En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

Théophile Gautier

Théophile Gautier
Théophile Gautier

Écrivain français (Tarbes 1811-Neuilly 1872).

Figure marquante de la vie littéraire du xixe siècle, Théophile Gautier aborda autant la critique d'art que le conte fantastique ou le récit historique. Grâce à sa théorie de « l'art pour l'art », il est surtout connu pour être le maître du mouvement poétique du Parnasse.

Le romantique engagé

Dès 1814, Théophile Gautier quitte ses « montagnes bleues » des Pyrénées et s'installe avec sa famille à Paris. Au collège Charlemagne, il fait la connaissance de Gérard Labrunie (le futur Gérard de Nerval) avec qui il partage un goût pour les poètes latins dits décadents, les « grotesques ». Il fréquente alors l'atelier du peintre Louis Édouard Rioult (1790-1855) et se destine à une carrière de peintre.

Mais, en 1829, Nerval l'introduit dans les milieux littéraires. Par l'intermédiaire de Pétrus Borel, Gautier rencontre Victor Hugo, lequel lui fait prendre conscience de sa vocation d'écrivain. Lié à la jeunesse romantique, Gautier se passionne pour les débats artistiques et, lors de la bataille d'Hernani en 1830, il se fait le défenseur de Hugo en arborant, le soir de la première représentation, un gilet rouge flamboyant. Cette image aura valeur de symbole et Gautier deviendra bientôt prisonnier de cette légende.

Le conteur fantastique

Quelques mois plus tard, en pleine révolution de juillet 1830, Gautier publie son premier recueil, Poésies. Toutefois, dès 1833, il proclame sa méfiance pour les rêveries sentimentales du romantisme dans un recueil de nouvelles, les Jeunes-France, romans goguenards.

Parallèlement, il montre un vif intérêt pour l'écriture de récits fantastiques. Admirateur d'Hoffmann, Gautier avait publié la Cafetière en 1831. Il va cultiver le genre tout au long de sa carrière, sous la forme de contes ou de nouvelles. Ainsi, on lui doit notamment Omphale (1834), la Morte amoureuse (1836), Fortunio (1837), le Pied de momie (1840), Arria Marcella (1852), Avatar (1856), Jettatura (id.) et Spirite (1865). Le fantastique qui jalonne l'ensemble de l'œuvre du conteur est moins lié aux sujets qu'à leur expression, c'est un fantastique plus esthétique et ironique (plus proche de « l'art pour l'art » prôné par Gautier) que gothique.

Le chantre de la beauté

En 1835, reprenant et développant sa préface d'Albertus (1832), Gautier consacre en effet le principe théorique de « l'art pour l'art » dans sa préface de Mademoiselle de Maupin. L'auteur donne ses mots d'ordre : respect de l'art, culte de la beauté, amour du métier : « L'art, écrit-il, c'est la liberté, le luxe, l'efflorescence, c'est l'épanouissement de l'âme dans l'oisiveté. » Désormais, les outrances romantiques sont bannies ; seule compte la beauté.

Après le succès de l'opéra Giselle (1841) dont il écrit le livret, après les passionnants récits de voyages que sont Tra los montes (1843, publié ensuite sous le titre Voyage en Espagne) et Voyage en Italie (1852), après les vers d'España (1845), Gautier aboutit enfin à la facture ciselée du recueil de poèmes Émaux et Camées (1852). Le sujet importe moins que les mots et leur agencement. À cette date, le Parnasse reconnaît Gautier pour son maître. Peu après, Baudelaire dédiera à son aîné les Fleurs du mal en ces termes : « Au poëte impeccable / Au parfait magicien ès lettres françaises. »

Pour autant, dans cette seconde moitié du xixe siècle, l'œuvre de Gautier ne se limite pas à une recherche formelle confinant à la préciosité. Ce sont aussi d'innombrables chroniques d'art et de littérature qui paraissent dans la Presse d'Émile de Girardin et qui sont bientôt réunies en volumes (les Beaux-Arts en Europe, 1855 ; l'Art moderne, 1856 ; Trésors d'art de la Russie ancienne et moderne, 1859). Ce sont de célèbres romans historiques (le Roman de la momie, 1858 ; le Capitaine Fracasse, 1863). Ce sont encore un récit de voyage (Voyage en Russie, 1866) et un essai (Histoire du romantisme, 1872).

« Les deux Muses de Gautier sont la Volupté et la Mort », écrit Baudelaire. Pour échapper à ces deux tentations qui le hantent, le poète se tournera jusqu'à sa mort vers un rêve de beauté : « l'art pour l'art » sera pour lui un effort de tous les instants pour donner un sens à sa vie, la recherche inquiète du parfait trahissant son désir de rendre éternel ce qui n'est qu'éphémère et provisoire. Aux yeux de Gautier, l'art restera ainsi la seule source de salut dans la morosité des jours.