Identifiez-vous ou Créez un compte

Hermann Göring ou Hermann Goering

Hermann Göring
Hermann Göring

Maréchal du Reich et homme politique allemand (Rosenheim 1893-Nuremberg 1946).

Du brillant pilote de chasse au chef des SA

Sous-lieutenant d'infanterie (1914) passé dans l'aviation en 1915, Göring compte 22 victoires lorsqu'il remplace Richthofen à la tête de son escadre de chasse (1918).

Quittant l'armée, il entre en 1922 au parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP, créé par Hitler en 1920) et devient un familier de ce dernier. Chef des milices paramilitaires des SA, Göring est blessé à côté de Hitler lors du putsch manqué de Munich (lancé par Hitler contre le gouvernement), le 8 novembre 1923, et doit s'exiler en Italie et en Suède.

Député nazi (1928), fondé de pouvoirs de Hitler à Berlin (1930), il devient président du Reichstag en août 1932 : il use alors de son influence sur le président Hindenburg pour que celui-ci nomme Hitler chancelier (janvier 1933). Cette même année, Göring est ministre du Reich sans portefeuille, ministre-président de Prusse, général de corps d'armée et commissaire à la navigation aérienne (en fait, ministre de l'Air) ; il utilise les SA pour briser toute résistance à l'établissement de la dictature : incendie du Reichstag (février 1933), création de la police secrète, la Gestapo (avril 1933), mais doit cependant s'effacer devant Himmler.

Au faîte de la gloire…

Göring se consacre à la reconstitution de la Luftwaffe – l'armée de l'air, qu'il considère comme sa chose et le gage de son influence sur Hitler. Celui-ci le charge de l'exécution du plan de quatre ans (le réarmement de l'Allemagne, 1936) et le met à la tête d'importants complexes industriels.

Initialement populaire pour sa jovialité, remarié avec l'actrice Emmy Sonnemann et, devenu immensément riche, Göring est couvert d'honneurs par Hitler, qui lui donne le plus haut grade de l'armée allemande – Feldmarshall – après l'élimination des généraux Blomberg et Fritsch en 1938. Celui-ci lui refuse toutefois le ministère de la Guerre, mais le prend pour successeur et lui confie la direction suprême de l'économie de guerre.

…avant la chute

À la suite de la défaite de la Luftwaffe dans la bataille d'Angleterre Göring perd peu à peu la confiance du Führer. Détesté par Himmler, Martin Bormann et Goebbels, il passe alors son temps dans sa fastueuse résidence de Carinhall (du nom de sa première épouse, Carin, décédée en 1931), menant une existence indolente et s'adonnant aux stupéfiants.

Le 23 avril 1945, constatant que Hitler demeuré dans Berlin a perdu toute liberté d'action, Göring tente de prendre le pouvoir. Accusé de trahison par Bormann, il est démis de toutes ses fonctions par Hitler.

Tombé aux mains des Américains à la fin de la guerre, il subit une cure de désintoxication avant d'être jugé à Nuremberg (→ procès de Nuremberg), où il revendique son passé ; condamné à la pendaison, il s'empoisonne dans sa cellule.

Pour en savoir plus, voir l'article national-socialisme.