurne.

Des oiseaux pollinisateurs

Seuls oiseaux du Nouveau Monde à se nourrir essentiellement de nectar, les colibris jouent un rôle certain dans la pollinisation. Il reste à prouver que certaines fleurs ne pourraient exister sans les colibris qui, eux-mêmes, disparaîtraient en l'absence de ces fleurs ; mais il est établi que quelques fleurs, dont celles à corolle tubulaire, ont besoin d'espèces de colibris déterminées pour assurer leur pollinisation dans des proportions importantes. Des adaptations botaniques sont apparues sur certaines fleurs. Ainsi, tant qu'une fleur de Centropogon n'est pas visitée par un colibri, ses étamines sont orientées vers le bas. Lorsqu'un colibri vient en prélever le nectar, son crâne heurte les étamines et se couvre de pollen ; ces dernières se relèvent alors et dégagent le pistil, qui pourra recevoir à son tour le pollen véhiculé par un autre colibri. De même, lorsque le campyloptère violet, Campylopterus hemileucurus, visite une fleur de Rasizea spicata, le pistil, d'abord relevé, s'abaisse dès que les étamines ont été délestées de leur pollen.

De rares prédateurs

En raison de leur petite taille et de leur vol extrêmement véloce, les colibris n'ont pour ainsi dire pas de prédateurs réguliers. De plus, ils se montrent fort agressifs et n'hésitent pas à foncer sur rivaux, intrus ou prédateurs, en cherchant à les piquer avec le bec, avant de s'esquiver prestement.

Les plus gros d'entre eux sont parfois la proie de certains faucons, et les serpents arboricoles s'attaquent de nuit aux colibris somnolents. Enfin, les petites espèces seraient susceptibles de se prendre dans les grosses toiles d'araignées. Le chercheur Scott Weidensaul cite également des captures occasionnelles par des libellules, des mantes religieuses, et même par des poissons et des grenouilles, qui s'empareraient des colibris pendant leur bain.

2. Zoom sur... le colibri circé

2.1. Colibri circé (Cynanthus latirostris)

Long de 10 cm environ, le colibri circé appartient à l'une des plus grandes espèces de colibris – ces derniers mesurent, dans leur grande majorité, de la pointe du bec à celle de la queue, entre 6 et 11 cm. Cette petite taille, combinée à leur vol bourdonnant, est à l'origine de leur surnom d'oiseaux-mouches.

Les colibris ont tous les mêmes caractéristiques fondamentales. Le colibri circé, comme la plupart des colibris, porte des plages plus ou moins étendues de couleurs chatoyantes, souvent concentrées sur la gorge et sur la tête. Ce sont elles qui ont justifié les noms de pierres précieuses souvent attribués aux oiseaux-mouches : saphir, émeraude ou rubis. Ces superbes couleurs aux reflets métalliques sont dues à la diffraction des rayons lumineux produite par la structure particulière des cellules des plumes. Sous un certain angle d'attaque de la lumière, les longueurs d'onde sont intensifiées ; en revanche, quand l'angle cesse d'être correct, les couleurs, en quelque sorte, s'éteignent. En conséquence, les plumes irisées d'un colibri peuvent tantôt paraître éclatantes, tantôt demeurer sombres et ternes. La microstructure des plumes des colibris est particulière à ces oiseaux. Les rectrices, ou plumes caudales (de la queue), au nombre de dix, sont souvent assez courtes et donnent à la queue une forme modérément échancrée.

Le bec peut mesurer de 6 à 11 mm.  Chez le colibri circé, il est assez long ; recourbé, il facilite le prélèvement du nectar dont se nourrit l'oiseau dans les longues corolles des fleurs.

Les pattes sont courtes et possèdent des os minces. Les doigts sont terminés par des ongles incurvés et pointus qui assurent aux colibris une préhension correcte des supports.

De par leur taille, les colibris ont dû faire face à de nombreux problèmes physiologiques. Ils sont, comme les petits mammifères, confrontés à un rapport défavorable entre leur poids et leur surface corporelle ; c'est-à-dire que, si le corps des colibris est petit, sa surface relative est importante et entraîne une grande déperdition de chaleur. On comprend donc que ces oiselets aient besoin d'énormément d'énergie pour maintenir leur chaleur interne, légèrement supérieure à 39 °C, d'où une consommation d'oxygène très élevée, de trois à huit fois supérieure, au repos, à celle d'un petit passereau. En conséquence, circulation sanguine et échanges gazeux sont respectivement assurés par un cœur volumineux, une grande surface pulmonaire et des bronches larges. Scott Weidensaul compare, en ce domaine, le corbeau et le colibri : le premier possède un cœur représentant 1 % de la masse corporelle et battant 340 fois par minute, ces valeurs étant respectivement, chez le colibri, de 2,5 % et de 1 200. En outre, les globules rouges, qui véhiculent l'oxygène, sont proportionnellement plus nombreux et plus gros que ceux d'autres oiseaux.

Les colibris récoltent le nectar nourricier d'une façon bien particulière. Leur langue est bifide, rainurée et terminée par de menues excroissances qui retiennent le suc des plantes. Elle est protractile et suffisamment allongée pour dépasser la longueur du bec lorsque l'oiseau s'alimente. Elle fonctionne comme une éponge que le colibri plonge dans le calice de la fleur et ramène imbibée de nectar. Lorsqu'elle est replongée dans la corolle, elle est débarrassée du liquide en étant comprimée à la sortie du bec. Le mouvement d'avant en arrière qui anime la langue est extraordinairement rapide et très efficace.

Du fait qu'ils consomment une grande proportion d'aliments liquides, les colibris possèdent un système digestif adapté. Le gésier est réduit puisqu'il ne broie pas de graines, et l'intestin, en l'absence de fibres à digérer, est fort court et peut ne mesurer que 5 cm. Enfin, le nectar contenant une très forte proportion d'eau, les reins des colibris se sont adaptés pour parvenir à éliminer dans de bonnes conditions une quantité d'eau dont le poids quotidien atteint les quatre cinquièmes de celui de l'oiseau.

COLIBRI CIRCÉ

COLIBRI CIRCÉ

Nom (genre, espèce) :

Cynanthus latirostris

Famille :

Trochilidés

Ordre :

Apodiformes

Classe :

Oiseaux

Identification :

Très petite taille ; long bec fin ; plumage à reflets métalliques ; vole sur place et à reculons

Longueur :

10 cm

Poids :

De 3 à 4 g

Répartition :

États-Unis (sud de l'Arizona et du Nouveau-Mexique), Mexique

Habitat :

Régions arides et accidentées, collines boisées

Régime alimentaire :

Nectarivore et insectivore

Structure sociale :

Polygame

Maturité sexuelle :

À un an

Saison de reproduction :

Variable selon la latitude ; du début du printemps jusqu'à l'automne

Durée de l'incubation :

Une vingtaine de jours

Nombre de jeunes par couvée :

2

Longévité :

Jusqu'à 7 ans en captivité

Effectifs :

Inconnus avec précision ; entre 500 000 et 5 millions d'individus

Statut :

Espèce non menacée

Remarque :

Espèce migratrice dans le nord de son aire de répartition

 

2.2. Signes particuliers

Bec

Le bec du colibri est adapté à son régime alimentaire. Il est habituellement très fin, assez long et pointu et peut servir à sucer le nectar, à recueillir le suc des fruits, à prélever adroitement un arthropode, insecte ou araignée. Il est parfois utilisé comme une arme lors de querelles territoriales ou face à des intrus, voire à des agresseurs.

Plumage

Le magnifique plumage des colibris s'orne de couleurs métalliques qui ne prennent tout leur éclat qu'à la faveur du soleil. Dans l'absolu, les colibris n'ont qu'un nombre peu élevé de plumes. On en a recensé environ 1 000, alors que, à titre de comparaison, le cygne en possède 25 000. Pourtant, le colibri est bien mieux pourvu que le cygne : il compte en effet trois cents plumes par gramme de poids, alors que le cygne n'en compte que quatre par rapport à la même unité.

Ailes

Le vol est rendu possible par un faisceau d'adaptations anatomiques. En dépit de leur ténuité et des contraintes mécaniques auxquelles ils sont soumis, les os sont très résistants. Ceux du « bras » et ceux de l'« avant-bras », humérus, radius et cubitus, sont courts, cependant que les os carpiens et métacarpiens constituant, avec les doigts soudés, la « main », sont allongés. L'articulation de l'épaule est d'une grande souplesse, ce qui permet indifféremment des mouvements des ailes sur les plans vertical et horizontal. Les battements de l'aile sont de type hélicoïdal et font décrire à son extrémité une sorte de huit. Les muscles éleveurs des ailes sont plus développés que chez les autres oiseaux, de façon que la propulsion intervienne aussi bien quand l'aile se relève que quand elle s'abaisse. Par ailleurs, comme l'aile peut pivoter autour de l'axe de l'épaule, elle parvient à s'orienter de telle sorte que la face supérieure de l'aile, autant que la face inférieure, puisse assurer un rôle moteur.

Pattes

Les pattes ont beau être toutes petites, elles se révèlent néanmoins efficaces lorsqu'il s'agit de se percher. Les colibris peuvent se percher pour se reposer, dormir ou même se nourrir. Tous ne pratiquent pas systématiquement le vol stationnaire pour prélever le nectar des fleurs.

3. Les autres espèces de trochilidés

La famille des trochilidés (selon les classifications appartenant à l'ordre des apodiformes ou constituant l'unique famille de l'ordre des trochiliformes) réunit une centaine de genres (soumis à de fréquentes modifications). Plus de 330 espèces ont été décrites (338 en 2007), traduisant la diversité des colibris, que les ornithologues répartissent en 2 sous-familles : les trochilinés (colibris typiques), qui réunissent la grande majorité des espèces (environ 300), et les phaethornithinés (ermites), représentés par une trentaine d'espèces seulement.

Les espèces de colibris sont trop nombreuses pour être toutes citées. Celles mentionnées ci-dessous sont les plus représentatives ou les plus spectaculaires. Leurs noms français ont de nombreux synonymes, mais tous les trochilidés pourraient s'appeler colibris tant ils ont de points communs.

3.1. Sous-famille des trochilinés

Cette sous-famille rassemble la grande majorité des espèces : un peu plus de 300, réparties en environ 96 genres. Ces espèces, caractérisées par un dimorphisme sexuel marqué, occupent une aire qui s'étend du nord de l'Amérique du Nord (Alaska, Labrador) au sud de l'Amérique du Sud (Terre de Feu, en Argentine).

Émeraude de Ricord (Chlorostilbon ricordii)

Identification : queue fourchue.

Répartition : Cuba, Bahamas.

Colibri à tête noire (Trochilus polytmus)

Identification : 24 cm, court bec orange, 2 longues rectrices formant traîne croisées en lames de ciseaux, plumage vert, tête noire.

Répartition : Jamaïque, Antilles britanniques.

Coquette paon (Lophornis pavonina)

Identification : 9 cm, bec court, 2 touffes de plumes vertes terminées par une pastille noire sur les joues, de chaque côté de la tête.

Répartition : Guyane.

Coquette à raquettes (Discosura longicauda)

Identification : 2 rectrices externes allongées et réduites au tuyau central en leur milieu.

Répartition : nord de l'Amérique du Sud, à l'est des Andes.

Colibris stricto sensu (Genre colibri)

4 espèces seulement appartiennent au genre Colibri. Ce sont : le colibri de Delphine, Colibri delphinae ; le colibri thalassin, Colibri thalassinus ; le colibri anaïs, Colibri coruscans ; le colibri à oreilles mauves (appelé aussi colibri à ventre blanc), Colibri serrirostris.

Répartition : de l'Amérique centrale au nord de l'Argentine.

Colibri cramoisi, ou colibri topaze (Topaza pella)

Identification : 19 cm, bec assez long, légèrement arqué ; 2 longues plumes croisées à la queue ; plumage rouge moiré de vert, gorge verte.

Répartition : des Guyanes à l'Équateur.

Colibri porte-épée (Ensifera ensifera)

Identification : bec et corps, 11 cm chaque ; plumage vert, tête grenat sombre.

Répartition : Andes, du Venezuela au Pérou.

Colibri géant (Patagona gigas)

Identification : le plus grand des colibris ; 22 cm pour un poids de 20 g ; bec assez long presque droit ; plumage terne brunâtre ou fauve.

Répartition : Andes, de l'Équateur au Chili et à l'Argentine.

Loddigésie admirable (Loddigesia mirabilis)

Identification : 16 cm, corps petit, longue queue à deux plumes centrales allongées et deux plumes plus longues, filiformes sauf à leur extrémité en forme de disque.

Répartition : nord du Pérou.

Colibri sapho (Sappho sparganura)

Identification : 17 cm, bec court, longue queue fourchue à plumes rouges étagées ; plumage vert et rouge.

Répartition : Andes, Bolivie et nord de l'Argentine.

Métallure arc-en-ciel (Chalcostigma herrani)

Identification : 11 cm, bec court et fin, huppe orange, bavette triangulaire.

Répartition : Colombie, Équateur.

Colibri roux (Selasphorus rufus)

Identification : 10 cm, bec court, gorge rouge, dos et ventre orangés, poitrine blanche.

Répartition : nord-ouest des États-Unis et ouest du Canada.

Colibri à gorge rubis (Archilochus colubris)

Identification : 9 cm, bec court, dos et crâne verts, ventre blanc, gorge du mâle rouge.

Répartition : est des États-Unis et sud du Canada.

Colibri de Costa (Calypte costae)

Identification : 9 cm, bec court légèrement renflé au bout, dos vert, ventre blanc, crâne et double cravate violets.

Répartition : sud des États-Unis, nord-ouest du Mexique.

Colibri d'Hélène (Mellisuga helenae)et colibri verveine (Mellisuga minima)

Identification : les plus petits des colibris et des oiseaux ; en moyenne 6 cm bec compris pour un poids de 2 g environ. C'est le mâle du colibri d'Hélène qui détient le record du plus petit oiseau, avec une taille moyenne de 5,5 cm.

Répartition : Grandes Antilles ; colibri d'Hélène : Cuba et île de la Jeunesse ; colibri verveine : Jamaïque et Haïti.

3.2. Sous-famille des phaethornithinés

Environ 34 espèces d'ermites et de becs-en-faucille, réparties en 6 genres : Phaethornis (genre type de la sous-famille), Eutoxeres, Rhamphodon, Anopetia, Threnetes, Glaucis.

Ces colibris se répartissent du sud du Mexique au nord de l'Argentine.

Ermite à ventre jauni (Phaetornis syrmatophorus)

Identification : 15 cm, long bec recourbé, plumage fauve, reflets verts sur le dos, 2 barres claires encadrent l'œil.

Répartition : Colombie, Équateur.

Ermite à brins blancs (Phaethornis superciliosus)

Identification : 15 cm, long bec recourbé, longue queue dont dépassent des plumes blanches, plumage brun avec des reflets bronze.

Répartition : entre le tropique du Cancer et l'Équateur.

Bec-en-faucille aigle (Eutoxeres aquila)

Identification : 12 cm, bec recourbé presque en demi-cercle, plumage vert et brun.

Répartition : du Costa Rica à l'Équateur.

4. Origine et évolution des colibris

Les colibris, ou oiseaux-mouches, sont un groupe très homogène malgré des différences apparentes. importantes. La multitude d'espèces de colibris qu'abritent aujourd'hui les régions tropicales du Nouveau Monde permet de supposer que ces oiseaux y sont présents depuis des millions d'années. Mais les conditions climatiques et biologiques, ainsi que la chimie du sol de ces régions, ne facilitent pas la fossilisation de ces oiseaux, dont le délicat squelette et la toute petite taille se prêtent déjà mal à un tel processus. Le plus ancien fossile de colibri retrouvé sur le continent américain l'a été en Amérique du Sud, et date de 1,8 million d'années. Pourtant, des preuves paléontologiques montrent que le groupe remonte à plusieurs dizaines de millions d'années. En effet, un fossile de colibri originaire du sud de l'Allemagne, décrit sous le nom d'Eurotrochilus inexpectatus en 2004, a été daté de quelque 30 millions d'années. En 2007, deux fossiles de même âge, également classés dans le genre Eurotrochilus et originaires du Luberon, dans le sud de la France, ont été décrits. Ces Eurotrochilus sont les plus anciens fossiles de colibris connus à ce jour ; ce sont aussi les seuls à avoir été découverts en-dehors du continent américain.

Face aux informations encore très parcellaires que l'on possède sur l'évolution de ces oiseaux minuscules, les paléo-ornithologues en sont réduits à des suppositions, fondées sur des études génétiques. Placés selon certaines classifications dans un ordre à part – celui des trochiliformes –, les colibris sont traditionnellement classés dans l'ordre des apodiformes aux côtés des martinets, en raison de la structure particulière de leurs ailes. Au sein de ce dernier, ils forment une famille unique, celle des trochilidés, qui réunit les plusieurs centaines d'espèces décrites (338 espèces en 2007).

5. Les colibris et l'homme

Naturalisés et montés en bijoux ou exposés en décor, ces minuscules oiseaux étaient, au xixe siècle, la coqueluche des salons. La mode est passée, et ils sont encore nombreux ; mais, aujourd'hui, ils dépendent du bon vouloir des hommes, ne s'adaptant pas toujours quand ceux-ci détruisent leur habitat et les privent de leurs sources de nourriture habituelles.

5.1. Le colibri d'Arica

Le colibri d'Arica, Eulidia yarrellii, long de 8 cm en moyenne et dont le mâle est vert sur le dos, blanc en dessous et porte une bavette bleu violacé, n'existe que dans les environs d'Arica, petite ville du nord du Chili, au milieu d'une région particulièrement aride. On le trouve uniquement dans deux vallées – les vallées Lluta et Azapa – et, bien qu'il y soit plus rare, dans les jardins mêmes d'Arica. L'histoire du colibri d'Arica n'est pas connue avec précision, mais il semble qu'il ait vécu dans plusieurs autres vallées fertiles avant qu'elles ne soient cultivées. Ils se nourrissent du nectar des fleurs des arbustes indigènes des vallées Lluta et Azapa et, dans les jardins, essentiellement de celui des fleurs d'hibiscus et de lantanas.

 Depuis le milieu du xxe siècle, époque à laquelle on pouvait parfois observer jusqu'à une centaine d'oiseaux se nourrissant en même temps – bien que cet oiseau cherche habituellement sa nourriture en solitaire –, la population de colibris d'Arica a vertigineusement chuté. L'espèce, devenue rare, est aujourd'hui menacée, de par son aire de répartition très réduite et parce que la mise en culture intensive des vallées où elle vit ne laisse que peu d'îlots de végétation intacts comprenant les arbustes qu'elle « butine ». Le colibri d'Arica est inscrit en Annexe II de la Cites (Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction) ; l'exportation de tout spécimen est strictement contrôlée.

5.2. Très prisé au xixesiècle

Les colibris ont commencé à souffrir des agissements de l'homme au xixe siècle. Leur petite taille, leurs teintes éclatantes et leur plumage parfois extravagant étaient idéals pour en faire des accessoires de mode. En vogue surtout à Paris, New York et Londres, des colibris naturalisés apparurent comme éléments de décoration sur les chapeaux des élégantes ou bien, montés en broche, sur leur corsage. Il devint également de bon ton de posséder des compositions « artistiques » avec des colibris présentés sous des globes de verre ou dans des vitrines. Au muséum d'histoire naturelle de Londres, on peut voir l'une de ces vitrines. De très grandes dimensions, elle abrite des centaines de colibris naturalisés de diverses espèces, au milieu d'un décor de forêt vierge.

Vers 1890, un importateur londonien traitait 400 000 colibris annuellement. Curieusement, une si large prédation sur ces oiseaux n'entraîna la disparition que d'une petite dizaine d'espèces de colibris, qui ne sont aujourd'hui connues que par l'intermédiaire de sujets naturalisés au xixe siècle.

5.3. Des pesticides meurtriers

De nos jours, les colibris n'ont plus à souffrir de captures en nombre à des fins lucratives ; pourtant, ils sont peut-être plus gravement menacés qu'au siècle précédent. La déforestation galopante opérée en Amérique centrale et du Sud prive certains colibris de leur habitat et de leurs ressources alimentaires. Les espèces dont la situation est la plus délicate sont évidemment celles dont la spécialisation est la plus poussée : les colibris à long bec, qui sont liés à certaines fleurs, comptent ainsi parmi les premiers visés. Que les végétaux épiphytes, dont ils consomment le nectar des fleurs et qui se développent sur les grands arbres, viennent à disparaître, et leur fin serait inéluctable. Sur la liste rouge des espèces menacées 2007 publiée par l'U.I.C.N. (Union internationale pour la conservation de la nature), une cinquantaine d'espèces sont placées dans diverses catégories de risque, de « quasi-menacée » à « en danger critique d'extinction ».

Les modifications apportées par l'homme au milieu naturel des colibris ont cependant favorisé certaines espèces. Les vergers, par exemple, sont aisément adoptés, car ils offrent du nectar. Mais les grandes plantations et les zones de cultures font l'objet de traitements préventifs ou curatifs à l'aide de produits phytosanitaires qui peuvent être néfastes aux colibris, très sensibles en raison même de leur faible taille. Ainsi les oiseaux-mouches peuvent-ils être affectés par des empoisonnements directs, si le nectar qu'ils consomment a été contaminé par des pesticides, ou indirects, s'ils attrapent des insectes dans une zone traitée. Localement, une parade – hélas très ponctuelle – peut être mise en œuvre. Elle consiste à procurer aux colibris, à l'aide de mangeoires artificielles, une nourriture adaptée, exempte de toute contamination chimique.