En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Francisco Pizarro

en français François Pizarre

Francisco Pizarro
Francisco Pizarro

Conquistador espagnol (Trujillo vers 1475-Lima 1541).

Les débuts

Plus âgé que Cortés, le conquérant de l'Empire inca ne connaîtra la gloire que très tardivement : il lui aura fallu, en effet, franchir les innombrables obstacles que son origine des plus modestes avait accumulés sous ses pas. Fils naturel d'un officier espagnol, il doit gagner sa vie dès l'enfance, comme gardien de porcs, dit-on. Adolescent, il suit la voie normale des déshérités en quête d'un emploi et s'engage dans l'armée ; totalement illettré, il restera simple soldat. Après avoir guerroyé en Italie, il va chercher fortune dans le Nouveau Monde avec Nicolas de Ovando en 1502. D'abord lieutenant de Alonso de Ojeda à San Sebastian de Uraba (1510), il se trouve en 1513 aux côtés de Vasco Núñez de Balboa, lorsque ce dernier, après avoir franchi l'isthme de Panamá, découvre la « Mar del Sur », que Magellan dénommera Pacifique. Resté dans la région au service des uns et des autres, Pizarro finit par obtenir un petit « repartimiento », c'est-à-dire l’attribution de quelques Indiens qui lui sont concédés pour travailler des terres. Il n'en suit pas moins attentivement les tentatives des aventuriers qui sont tous à la recherche de l'or.

En 1522, l'un d'eux, Pascual de Andagoya, s'est avancé vers le sud, sur le littoral du nouvel océan. Il a entendu parler d'un grand empire, le « Birú » ou « Pirú », dont le souverain, fabuleusement riche, régnerait sur les hautes terres de l'intérieur. Mais Andagoya n'a pas les moyens de poursuivre l'entreprise et doit céder son navire : Pizarro est preneur et s'associe dans ce but au Panamá (1524) avec Diego de Almagro (1475-1538) et un prêtre nommé Hernando de Luque qui figure dans l'entreprise comme prête-nom de Gaspar de Espinosa. Les trois hommes obtiennent du gouverneur de Panamá, Pedrarias Dávila, l'autorisation de poursuivre les recherches, et leur expédition prend la mer en novembre 1524 : de nouveaux renseignements confirment l'existence du « Pirú ».

Pizarro part de Panamá avec un navire, deux canots et quatre-vingts hommes. Le voyage est désastreux, il s'interrompt à Chicama. Almagro vient l'y rejoindre et ils retournent à Panamá. Les compères repartent le 15 mars 1526, avec deux navires, et Pizarro s'installe à l'embouchure du río San Juan (Colombie) pendant que le pilote, Bartolomé Ruiz, va jusqu'au-delà de l'équateur : des marchands indiens lui parlent d'un grand port situé plus au sud encore, Tumbes. Ruiz rapporte la nouvelle, mais l'hostilité des tribus côtières empêche la progression des conquérants. Établi à l'île « del Gallo » (du Coq), près de la frontière actuelle de la Colombie et de l'Équateur, Pizarro attend les renforts qu'Almagro va chercher à Panamá. Mais le gouverneur a changé et le nouveau représentant du roi d'Espagne n'envoie qu'un lieutenant chargé de proposer le rapatriement aux membres de l'expédition qui le désirent. C'est alors que Pizarro trace une ligne sur le sol et invite ceux qui ne craignent ni la faim ni la mort à rester avec lui, d'un côté de la ligne : ils auront aussi les richesses du Pirú. Pizarro se retrouve avec douze compagnons seulement. Il devra attendre sept mois de nouveaux volontaires. Enfin, convoyés par Ruiz, ils arrivent, et l'on repart pour le sud. En 1528, le fameux port de Tumbes, sur la rive méridionale de l'actuel golfe de Guayaquil, est atteint : c'est le premier contact avec une grande civilisation inconnue. Il n'est pas question de s'emparer de cette ville puissamment fortifiée, mais les présents, des vases en or, des bijoux et des tissus précieux que les gens de Tumbes offrent imprudemment aux singuliers étrangers, sont autant de motifs pour poursuivre l'entreprise. Comme le gouverneur de Panamá y reste hostile, Pizarro est envoyé en Espagne par ses associés pour plaider leur cause devant Charles Quint. Il a la chance d'être soutenu par le grand Cortés, au sommet de sa gloire, et reçoit le privilège de la conquête du Pérou suite aux accords signés à Tolède le 26 juin 1529. Il revient en Amérique avec ses frères Hernando, Gonzalo et Juan.

La conquête de l'Empire inca

Une victoire acquise par la ruse et la violence

En janvier 1531, Pizarro part pour son troisième voyage, avec trois navires, 183 hommes et 27 chevaux. Almagro le rejoindra plus tard, avec des renforts. Sans doute poussé par le désir d'écrémer le plus vite possible les richesses du littoral, Pizarro débarque très loin de Tumbes, à la baie du San Mateo (dans le nord de l'actuel Équateur). De janvier 1531 à avril 1532, une marche très dure conduit à l'île de Puná, en face de Tumbes. Mais la ville n'est plus à conquérir : elle est en ruine par suite de la guerre civile qui ravage l'Empire inca ; cette situation intérieure va permettre l'étonnante conquête espagnole, inspirée par celle de Cortés qui avait su admirablement profiter des conflits opposant les Aztèques aux peuples non soumis à leur loi. L'inca Huayna Cápac, mort vers 1526, n'a pas su clairement choisir un successeur : il semble que son descendant légitime, Huáscar, doive garder le Sud et la capitale, Cuzco, un autre fils, Atahualpa, devant régner au nord, autour de Quito. Bien entendu, les deux héritiers récusent le partage et entrent en lutte. Au moment où les Espagnols commencent à franchir les marches de l'Empire, Atahualpa, qui dispose de l'armée de métier, l'emporte à Cajamarca. C'est précisément en direction de cette ville que les envahisseurs chrétiens poursuivent leur marche au cours de l'année 1532. Atahualpa s'inquiète alors de l'arrivée des étrangers, mais les précisions sur leur très petit nombre le rassurent : il ne cherche pas aussitôt à les combattre et les invite même à son camp. Les Espagnols franchissent difficilement la Cordillère occidentale. Ils sont en vue de Cajamarca le 15 novembre et peuvent contempler les innombrables tentes qui abritent l'immense armée inca. Après un premier contact, où un cheval dressé impressionne fort les Indiens, on organise le guet-apens où va sombrer l'Empire inca.

Au milieu de plus de quarante mille ennemis, les cent cinquante soldats de Pizarro ne peuvent en effet, malgré leurs armes supérieures et leurs mystérieux chevaux, que recourir à la félonie pour forcer le destin. Une rencontre entre Pizarro et Atahualpa est organisée le lendemain, sur la place principale de Cajamarca. Les Espagnols se massent dans les bâtiments qui la bordent. Atahualpa arrive vers le soir, et un dominicain, Vicente de Valverde, vient lui réciter la réquisition qui, suivant le formalisme de la Conquête, doit servir d'ultimatum aux hérétiques. Puis il tend une bible à l'Inca qui laisse tomber le Saint Livre. Valverde revient alors vers Pizarro : il tient son sacrilège et exige l'attaque. Les cavaliers s'élancent contre l'entourage, désarmé, du souverain : c'est une tuerie frénétique où Pizarro doit empêcher lui-même que l'Inca ne soit poignardé. La panique se porte dans l'armée d'Atahualpa : six mille ou sept mille Indiens seront massacrés par les cavaliers espagnols.

Une apparence de pouvoir va être conservée au souverain inca. Elle permettra de faire affluer vers Cajamarca d'immenses rançons d'or et d'argent. Le butin rassemblé, Pizarro se laisse convaincre par ses proches, Almagro en particulier : il faut se débarrasser définitivement d'un homme dont le reste de puissance pourrait être dangereux. Atahualpa est accusé de complot et garrotté le 26 juillet 1533. Sa conversion, in extremis, lui aura épargné d'être brulé vif et lui vaudra de belles funérailles. La nouvelle, qui causa un « profond déplaisir » à Charles Quint, sera souvent sévèrement jugée par les contemporains.

Pizarro doit maintenant s'atteler à une tâche énorme, l'occupation de l'immense empire. Une longue marche de près de 2 000 km va le conduire, par les extraordinaires escaliers de la grande route incasique, jusqu'à la capitale, Cuzco. Mais il lui faut bousculer à quatre reprises les troupes indiennes, qui, la surprise passée, commencent à bien se défendre. Un appui précieux est cependant fourni par un fils de Huayna Cápac, Manco Cápac II, que les Espagnols vont faire proclamer inca.

Résistance inca et divisions chrétiennes

Après l'entrée à Cuzco (15 novembre 1533), un pillage intégral des temples apporte un nouveau butin prodigieux d'or et d'argent. Le triomphe va être bientôt assombri par l'organisation de la résistance indienne : la petite place de Jauja, au nord de Quito, est sauvée à grand-peine d'une attaque. Dans le Nord, il faudra envoyer Sebastián de Belalcázar contre le chef Rumiñahui, qui se défend héroïquement face à l'invincible cavalerie espagnole. Mais un danger plus grand encore survient, du côté même des chrétiens : l'aventureux Pedro de Alvarado (1485-1541), gouverneur du Guatemala, a débarqué dans le nord de l'Empire inca en mars 1534. Il est parvenu à proximité de Quito, d'où il compte bien se tailler un royaume : Belalcázar et Almagro l'y attendent. Un choc entre Espagnols est cependant évité : contre 100 000 pesos d'or, Alvarado retourne au Guatemala. Cependant, la résistance indienne renaît, dirigée cette fois par Manco Cápac II, enfin revenu de sa politique de collaboration avec l'ennemi. Après un siège très dur, Hernando Pizarro réussit à sauver Cuzco au début de 1535. Francisco doit en même temps faire face aux Indiens à la Ciudad de los Reyes, la ville qu'il vient de fonder, qu'il a baptisée en l'honneur des rois mages et qui portera plus tard le nom de Lima.

Sur son ordre, son frère Hernando revient en Espagne pour rendre compte à l'empereur de la conquête du Pérou, lui remettre le fabuleux trésor amassé et lui exposer les requêtes de Pizarro et d'Almagro. Hernando obtient pour son frère le titre de marquis et le droit d'étendre le territoire qu'il gouverne : il passe de 200 à 270 lieues. Pour Almagro il obtient le titre de gouverneur de La Nouvelle Tolède, territoire à créer, s’étendant sur 200 lieues. L'opulente ville de Cuzco est sujet de discorde entre Pizarro et Almagro ; chacun d'eux considère en effet qu'elle fait partie du territoire qui lui est échu. Ces divisions entre chrétiens, engendrées par l'imprécision des instructions royales quant aux limites des régions concédées à Pizarro (le nord de l'Empire inca) et à Almagro (le sud), provoquent les premières escarmouches entre pizarristes et almagristes. Pizarro parvient cependant à un accord avec Almagro et, en même temps, le persuade d'entreprendre une expédition pour la conquête du Chili (1535-1536). Ce dernier, revenu déçu de son expédition, occupe Cuzco (18 avril 1537). Les Espagnols vont se battre lors de la terrible bataille de Las Salinas, le 26 avril 1538. La déroute des « almagristes » est suivie par la strangulation de leur chef, dont le cadavre sera décapité et l'enterrement solennel. Francisco Pizarro, pourvu du titre de marquis, va désormais s'attacher à l'organisation de son empire : il attire les immigrants, crée l'élevage des bovins et des moutons ainsi que la culture des céréales. Il fonde des villes et s'attache particulièrement au développement de Lima : c'est là, dans son palais, qu'il sera assassiné par une petite troupe dont l'action est inspirée par le propre fils d'Almagro (26 juin 1541).