En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Valachie

Ancienne principauté danubienne, qui a formé avec la Moldavie le royaume de Roumanie.

Elle constitue aujourd'hui deux régions géographiques de Roumanie : la Munténie, à l'E. de l'Olt, et l'Olténie, à l'O.

HISTOIRE

1. L'État féodal

1.1. Une brève indépendance (1330-1417)

La création de la voïvodie de Valachie (Ţara Românească) résulte de l'unification, au début du xive siècle, des diverses organisations politiques (voïvodies knezats, « pays ») sises entre les Carpates et le Danube. Jean Basarab met en échec l'armée de son suzerain, le roi de Hongrie Charles Ier Robert, à Posasa (1330). Cette bataille consacre l'indépendance du nouvel État féodal de Valachie. La capitale se déplace de Cîmpulung à Bucarest, en passant par Curtea de Arges et Tîrgovişte.

1.2. Tributaire des Ottomans

Bayezid Ier envahit la principauté et contraint Mircea le Vieux (1386-1418), vaincu à Nicopolis (1396), à se reconnaître tributaire de l'Empire ottoman.

Après ce règne, la Valachie connaît l'anarchie, aggravée par les interventions en sens contraire des Ottomans et des Hongrois. Vlad III le Diable (chassé en 1446) et Vlad IV l'Empaleur (1456-1462) surnommé comte Dracula tentent un moment de tenir tête aux sultans, mais l'asservissement des paysans par les boyards réduit leur puissance militaire.

Ayant consolidé leur domination, les Ottomans, qui tirent de grandes ressources des troupeaux valaques, accentuent l'instabilité du trône. Le maintien des liens anciens avec la Transylvanie explique les intrigues des Habsbourg après 1526 (→ bataille de Mohács) et la gloire éphémère de Michel le Brave (1593-1601), qui réunit un temps toutes les populations roumaines.

Après lui, les Turcs reviennent en force. Le voïvode Matei Basarab (1632-1654) lutte encore avec vigueur pour l'indépendance. En 1711, la protection de la Russie sur la Valachie contrebalance la puissance turque. Mais, pour avoir signé avec Pierre le Grand un traité antiottoman, le voïvode Constantin Brîncoveanu est exécuté à Istanbul (1714).

Les xvie et xviie siècles sont des périodes brillantes en ce qui concerne le développement culturel et artistique. Bucarest est choisie définitivement comme capitale en 1659.

2. Le régime phanariote (1716-1821)

Après la mort de Brîncoveanu, l'Empire ottoman ne choisit plus pour hospodars que des Phanariotes (1716), dont la servilité lui convient. De 1716 à 1821, on compte 41 changements de règne en Valachie. La principauté souffre aussi des fréquentes occupations militaires : par les Autrichiens, qui garde la Petite Valachie, ou Valachie occidentale, entre le traité de Passarowitz (1718) et celui de Belgrade (1739) ; par les Russes, qui, en contrôlant de plus en plus les rapports entre Istanbul et Bucarest, vident de son contenu la suzeraineté du Sultan.

Le Grec Alexandre Ypsilanti, qui entend commencer dans les principautés danubiennes le soulèvement des chrétiens contre la Porte, se heurte en Valachie au soulèvement rural (mars 1821) dirigé par Tudor Vladimirescu, qu'il fait tuer. Après l'échec d'Ypsilanti, le Sultan décide de nommer désormais des hospodars d'origine roumaine ; enfin, le tsar lui impose l'élection de ces princes, dont la charge sera viagère (règlement organique de 1831).

3. Vers l'indépendance et l'unité

Le réveil national roumain, qui se produit alors, fait envisager l'union des deux principautés, Valachie et Moldavie. La Valachie subit le contrecoup des mouvements de 1848 : le prince Gheorghe Bibescu est renversé (juin), mais le gouvernement provisoire, qui n'a pas su réaliser la réforme agraire, s'effondre lors de l'intervention russo-turque (septembre).

Comme la Moldavie, la Valachie, occupée par les Russes (1848-1851, 1853-1854), puis par les Autrichiens (1854-1856), est, à la suite de la guerre de Crimée, placée sous la protection des puissances (traité de Paris, 1856).

Les deux principautés votent pour l'union en 1857, et la réalisent en élisant le même hospodar, Alexandre Cuza (janvier 1859). Après la proclamation définitive de l'union en 1862, le nouvel État prend le nom de Roumanie en 1866.

Pour en savoir plus, voir les articles Empire ottoman, Roumanie : histoire.