En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Esterel ou Estérel

Provence-Alpes-Côte d'Azur, l'Esterel
Provence-Alpes-Côte d'Azur, l'Esterel

Massif cristallin boisé de Provence (Var et Alpes-Maritimes), qui borde la Méditerranée entre Saint-Raphaël et l'embouchure de la Siagne, au S.-O. de Cannes ; 618 m au mont Vinaigre.

Il domine la mer par de pittoresques escarpements de roches rougeâtres (porphyres), et ce littoral est jalonné de nombreuses stations balnéaires, de Saint-Raphaël à la Napoule : Boulouris, Agay, Anthéor, Théoule-sur-Mer, etc. L'autoroute la Provençale longe la partie nord du massif.

Le massif de l'Esterel, qui constitue une unité géologique et géographique unique, est essentiellement formé de terrains volcaniques très érodés. Ce massif volcanique, qui culmine au mont Vinaigre (618 m), s'est mis en place entre le permien et le trias (entre 280 et 225 millions d'années). La nature du volcanisme est de type alcalin avec essentiellement des rhyolites et des ignimbrites très indurées. L'Esterel présente quelques intrusions de microdiorites quartziques, l'Esterellite, qui se sont mises en place à l'oligocène. Ces roches magmatiques de nature calcoalcalines appartiennent aux formations volcaniques qui se trouvent le long de l'arc alpin et correspondent à un événement du cycle alpin.

Les essences forestières sont le chêne-liège et le pin maritime, puis le chêne vert, le pin d'Alep et le châtaignier. La bruyère arborescente, l'arbousier, le genêt épineux et les cistes forment le sous-bois. Le développement exceptionnel de cet étage inférieur, très combustible, est une cause permanente d'incendies. Les diverses forêts du massif sont traitées, en ce qui concerne les peuplements résineux, en futaie jardinée, à la révolution de cinquante à soixante ans, et en taillis simple pour les feuillus, avec des révolutions de dix à vingt ans ; le chêne-liège est soumis au démasclage, en vue de la récolte du liège.

Les habitations sont rares et se trouvent essentiellement sur la côte ou en bordure du massif dans les vallées.