En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Belgique : activités économiques

Flandre-Occidentale
Flandre-Occidentale

La situation d'une économie belge en reconversion difficile, avec un chômage important, ne doit pas faire oublier un certain nombre de facteurs favorables. Comme pour le reste de l'Europe du Nord-Ouest, ceux-ci reposent sur la qualification de la main-d'œuvre et sur les avantages de la position géographique, mais il faut y ajouter le rôle spécifique de Bruxelles, nullement pénalisée jusqu'ici par la fédéralisation du pays.
Les faiblesses tiennent surtout à la dépendance envers les capitaux extérieurs et à une capacité d'intervention de l'État sensiblement réduite par le poids du remboursement de la dette publique et par la querelle communautaire. En principe, les régions ont pris le relais de l'État fédéral pour le développement économique et l'aménagement du territoire, mais cette décentralisation risque d'accroître les disparités internes.
L'industrie comprend sidérurgie et métallurgie de transformation, textile, chimie et agroalimentaire, mais elle est dans certains secteurs (industrie lourde, textile) et dans certaines régions (Wallonie surtout) en crise. L'agriculture emploie peu d'actifs (2 %), mais est très intensive, associant céréales, plantes industrielles (betterave) et élevage bovin et porcin. Les services, diversifiés (importante infrastructure de transports), occupent plus des deux tiers des actifs, proportion liée (en grande partie) au taux élevé d'urbanisation, à la densité d'un réseau urbain bien hiérarchisé.

1. L'agriculture

L'agriculture n'occupe plus qu'une place mineure dans l'économie belge. Elle n'est pas pour autant à l'abandon et a connu une forte modernisation depuis la Seconde Guerre mondiale. En fait, il existe deux agricultures belges, qui recoupent largement le clivage communautaire.

À partir du xixe siècle, l'écart s'est creusé entre les deux régions, l'augmentation du revenu agricole passant, en Flandre, par l'intensification de l'agriculture, et en Wallonie, par l'agrandissement des exploitations. Cette dernière possède des exploitations de taille moyenne (25 ha), où la céréaliculture et l'élevage bovin sont prépondérants. En Ardenne, la forêt, qui tenait déjà une place importante, s'étend grâce à la poursuite du reboisement des landes en conifères. L'agriculture s'y oriente de plus en plus vers l'élevage bovin pour le lait et la viande. La polyculture à base céréalière (blé, betterave à sucre, pomme de terre) domine au contraire sur les bas plateaux limoneux de la Hesbaye et du Brabant, où l'on trouve des exploitations plus grandes. En Flandre, les traditions de polyculture et d'élevage laitier se perpétuent, mais elles sont battues en brèche par des formes plus intensives d'agriculture, qui conviennent mieux à des exploitations de petite taille (10 ha en moyenne). À côté de spécialités anciennes (endives, raisin de serre), l'imitation du modèle hollandais, de même que le rôle des coopératives et associations d'obédience catholique ont favorisé l'orientation vers l'horticulture (tomates, fraises, champignons, fleurs…) et l'élevage industriel (porcs, volailles), malgré les atteintes portées à l'environnement par l'usage intensif d'engrais et de pesticides et l'épandage du lisier. L'agriculture à temps partiel y est aussi plus fréquente qu'en Wallonie.

2. L'industrie

La Wallonie a eu un rôle pionnier dans la diffusion, sur le continent, du modèle anglais de la révolution industrielle. Mais cette ancienneté a joué en sa défaveur au xxe siècle, lorsque de nouvelles branches d'activité et de nouveaux critères de localisation sont apparus. Il ne reste plus grand-chose, aujourd'hui, de ce passé industriel glorieux. Les mines de charbon ont fermé (en 1984 en Wallonie, en 1992 en Limbourg), la sidérurgie et la métallurgie ont réduit leur activité ou se sont rapprochées des sources d'approvisionnement maritimes. La Belgique dépend de l'extérieur pour la plus grande partie de son énergie et de ses matières premières. Elle ne possède ni pétrole ni gaz, et les ressources hydroélectriques de l'Ardenne restent modestes ; la majeure partie de l'électricité consommée dans le pays provient du nucléaire, bien que le programme d'équipement ne soit pas allé à son terme, en raison de l'opposition écologiste. Les richesses minières de la République démocratique du Congo ont joué un grand rôle dans le développement de la métallurgie belge, mais l'instabilité politique en Afrique centrale n'en garantit plus l'accès.

L'industrie belge a particulièrement souffert de la crise économique du milieu des années 1970, car sa position était déjà fragile. Tournée vers les produits semi-finis, elle était et reste fortement exportatrice, avec un rôle prédominant de la métallurgie et de la chimie. La capitale demeure le premier centre industriel, suivi d'Anvers, premier port belge et deuxième port européen, doté d'un puissant complexe industrialo-portuaire.

Les branches industrielles anciennes subsistent lorsqu'elles ont pu s'adapter. Mais cette évolution s'est souvent accompagnée d'un glissement depuis la Wallonie – et Bruxelles– vers la Flandre, qui bénéficie de sa position maritime et porte beaucoup moins les stigmates de l'industrialisation du xixe siècle. Le produit industriel par habitant de la Flandre, qui a rejoint celui de la Wallonie à la fin des années 1960, le dépasse de plus de 35 % aujourd'hui. L'évolution de la production d'acier illustre bien ces mutations : elle s'est stabilisée après avoir diminué d'un tiers depuis 1974, mais le site « sur l'eau » de Gand est venu, en grande partie, relayer le sillon Sambre-Meuse. Celui-ci connaît les mêmes difficultés pour la métallurgie de transformation, qu'il s'agisse des productions civiles ou militaires. Le textile de Flandre n'a pas été non plus épargné, mais a pu parfois se reconvertir dans les tapis et moquettes. L'agroalimentaire s'est généralement bien adapté et a poursuivi son expansion. De nouvelles branches se sont implantées au xxe siècle, dont les plus importantes sont la chimie et l'automobile, avec un rôle clef du port d'Anvers et de l'axe Bruxelles-Anvers. La pétrochimie constitue, aujourd'hui, un des points forts d'Anvers, de Gand, mais aussi de la région de Charleroi, où une raffinerie a été implantée. S'il existe des firmes belges importantes dans la chimie (Solvay), la construction automobile est totalement sous contrôle étranger (français, allemand, nord-américain, suédois…).

Cette dépendance à l'égard des capitaux étrangers apparaît comme un trait commun de l'industrie belge d'aujourd'hui. La reprise de la Société générale de Belgique par le groupe Suez a témoigné de l'importance de la pénétration française, pratiquée également par d'autres sociétés, comme GIAT-Industrie. En revanche, les entreprises belges investissent peu à l'étranger, si l'on excepte la France du Nord, avec laquelle existent des liens anciens. L'État belge et, aujourd'hui, les Régions n'ont pas ménagé leurs efforts pour atténuer les effets de la crise industrielle, qui touche aussi la partie flamande du pays. Mais la place modeste que tient la Belgique dans les industries de haute technologie limite les perspectives de relance du secteur secondaire.

3. Le secteur tertiaire

Comme dans l'industrie, la dépendance vis-à-vis de l'étranger est plus forte qu'aux Pays-Bas. Malgré la présence de puissances financières comme Albert Frère, la Belgique a rarement réussi à constituer de grosses sociétés à capital national majoritaire. Bruxelles est loin d'être l'une des grandes bourses des valeurs européennes, le système bancaire belge est largement pénétré par les capitaux français et néerlandais, tandis que l'absence de sièges sociaux importants freine l'essor des services aux entreprises.

Les échanges tiennent une place importante dans l'économie de ce petit État, confronté à l'étroitesse de son marché intérieur mais qui occupe une position géographique privilégiée. Ils ont été facilités par l'intégration de la Belgique dans le Benelux d'abord, puis dans l'actuelle Union européenne. La Belgique exporte la majeure partie de sa production industrielle (produits métallurgiques, textiles et chimiques), importe des denrées alimentaires et surtout des matières premières (minerais, hydrocarbures). La balance commerciale est légèrement positive, la majorité du commerce extérieur se faisant avec les autres pays de l'Union européenne, en particulier l'Allemagne, la France, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne. Les relations avec ces États se font surtout par voie terrestre, mais c'est en fait le port d'Anvers qui constitue la plaque tournante des échanges du pays. Malgré des conditions naturelles défavorables, en fond d'estuaire, et une concurrence accrue de Zeebrugge, celui-ci est parvenu à développer son activité en misant sur les marchandises générales et les conteneurs, faute de pouvoir conserver un trafic de pondéreux qui exige de plus grands tirants d'eau. Il occupe ainsi le second rang européen (loin derrière Rotterdam), avec un trafic annuel d'environ 180 millions de tonnes, et dispose de relais intérieurs efficaces : canaux (canal Albert vers la Meuse, canal Rhin-Escaut), voies ferrées et, surtout, autoroutes, la Belgique possédant un réseau autoroutier très dense.

La position et les fonctions de la Belgique favorisent également une intense circulation de voyageurs, facilitée par une importante infrastructure de transport. L'exiguïté du territoire et les courtes distances qui séparent Bruxelles des grandes villes d'Europe occidentale limitent l'usage de l'avion : l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem ne compte pas parmi les plus importants d'Europe. En revanche, le réseau autoroutier et, surtout, celui des T.G.V. ont pleinement valorisé la situation de la Belgique. Ainsi, Bruxelles, reliée à Londres via le tunnel sous la Manche, n'est plus qu'à 1 h 25 de Paris. La Belgique ne constitue pas l'une des grandes destinations de villégiature en Europe. Le tourisme de passage prédomine, avec Bruges et Bruxelles en particulier. Le tourisme international a cependant fortement augmenté depuis le milieu des années 1970, avec une prépondérance des Néerlandais, suivis des Allemands puis des Français et des Britanniques. Le tourisme intérieur voit une majorité de Belges choisir le littoral, mais les destinations comme l'Ardenne et la Campine progressent rapidement.

Alors que l'industrie, le commerce et les transports ne sont plus créateurs d'emplois, les espoirs se tournent vers les services. Contrairement aux Pays-Bas, la Belgique n'occupe pas une position internationale très forte en matière de finance et de services aux entreprises. Elle ne manque pourtant pas d'atouts, à commencer par le rôle de capitale européenne de Bruxelles, qui jouit d'une bonne image dans les milieux d'affaires internationaux. Ville de contact, Bruxelles est un important centre de congrès et un site recherché pour l'implantation, en Europe, des sociétés internationales. Elle abrite ainsi des messageries express, des cabinets de conseil, des bureaux de traduction, des sociétés d'informatique. Même si le renouveau de Liège est visible, la Wallonie a beaucoup plus de difficultés à entrer dans la société postindustrielle et est davantage frappée par le chômage, tandis que la Flandre bénéficie de l'attraction d'Anvers.

4. Les sites de Belgique classés à l'Unesco

Plusieurs sites de Belgique sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco :

–  Bruxelles : la Grand-Place ;
– Bruxelles : habitations majeures de l'architecte Victor Horta ;
– Bruxelles : Palais Stoclet ;
– Tournai : la cathédrale Notre-Dame ;

–  Bruges : le centre historique ;
– Béguinages flamands ;
– Anvers : complexe maison-ateliers-musée Plantin-Moretus ;
– Canal du Centre : les quatre ascenseurs et leur site ;
– La Louvière et Le Roeulx (Hainaut) ;
– Beffrois ;
– Minières néolithiques de silex de Spiennes (Mons) ;
– Sites miniers majeurs de Wallonie.

Pour en savoir plus, voir les articles géographie physique de la Belgique et population de la Belgique.