En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

anticyclone

Lignes isobares
Lignes isobares

Masse de hautes pressions atmosphériques. (Synonyme : maximum barométrique)

MÉTÉOROLOGIE

1. Mécanismes des anticyclones

Dans un anticyclone, la pression atmosphérique décroît du centre vers l'extérieur (dans le sens des aiguilles d’une montre, à l’inverse d’une dépression). Dans l'hémisphère Nord, les vents divergent vers la droite, tandis que dans l'hémisphère Sud, les vents divergent vers la gauche (→ force de Coriolis). Les hautes pressions majeures s'implantent selon la latitude : hautes pressions polaires, anticyclones saisonniers des latitudes moyennes et hautes pressions subtropicales. On distingue les anticyclones maritimes (dont ceux des Hawaii et des Açores aux latitudes subtropicales de l'hémisphère Nord) et les anticyclones continentaux (Sibérie).

Pour en savoir plus, voir l'article climats du monde

2. Localisation des anticyclones

Les surfaces continentales se refroidissent beaucoup plus en hiver que les océans, qui ont une température de surface variant assez peu d'une saison à l'autre (on parle d'inertie thermique) ; en revanche, elles s'échauffent beaucoup plus en été. En hiver, sur les continents, se forme une pellicule d'air très froid qui donne naissance à un anticyclone thermique (comme l'anticyclone sibérien, qui recouvre une grande partie du continent asiatique) : l'air froid, dense et lourd, se concentre dans les basses couches de l'atmosphère, et cet anticyclone se transforme en altitude en une dépression qui se confond avec la dépression polaire ; en été, comme le continent est surchauffé, l'anticyclone laisse place à une vaste dépression thermique. Les océans Atlantique et Pacifique sont occupés, aux latitudes tempérées et en toute saison, par de vastes dépressions (d'Islande, des Aléoutiennes), tandis qu'aux latitudes tropicales se trouvent des anticyclones (anticyclone des Açores) qui sont le reflet du courant d'ouest d'altitude. Ces anticyclones dynamiques ont une évolution saisonnière qui est parallèle à celle du courant d'altitude : leur intensité se renforce en hiver en même temps que le contraste thermique pôle-équateur, et se décale vers l'équateur à mesure que la dépression polaire s'élargit en se refroidissant. De cette façon, les anticyclones dynamiques tropicaux, rejetés vers l'équateur en hiver, s'affaiblissent et remontent vers le pôle en été.

3. Conséquences des anticyclones sur la météo

Les anticyclones imposent des temps caractéristiques. Les anticyclones arctiques projettent des vents froids ou frais (advections polaires) vers de plus basses latitudes. Les anticyclones subtropicaux émettent, pour leur part, d'un côté les alizés, de l'autre les vents d'ouest, doux et humides, qui affrontent, aux latitudes moyennes, les advections polaires (front polaire). Au cœur des anticyclones, le temps est normalement beau et le ciel est dégagé.

Pour en savoir plus, voir l'article météorologie.