En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

géochronologie

Science dont le but est de donner un âge aux roches.

Les terrains exposés à la surface de la Terre nous renseignent sur les événements qui ont eu lieu au cours des temps géologiques. Mais, pour reconstituer l'histoire de la Terre, il faut être capable de dater ces événements : c'est le but de la géochronologie. La géochronologie relative établit la succession des formations et des événements géologiques ; elle est fondée sur la stratigraphie et le paléomagnétisme. Les terrains sédimentaires sont particulièrement précieux puisqu'ils se déposent en strates empilées les unes sur les autres, des plus anciennes aux plus récentes. Ils contiennent des fossiles, débris ou empreintes d'êtres vivants. Du fait de l'évolution, ces fossiles sont caractéristiques des époques auxquelles ils ont vécu, et permettent donc la comparaison entre des terrains éloignés. Les relations intrusives des roches magmatiques renseignent sur l'âge relatif de leur mise en place. Les formations des chaînes de montagnes, qui provoquent des plissements, sont marquées par des discontinuités dans la superposition des roches, les discordances.

La géochronologie absolue, ou radiochronologie, permet de donner un âge absolu exprimé en milliers ou en millions d'années. Elle repose sur la présence, dans les minéraux, d'isotopes radioactifs qui se désintègrent au cours du temps en isotopes radiogéniques. Le rapport isotope radioactif / isotope radiogénique est fonction de la période (qui dépend de l'élément) et du temps, et sa mesure (qui s'effectue par la spectroscopie de masse) permet de déterminer l'âge du minéral. Créée en 1905 par Rutherford, la géochronologie absolue s'est surtout développée après 1945. (→ datation.)