En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

SA

(abréviation de l'allemand Sturmabteilung, section d'assaut)

Défilé de SA devant Hitler, Nuremberg, 1927.
Défilé de SA devant Hitler, Nuremberg, 1927.

Formation paramilitaire du parti nazi (les « chemises brunes ») qui, en dominant la rue, a joué un rôle essentiel dans la marche de Hitler vers la conquête « légale » du pouvoir.

L'« armée brune » du parti nazi

Fondée en 1921 en Bavière par Hitler, la SA est d'abord placée sous le commandement de Göring et compte 6 000 hommes. Interdite après la tentative de putsch lancé par Hitler contre le gouvernement bavarois (8 novembre 1923), elle est recréée par Hitler à sa sortie de prison en 1924.

À l'automne 1930, Hitler rappelle l'ex-capitaine Ernst Röhm – ce dernier, en désaccord avec Hitler sur les méthodes de conquête du pouvoir, s'était exilé en Bolivie en 1925 – et lui confie le commandement de la SA.

Röhm la réorganise, l'implante dans toute l'Allemagne et en fait une redoutable force politique : ses effectifs – dont la SS et le NSKK (Nationalsozialistisches Kraftkorps, corps national-socialiste automobile) faisaient alors partie – passent à un million début 1933 et triplent dans l'année, après l'absorption de l'organisation rivale du Casque d'acier.

Une puissance menaçante

Servant de police auxiliaire, les SA commettent nombre d'excès, projettent de mener une « seconde révolution » pour anéantir les cadres traditionnels de l'Allemagne. Les rodomontades de Röhm, devenu secrétaire d'État, indisposent la Reichswehr (forces armées autorisées à l'Allemagne par le traité de Versailles), Heinrich Himmler, le Reichführer des SS, tout comme Hitler, qui, à cette époque, s'efforce d'obtenir l'appui des militaires pour s'assurer la succession du chancelier Hindenburg.

La méfiance qu'inspire à Hitler l'attitude de Röhm l'amène à le faire liquider avec ses principaux séides : mission accomplie par la SS dans la sanglante nuit du 29 au 30 juin 1934, appelée par dérision Nuit des longs couteaux.

Réorganisée par Lutze, la SA, épurée, réduite à un million d'hommes et séparée désormais de la SS et du NSKK, ne joue plus qu'un rôle de second plan ; elle se défoule lors des pogroms de la Nuit de cristal (9-8 novembre 1938). En 1939, la plupart des SA sont mobilisés dans l'armée du IIIe Reich, la Wehrmacht.

Pour en savoir plus, voir les articles national-socialisme, Seconde Guerre mondiale.