En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Éric Rohmer

pseudonyme de Jean Marie Maurice Schérer

Éric Rohmer
Éric Rohmer

Cinéaste français (Tulle 1920-Paris 2010).

Rédacteur en chef de la Gazette du cinéma et des Cahiers du cinéma, il tourne de 1950 à 1968 une longue série de courts métrages parmi lesquels la Boulangère de Monceau (1962). Son premier long métrage est le Signe du Lion (1959), considéré comme l'un des premiers essais de la « nouvelle vague ». Il tourne en 1967 la Collectionneuse, qui s'insère dans sa série des « Contes moraux » entamée avec la Boulangère de Monceau, continuée avec Ma nuit chez Maud (1969), le Genou de Claire (1970) et l'Amour l'après-midi (1972).

Il signe ensuite la Marquise d'O... (1976) et Perceval le Gallois (1978), avant d'engager la série des « Comédies et proverbes », qui comprend la Femme de l'aviateur (1981), le Beau Mariage (1982), Pauline à la plage (1983), les Nuits de la pleine lune (1984), le Rayon vert (1986) et l'Ami de mon amie (1987). Avec Conte de printemps (1990), il inaugure un nouveau cycle (« Contes des quatre saisons »), qui se poursuit avec Conte d'hiver (1992), Conte d'été (1996) et Conte d'automne (1998). Renouant avec l'esthétique des grandes fresques historiques de l'époque du muet, il réalise l'Anglaise et le duc (2001), dont les tableaux vivants mettent en scène le bouleversement révolutionnaire. Triple Agent (2004) est un film d'espionnage dans l'esprit des « Contes moraux ». Après le Canapé rouge (2005), il adapte le roman l'Astrée d'Honoré d'Urfé : les Amours d'Astrée et de Céladon (2007).