En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

style

[dossier]

Palladio, la Rotonda, Vicence
Palladio, la Rotonda, Vicence

Résumé du dossier

Ensemble de caractéristiques, résultant de l’application d’un certain système technique ou esthétique, le style est propre aux œuvres d’un artiste (le style d’Ingres), d’une école (le style préraphaélite), d’une région (le style flamand) ou d’une époque (le baroque). On distingue dans l’histoire de l’art occidental : un style ou un art roman, caractérisé, dans sa création majeure – celle des édifices religieux –, par l’expression du sacré et une grande clarté fonctionnelle ; le gothique, qui lui fait suite, et auquel l’usage rationnel de la voûte permet progressivement une exploitation de la lumière dans l’effervescence graphique des croisées d’ogives et arcs, fenêtres, le recours au vitrail, et une présence et un statut nouveau conférés à la sculpture ; le style renaissant, qui se traduit par un retour aux sources antiques et par un système cohérent d’architecture et de décoration, orchestré par un usage de la perspective récemment théorisée ; le maniérisme, forme d’art qui se développe sous l’influence de la « manière » des grands maîtres de la Renaissance ; le baroque, avant tout théâtral et somptueux, qui veut opposer à l’esthétique mesurée et équilibrée de la Renaissance, la recherche du mouvement, le recours aux courbes, volutes, contre-courbes et trompe-l’œil ; le classicisme, qui contrairement au baroque, tend vers une expression de mesure et d’harmonie vibrante, où la colonnade fait figure de manifeste ; le romantisme qui s’élabore ensuite contre la tradition académique du néo-classicisme et fait triompher une certaine expression de spontanéité et de révolte. À l’orée du xxe siècle, en rupture avec l’éclectisme et l’académisme qui le précèdent, le style Art nouveau comporte à la fois une inspiration poétique tournée vers l’imitation de la nature et une discipline rationaliste qui se perçoit notamment dans l’architecture. Par cette dualité, il porte ainsi en lui bon nombre des débats qui rythmeront les différentes périodes de l’art moderne et notamment celui de la coexistence dans la création des recherches du beau et de l’utile.