En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Arthur James, 1er comte Balfour

Homme politique britannique (Whittingehame, East Lothian, 1848-Woking, Surrey, 1930).

Député en 1874, secrétaire pour l'Irlande de 1887 à 1891, il ramène le calme dans l'île par une dure répression et d'amples réformes sociales. Leader des conservateurs aux Communes, il succède en 1902 à son oncle Salisbury comme Premier ministre. Son gouvernement unioniste déploie une grande activité : loi de 1902 réformant radicalement l'instruction publique, réorganisation et renforcement de la puissance militaire, renouvellement de l'alliance avec le Japon lors de la crise russo-japonaise de 1904. L'unité du parti est alors compromise par les controverses passionnées autour du libre-échange. Entraîné par la fougue de Joseph Chamberlain, Arthur James Balfour associe les conservateurs au protectionnisme impérial, d'où le désastre électoral de 1906. En 1909, choqué par les violences verbales de David Lloyd George, il conseille aux lords le rejet global du budget ; devant la crise constitutionnelle, Arthur James Balfour cède, et laisse passer la loi parlementaire de 1911. Atteint par ces échecs, il renonce à la direction du parti.

Dès 1914, il se prononce en faveur de l'union nationale ; en mai 1915, il entre en qualité de Premier lord de l'amirauté dans le gouvernement de coalition de Herbert Henry Asquith, il devient secrétaire au Foreign Office, remplit en 1917 d'importantes missions en Amérique du Nord, et publie (2 novembre 1917) la célèbre déclaration sur l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif.

Arthur James Balfour assiste David Lloyd George dans les négociations de paix de 1919. À la conférence de Washington (1921-1922), il propose la suppression des sous-marins et la limitation de la créance britannique sur l'Allemagne et les Alliés au montant de la créance américaine sur la Grande-Bretagne. Mais la France s'y oppose. Favorable à l'alliance avec les libéraux, désavoué par son parti en 1922, il renonce à tout poste ministériel.

Pour en savoir plus, voir l'article Palestine.