après

préposition ou adverbe

(bas latin adpressum, de ad, à, et de pressum, comprimé, serré)

Définitions de après


  • Indique une relation temporelle ; plus tard, postérieurement à : Je passerai vous voir après les vacances.
  • Indique une relation spatiale ; plus loin, au-delà de : Le cinéma est après la mairie.
  • Indique une relation de valeur ; à un rang inférieur à : Le capitaine vient après le commandant dans la hiérarchie.
  • Avec quelques verbes, indique une idée de poursuite : Courir après les honneurs.
  • Familier. Indique l'être ou la chose visés par une activité, objets d'un sentiment : Il crie après ses enfants. J'attends après cette somme.

Expressions avec après



  • Après cela,

    exprime une relation de conséquence.
  • Après quatre heures,

    en Belgique, partie de la journée qui suit le goûter.
  • Après quoi,

    ensuite.
  • Après tout,

    tout bien considéré.
  • Et (puis) après ?,

    qu'est-ce que cela peut faire ?
  • Familier. Être après quelque chose,

    s'en occuper activement.
  • Familier. Être après quelqu'un,

    s'en prendre à lui, le harceler.
  • Par après,

    en Belgique, par la suite.

Homonymes de après



Difficultés de après


  • EMPLOI

    Après marquant la postériorité dans le temps ou dans l'espace. Ces emplois sont corrects et normaux : le jour de l'An vient après Noël ; la boulangerie est après le carrefour ; je passerai après vous.

    Après employé pour à, contre, sur. Ces emplois sont fréquents dans la langue orale relâchée : accrocher sa veste après le portemanteau ; crier après ses enfants ; la clé est après la porte.
    recommandation :
    Préférer les constructions correctes : accrocher sa veste au portemanteau ; crier contre ses enfants ; la clé est sur la porte.

    Demander, être, attendre, chercher après qqn. Ces emplois relèvent également de la langue orale relâchée.
    recommandation :
    Dire ou écrire : demander qqn ; s'en prendre à qqn ; attendre qqn ; chercher qqn. - Attendre après qqn est admis pour insister sur la nécessité ou la longueur de l'attente : il a fallu attendre pendant deux heures après le directeur qui nous avait imposé ce rendez-vous.

    Et puis après. Cette locution est très courante dans la langue orale familière pour souligner la répétition dans une succession (et puis après il me demandera ça, et puis après ce sera autre chose) ou pour marquer le scepticisme, le doute ironique (il m'en fera le reproche, bon, et puis après ?).
    recommandation :
    À éviter dans le style soigné, surtout à l'écrit.

Mots proches

Lequel de ces mots n'est pas du genre féminin ?