En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

soudage autogène

Soudage aluminothermique
Soudage aluminothermique

Soudage de deux ou plusieurs pièces d'un même matériau sans utilisation d'un produit d'apport.

Soudage par fusion

Il regroupe tous les procédés de soudage comportant une fusion localisée, exécutée avec ou sans utilisation de produit d'apport et sans intervention de pression. On en distingue plusieurs familles. Dans le soudage au gaz, la chaleur nécessaire au soudage est fournie par la combustion d'un gaz ou d'un mélange gazeux avec de l'oxygène (oxyacétylénique : oxygène/acétylène ; oxhydrique : oxygène/hydrogène). Le produit d'apport est une baguette nue.

Dans le soudage à l'arc, la chaleur nécessaire au soudage est fournie par un arc électrique entre une électrode et la pièce.

Dans le soudage avec électrode enrobée, le flux enrobant l'électrode fond et forme à la surface du cordon de soudure un laitier qui protège le bain de fusion. Dans le soudage sous protection gazeuse avec fil fusible, l'arc et le bain de fusion sont protégés par un gaz inerte (hélium ou argon dans le procédé MIG [Metal Inert Gas]) ou un mélange gazeux actif (procédé MAG [Metal Active Gas]). La protection par gaz inerte est aussi à la base du procédé TIG (Tungsten Inert Gas), utilisant une électrode réfractaire de tungstène. La chaleur nécessaire au soudage peut être d'origine chimique (réaction d'un mélange d'oxydes métalliques avec la poudre d'aluminium dans le soudage aluminothermique), lumineuse (faisceau focalisé d'un laser dans le soudage laser) ou particulaire (soudage par faisceau d'électrons ou d'ions, généralement effectué sous vide).

Soudage par pression

Il regroupe tous les procédés de soudage dans lesquels on obtient une soudure, en général sans produit d'apport, par application d'une pression suffisante pour obtenir une déformation plastique des faces à souder. Un chauffage localisé, obtenu à partir d'énergie électrique ou mécanique, permet ou facilite le processus. C'est l'effet Joule produit par un courant traversant l'assemblage qui permet le soudage par résistance. On distingue le « soudage par points », dans lequel la soudure est exécutée à l'endroit de la pièce située entre les électrodes, et le « soudage à la molette », dans lequel les pièces sont placées entre deux molettes exerçant un effort continu, le courant étant transmis par les molettes. Dans le soudage par induction, l'effet Joule est produit par des courants de Foucault induits par un champ magnétique alternatif.

Soudage par friction

La chaleur dégagée par le frottement de deux pièces serrées l'une contre l'autre et mises en rotation permet le soudage par friction, tandis que les vibrations mécaniques de faible amplitude utilisées dans le soudage par ultrasons permettent l'exécution d'une soudure à une température inférieure au point de fusion du métal de base.