En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

Côte d'Azur

Provence-Alpes-Côte d'Azur, Roquebrune-Cap-Martin
Provence-Alpes-Côte d'Azur, Roquebrune-Cap-Martin

Partie orientale des côtes françaises de la Méditerranée, entre la frontière italienne et Cassis.

L'expression de « Côte d'Azur » s'est d'abord appliquée surtout au littoral compris entre Cannes et Menton, où se sont développés en premier le tourisme et la villégiature. Aujourd'hui, elle désigne couramment toute la côte comprise entre la frontière italienne et la station balnéaire la plus proche de Marseille, Cassis.

C'est à la douceur de son climat que la Côte d'Azur doit sa fortune : les températures moyennes annuelles y sont en effet les plus élevées de France, et les précipitations, comprises entre 500 et 700 mm seulement, sont réparties sur peu de journées et rarement en été. Mais, surtout, l'exposition vers le S. et l'abri formé par les montagnes de Provence et les Alpes valent à ce littoral un ensoleillement exceptionnel. Dès le début du xixe s., Nice et les localités environnantes sont fréquentées par de riches malades, des convalescents et des étrangers, en particulier les Anglais. Jusqu'à la Première Guerre mondiale, Cannes, Nice, Monaco et Menton se développent essentiellement comme centres de séjour d'hiver pour la haute bourgeoisie française et pour l'aristocratie européenne ; le littoral compris entre Marseille et Cannes n'est desservi que partiellement par le chemin de fer, et il ne compte que des centres de séjour secondaires et isolés. Mais, entre les deux guerres mondiales, et surtout après 1945, la généralisation des congés payés amène un prodigieux essor de l'ensemble de la côte et le renversement de ses activités saisonnières : l'été devient la période de grande activité touristique. Le tourisme balnéaire a ainsi succédé au tourisme climatique, les ports de plaisance se sont multipliés en bordure des marinas, immeubles ou villages édifiés sur le rivage. L'urbanisation gagne peu à peu vers l'intérieur après avoir conquis une grande partie de la frange littorale. La quasi-totalité des activités appartient au secteur tertiaire, à l'exception des cultures florales et de quelques industries de pointe, sur le plateau de Valbonne notamment. Nice reste la capitale incontestée de cette région touristique.