En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Charles IV de Luxembourg

Karlštejn, le château
Karlštejn, le château

(Prague 1316-Prague 1378), roi de Germanie (1346-1378), roi de Bohême (Charles Ier) [1346-1378], empereur germanique (1355-1378).

1. Artisan de la puissance de la maison de Bohême

Par son père, le roi Jean de Bohême, il appartient à la dynastie de Luxembourg et, par sa mère Eliška, à celle des Přemyslides. Il est élevé à la cour de France et acquiert une vaste culture.

En alliance avec le pape Clément VI, Charles, devenu roi de Bohême, est élu roi des Romains contre l'empereur Louis IV de Bavière (1346). Après la mort de celui-ci (1347), il reçoit la couronne italienne à Milan et la consécration pontificale pour le Saint Empire à Rome (1355), mais abandonne complètement l'Italie à l'influence des Visconti et à celle du pape.

Il aura le souci constant de renforcer le prestige impérial. Par la Bulle d'or de 1356, il fixe pour plus de quatre siècles la Constitution de l'Empire et fait du roi de Bohême le premier des quatre Électeurs laïques qui, avec trois princes ecclésiastiques, désignent désormais l'empereur.

Il poursuit aussi une politique d'acquisitions territoriales. À la fin de son règne, les possessions de la maison de Luxembourg comprennent : le Luxembourg, la Bohême, la Moravie, la Silésie, la Lusace et le Brandebourg (soit deux électorats sur les sept).

2. Un humaniste

Il ranime la vie économique de la Bohême, fonde à Prague la première université de l'Europe centrale (1348) et fait de la capitale de la Bohême le centre culturel et commercial de l'Empire. De plus, il obtient l'expectative de la Hongrie pour son fils Sigismond, par promesse de mariage avec la princesse Marie, fille de Louis, roi de Hongrie et de Pologne, et il fait reconnaître son fils aîné Venceslas comme roi de Bohême (1363) et comme roi des Romains (1376).

Pour en savoir plus, voir l'article Saint Empire romain germanique.