Identifiez-vous ou Créez un compte

Tour de France

Tour de France, 1903
Tour de France, 1903

Course cycliste française annuelle par étapes.

Le Tour de France dure trois semaines et a lieu au mois de juillet. Le parcours fait alterner étapes de montagne, avec des arrivées en altitude, favorables aux grimpeurs, étapes contre-la-montre, qui se disputent soit individuellement soit par équipes, et étapes de plaine, conclues par une longue échappée en solitaire ou par un sprint massif.
Créé en 1903, le Tour de France suivait approximativement, à l'origine, le contour de la France.
Chaque année, le Tour part d’une ville différente. Il fait souvent étape à l’étranger. La Grande Boucle se termine toujours à Paris et, depuis 1975, l'arrivée est jugée sur les Champs-Élysées, à l'issue d'une épreuve en ligne ou d'un contre-la-montre. Précédant le peloton des coureurs, la caravane publicitaire crée l’animation tout le long du parcours.
Troisième événement sportif mondial, après la Coupe du monde de football et les jeux Olympiques, le Tour de France est devenu aujourd'hui bien plus que du vélo, une vitrine de la France proposée au monde entier durant trois semaines, un lieu de mémoire totalement intégré dans la mondialisation.
Un Tour de France féminin, plus court, est disputé presque tous les ans depuis 1984, sous les noms successifs de Tour de France féminin, Grande Boucle féminine puis Route internationale de France féminine.

1. La légende du Tour

C'est en 1903 qu'Henri Desgrange (1865-1940), directeur-rédacteur en chef du journal L'Auto et recordman de l'heure sur piste, annonce son intention de lancer une course en six étapes sur un parcours long de 2 428 km, qui suit approximativement le contour de la France. Il souhaite concurrencer Paris-Brest-Paris, alors la plus longue épreuve cycliste (1 200 km), organisée par un journal concurrent, Le Vélo. Cette lutte entre journaux au début du xxe s. est exacerbée par le contexte de l’affaire Dreyfus : le dirigeant de Vélo, Pierre Giffard, est dreyfusard, alors que Desgrange, anti-dreyfusard, reçoit le soutien des fabricants de cycles.

Pour organiser ce premier Tour de France, Desgrange est épaulé par Géo Lefèvre, chef de la rubrique « cyclisme » du journal L'Auto. Les six villes étapes désignées sont Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Nantes. Desgrange fixe la durée de la course à trois semaines (c'est encore sa durée actuelle) et indemnise les cinquante premiers arrivants à Paris à raison de cinq francs par jour.

La course réunit 60 participants, dont 21 terminent l’épreuve. La première étape part devant le café Au Réveil-Matin, à Montgeron, le 1er juillet 1903. Le Français Maurice Garin, grand favori, sort vainqueur de ce premier marathon de la route, à la moyenne horaire de 25,079 km. Dès l'année suivante, des bagarres violentes provoquées par des spectateurs à Saint-Étienne et à Nîmes compromettent l'avenir du Tour. Les quatre premiers sont déclassés. Cornet, cinquième, âgé de 19 ans, est encore aujourd'hui le plus jeune vainqueur de l'épreuve. Desgrange écrit dans L'Auto : « Le Tour est terminé et sa seconde édition aura été la dernière. Il sera mort de son succès, des passions aveugles qu'il aura déchaînées... » Pourtant, le Tour continue de grandir. En 1906, la montagne fait son apparition, et le Français René Pottier est sacré premier roi de la montagne au ballon d'Alsace. Le Tour prend le départ des Champs-Élysées en 1908. Les Pyrénées sont traversées en 1910. En 1911, Desgrange décide de franchir le col du Galibier, alors connu des seuls bergers et montagnards.

1.1. Eugène Christophe répare sa fourche

Le premier drame du Tour de France, qui a contribué à sa légende, frappe en 1913 le Français Eugène Christophe, un coureur populaire que le public appelle familièrement « le Vieux Gaulois ». Dans le col du Tourmalet, Christophe brise la fourche de sa bicyclette. Il parcourt 14 km à pied pour réparer sa machine dans une forge du petit village de Sainte-Marie-de-Campan. Les commissaires, pour respecter le règlement d'une course alors farouchement individuelle, interdisent au forgeron d'aider le valeureux champion. Christophe perd ainsi quatre heures et toute chance de remporter le Tour de France.

Héros malheureux du Tour de 1913, Christophe endosse en 1919 le premier maillot jaune, cette couleur rappelant celle des pages du journal organisateur L'Auto.

1.2. Les forçats de la route

En 1924, les frères Pélissier quittent l’épreuve à Coutances pour protester contre un règlement draconien (les coureurs n’ont pas le droit changer de maillot). Le reporter Albert Londres, de retour de Cayenne, rédige pour Le Petit Parisien un article qui fait date : « Les forçats de la route ».

1.3. Le Tour à la radio

Dès 1922, les résultats de l’étape du jour sont annoncés de l’émetteur de la tour Eiffel. Le premier reportage radiotéléphoné est transmis en 1929 : le public peut enfin entendre la voix de ses champions.

1.4. Équipes nationales et caravane publicitaire

De 1912 à 1929, la victoire ne revient qu'une seule fois aux Français, grâce à Henri Pélissier. Mais, en 1930, le Tour subit une véritable révolution. Les équipes de marques disparaissent au profit des équipes nationales. Quelques coureurs individuels, appelés touristes routiers, sont encore admis, mais toutes les dépenses des coureurs, y compris les vélos, sont à la charge des organisateurs. Pour financer cette nouvelle formule, Desgrange lance pour la première fois une caravane publicitaire devant le Tour, avec un défilé de véhicules originaux qui « font de la réclame », en distribuant des cadeaux. Le succès est immédiat. Les premiers annonceurs, comme la Vache qui rit, y gagnent la sympathie du public, qui se prête volontiers au jeu.

Le Tour de France devient une fête nationale. Au moment où les revers tricolores engendraient un certain désenchantement dans le public, les six victoires françaises entre 1930 et 1937 relancent l’intérêt de l’épreuve. À lui seul, Charles Pélissier remporte huit étapes en 1930.

1.5. Des moyennes de plus en plus élevées

Pour franchir la barre des 30 km/h, il a fallu patienter un quart de siècle, entre les 29,214 km/h d’Octave Lapize en 1910 et les 30,620 km/h de Romain Maes, en 1935.

1.6. Jacques Goddet, le directeur au casque colonial

En 1947, Jacques Goddet, directeur du journal L'Équipe, remplace Desgrange, mort en 1940. La reprise est un peu laborieuse. Mais la victoire spectaculaire de Jean Robic en 1947 (lors de la dernière étape) s'associe à ce qui reste aujourd'hui encore la plus longue échappée solitaire de l'histoire du Tour : 253 km accomplis par le Berrichon Albert Bourlon, entre Carcassonne et Luchon.

Suivent plusieurs succès prestigieux des Italiens Gino Bartali (en 1948, dix ans après son premier succès) et de Fausto Coppi (qui l’emporte en 1949 puis en 1952, avec 28 minutes d’avance).

Louison Bobet est le premier à l'emporter trois fois de suite, triple de 1953 à 1955.

1.7. L’ère de la télévision

La première émission télévision de date de 1948 et les premiers reportages de 1952, avec des commentaires de Georges de Caunes sous la direction de Pierre Sabbagh. Après un premier direct au sommet du col d’Aubisque en 1957, la Radio télévision française emploie les grands moyens en 1958. Elle diffuse le contre-la-montre du puy de Dôme, puis le passage au col de l’Iseran, à 2 770 m, employant pour la première fois un hélicoptère, en plus des caméras fixes. Les caméras HF sont embarquées sur des motos pour la première fois en 1962.

1.8. Le temps de Maître Jacques

Avec son succès de 1964, Jacques Anquetil est le premier à remporter cinq Tours de France, des victoires qu’il doit à sa maîtrise du contre-la-montre et à une science de la course exceptionnelle qui lui permet de dominer les grimpeurs tels que Charly Gaul, Federico Bahamontes ou Raymond Poulidor.

1.9. Poulidor, l’éternel second

Pour la première fois, en 1967, le Tour commence par un prologue, un contre-la-montre individuel (alors disputé en nocturne), qui avait été mis sur pied dans le Tour d’Italie pour commémorer son cinquantenaire. Raymond Poulidor échoue à la deuxième place de ce prologue, battu de seulement six secondes : le sympathique « Poupou » n’allait jamais porter le maillot jaune.

1968 : victoire du Néerlandais Janssen

1.10. Merckx, le Cannibale

Le Belge Eddy Merckx, dit « Le Cannibale », n’usurpe pas sa réputation. Il égale le record d'Anquetil (cinq victoires), établi le record de jours passés en jaune (111), ainsi que celui des victoires d’étapes (34).

Il est par ailleurs le seul coureur à avoir remporté tous les classements distinctifs du Tour.

1.11. Hinault puis Indurain font la passe de cinq

En 1985, Bernard Hinault rentre dans le club fermé des quintuples vainqueurs du Tour. Il reste le dernier Français titré sur l’épreuve. Parmi ses concurrents, l'Australien Phil Anderson est le premier coureur né hors de l'Europe à porter le maillot jaune, en 1981.

En 1995, l’Espagnol Miguel Induráin devient le premier à remporter cinq fois d’affilée le Tour de France.

1.12. Fignon battu de huit secondes

Le vainqueur du Tour de France 1989 n'a été connu qu'à la fin de la dernière étape, un contre-la-montre qui se termine sur les Champs-Élysées.

Laurent Fignon, qui porte le maillot jaune, est devancé par Greg Lemond, qui l'emporte finalement de huit secondes, l'écart le plus faible jamais enregistré sur le Tour.

1.13. Les sept victoires consécutives d’Armstrong, annulées en 2012

Dans les années 2000, Anquetil, Merckx, Hinault et Induráin sont dépassés par l'Américain Lance Armstrong, qui stupéfie le monde du cyclisme avec ses sept succès d’affilée. Cependant, en 2012, l'Agence antidopage américaine (Usada), estimant Armstrong coupable de dopage, le suspend à vie de tous les sports reconnus par le mouvement olympique et lui retire toutes les victoires, tous les titres et toutes les primes depuis le 1er août 1998 et l'Union cycliste internationale lui retire tous ses titres acquis depuis le 1er août 1998.

1.14. La domination espagnole et Alberto Contador

Après le règne sans partage d'Armstrong, les coureurs espagnols dominent la fin des années 2000, avec notamment les deux victoires d'Alberto Contador, dont celle du Tour 2009.

1.15. Un aperçu du Tour de France 2008

Le Tour de France 2008 a été remporté par l'Espagnol Carlos Sastre.

1.16. Le Tour de France 2009

Le déroulé du Tour de France 2009, remporté par l'Espagnol Alberto Contador, jour après jour.

1.17. Les grands moments du Tour de France 2011

Le Tour de France 2011 a été remporté par l'Australien Cadel Evans.

1.18. Le parcours du Tour de France 2013

Le parcours du Tour de France 2013 ralliait la Corse à Paris.

2. Les maillots distinctifs

Le leader de l'épreuve au classement général porte un maillot jaune distinctif, créé en 1919 pour rappeler la couleur du journal organisateur L'Auto (L'Équipe prenant le relais au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, et jusqu'à la fin des années 1980). Le leader du classement par points porte un maillot vert (créé en 1953) ; le leader du classement de la montagne, un maillot blanc à pois rouges (créé en 1975, mais depuis 1933 existait un prix du meilleur grimpeur) ; le leader du classement du meilleur jeune (moins de 25 ans), un maillot blanc.

Le prix de la combativité récompense le coureur le plus généreux dans l'effort et manifestant le meilleur esprit sportif. Le combatif de l'étape porte l'étape suivant des dossards de couleur rouge.

3. Le palmarès du Tour de France

Le palmarès du Tour de France

CYCLISME : TOUR DE FRANCE

Palmarès

Année

Vainqueur

1903

M. Garin (France)

1904

H. Cornet (France)

1905

L. Trousselier (France)

1906

R. Pottier (France)

1907

L. Petit-Breton (France)

1908

L. Petit-Breton (France)

1909

F. Faber (Luxembourg)

1910

O. Lapize (France)

1911

G. Garrigou (France)

1912

O. Defraye (Belgique)

1913

P. Thys (Belgique)

1914

P. Thys (Belgique)

1919

F. Lambot (Belgique)

1920

P. Thys (Belgique)

1921

L. Scieur (Belgique)

1922

F. Lambot (Belgique)

1923

H. Pélissier (France)

1924

O. Bottecchia (Italie)

1925

O. Bottecchia (Italie)

1926

F. Buysse (Belgique)

1927

N. Frantz (Luxembourg)

1928

N. Frantz (Luxembourg)

1929

M. De Waele (Belgique)

1930

A. Leducq (France)

1931

A. Magne (France)

1932

A. Leducq (France)

1933

G. Speicher (France)

1934

A. Magne (France)

1935

R. Maes (Belgique)

1936

S. Maes (Belgique)

1937

R. Lapébie (France)

1938

G. Bartali (Italie)

1939

S. Maes (Belgique)

1947

J. Robic (France)

1948

G. Bartali (Italie)

1949

F. Coppi (Italie)

1950

F. Kubler (Suisse)

1951

H. Koblet (Suisse)

1952

F. Coppi (Italie)

1953

L. Bobet (France)

1954

L. Bobet (France)

1955

L. Bobet (France)

1956

R. Walkowiak (France)

1957

J. Anquetil (France)

1958

C. Gaul (Luxembourg)

1959

F. Bahamontès (Espagne)

1960

G. Nencini (Italie)

1961

J. Anquetil (France)

1962

J. Anquetil (France)

1963

J. Anquetil (France)

1964

J. Anquetil (France)

1965

F. Gimondi (Italie)

1966

L. Aimar (France)

1967

R. Pingeon (France)

1968

J. Janssen (Pays-Bas)

1969

E. Merckx (Belgique)

1970

E. Merckx (Belgique)

1971

E. Merckx (Belgique)

1972

E. Merckx (Belgique)

1973

L. Ocaña (Espagne)

1974

E. Merckx (Belgique)

1975

B. Thévenet (France)

1976

L. Van Impe (Belgique)

1977

B. Thévenet (France)

1978

B. Hinault (France)

1979

B. Hinault (France)

1980

J. Zoetemelk (Pays-Bas)

1981

B. Hinault (France)

1982

B. Hinault (France)

1983

L. Fignon (France)

1984

L. Fignon (France)

1985

B. Hinault (France)

1986

G. LeMond (États-Unis)

1987

S. Roche (Irlande)

1988

P. Delgado (Espagne)

1989

G. LeMond (États-Unis)

1990

G. LeMond (États-Unis)

1991

M. Induráin (Espagne)

1992

M. Induráin (Espagne)

1993

M. Induráin (Espagne)

1994

M. Induráin (Espagne)

1995

M. Induráin (Espagne)

1996

B. Riis (Danemark)

1997

J. Ullrich (Allemagne)

1998

M. Pantani (Italie)

1999

Non attribué. 1

2000

Non attribué. 1

2001

Non attribué. 1

2002

Non attribué. 1

2003

Non attribué. 1

2004

Non attribué. 1

2005

Non attribué. 1

2006

O. Pereiro (Espagne) 2

2007

A. Contador (Espagne)

2008

C. Sastre (Espagne)

2009

A. Contador (Espagne)

2010

A. Schleck (Luxembourg) 3

2011

C. Evans (Australie)

2012

B. Wiggins (Grande-Bretagne)

2013

C. Froome (Grande-Bretagne)

 

1. En 2012, l'Union cycliste internationale retire à l'Américain Armstrong, convaincu de dopage, tous ses titres acquis depuis le 1er août 1998 et le prive donc de ses victoires dans le Tour de France de 1999 à 2005.

 

2. À la suite du déclassement de l'Américain Floyd Landis pour dopage.

 

3. À la suite du déclassement de l'Espagnol Alberto Contador pour dopage.

4. Quelques faits saillants du palmarès du Tour de France

Quelques faits saillants du palmarès du Tour de France

Quelques faits saillants du palmarès du Tour de France

Événement

Coureur

Année

Plus grand nombre de victoires (maillot jaune)

Jacques Anquetil (France) : 5

1957, 1961, 1962, 1963, 1964

 

Eddy Merckx (Belgique) : 5

1969, 1970, 1971, 1972, 1974

 

Bernard Hinault (France) : 5

1978, 1979, 1981, 1982, 1985

 

Miguel Induráin (Espagne) : 5

1991, 1992, 1993, 1994, 1995

Plus grand nombre de maillots verts (classement par points) : 6

Erik Zabel (Allemagne)

de 1996 à 2001

Plus grand nombre de maillots blancs à pois rouges (meilleur grimpeur)

Richard Virenque (France) : 7

de 1994 à 1997 et 1999, 2003 et 2004

Vainqueur des trois classements la même année (maillot jaune, maillot vert et maillot blanc à pois rouges)

Eddy Merckx (Belgique)

1969

Plus grand nombre de victoires d'étapes

Eddy Merckx (Belgique) : 34

Entre 1969 et 1977

 

Bernard Hinault (France) : 28

Entre 1978 et 1986

 

André Leducq (France) : 25

Entre 1927 et 1938

 

Mark Cavendish (Grande-Bretagne) : 25

Entre 2007 et 2013

 

André Darrigade (France) : 22

Entre 1953 et 1966

 

Nicolas Frantz (Luxembourg) : 20

Entre 1924 et 1932

 

François Faber (Luxembourg) : 19

Entre 1906 et 1914

 

Jean Alavoine (France) : 17

Entre 1909 et 1925

 

Charles Pélissier (France) : 16

Entre 1929 et 1935

 

René Le Grevès (France) : 16

Entre 1933 et 1939

 

Jacques Anquetil (France) : 16

Entre 1957 et 1966

Plus grand nombre de victoires d'étapes sur un seul Tour : 8

Charles Pélissier (France)

1930

 

Eddy Merckx (Belgique)

1970 et 1974

 

Freddy Maertens (Belgique)

1976

Plus grand nombre de victoires en contre-la-montre

Bernard Hinault (France) : 20 (dont 5 prologues)

 

Plus grand nombre de jours avec le maillot jaune

Eddy Merckx (Belgique) : 111

 

Plus grand nombre de places de deuxième

Joop Zoetemelk (Pays-Bas) : 6 fois deuxième

 

Jan Ullrich (Allemagne) : 5 fois deuxième

 

Garrigou (France) : 4 fois deuxième

 

Raymond Poulidor (France) : 4 fois deuxième

Plus grand écart entre le premier et le deuxième

Maurice Garin (France) : 2 h 59' 21”, devant Lucien Pothier (France)

1903

Plus petit écart entre le premier et le deuxième

Greg LeMond (États-Unis) : 8”, devant Laurent Fignon (France)

1989

Plus grand écart d'un vainqueur d'étape (depuis 1947)

Jose Luis Viejo (Espagne) : 22' 50” (160 km d'échappée)

1976

Plus grand écart d'un vainqueur d'étape en contre-la-montre

Fauto Coppi (Italie) : 7' 02” (137 km)

1949

Plus petit écart d'un vainqueur d'étape en contre-la-montre

Laurent Fignon (France) : 48 millièmes de seconde, devant l'Irlandais Sean Kelly

1984

Plus longue échappée en solitaire

Albert Bourlon (France) : 253 km

1947

Plus grand nombre de sprints victorieux dans un même Tour

Mark Cavendish (Grande-Bretagne) : 6

2009

Moyenne la plus rapide d'une étape en ligne

50,355 km/h (Mario Cipollini)

Laval-Blois (191 km), en 1999

Moyenne la plus rapide d'une étape contre-la-montre (plus de 20 km)

54,545 km/h (Greg LeMond)

Versailles-Paris (24 km), en 1989

Moyenne la plus rapide d'une étape contre-la-montre par équipes

57,841 km/h (Orica-GreenEdge)

Nice (25 km), en 2013

Vainqueur le plus jeune du Tour

Henri Cornet (France) : 19 ans

1904

Vainqueur le plus âgé du Tour

Firmin Lambot (Belgique) : 36 ans

1922

Vainqueur le plus jeune d'une étape

Fabio Battesini (Italie) : 19 ans

1931 (étape Dinan-Brest)

Vainqueur le plus âgé d'une étape

Pino Cerami (Italie) : 41 ans

1963 (étape Bordeaux-Pau)

5. Les grandes dates du Tour de France

Les grandes dates du Tour de France

Les grandes dates du Tour de France

Année

Événement

1903

1er juillet : départ du premier Tour de France.

1905

première étape de montagne : le Tour franchit le Ballon d’Alsace.

1906

première incursion à l’étranger, en Allemagne.

1907

première étape à l’étranger, à Metz (alors en Allemagne).

1908

premier passage sur les Champs-Élysées (à 3 heures du matin, avant le départ réel)

1910

premier franchissement des Pyrénées (dont le col du Tourmalet et le col d’Aubisque).

1911

premier franchissement des Alpes (col du Galibier).

1913

retour définitif au classement aux temps après l’expérience du classement par points.

1919

création du maillot jaune : le Français Eugène Christophe est le premier à le revêtir.

1919

ravitaillement en course par les organisateurs.

1919

l’étape la plus longue de l’histoire du Tour : 488 km, entre Les Sables-d'Olonne et Bayonne.

1922

les résultats de l'étape du jour sont annoncés à la radio.

1926

premier départ de province, à Évian.

1926

le Tour le plus long : 5 745 km.

1927

première étape contre la montre par équipes.

1927

création de Radio-Tour.

1929

premier reportage radio, en différé.

1930

création des équipes nationales, du classement par équipes et de la caravane publicitaire.

1933

création du grand prix de la montagne.

1934

première étape contre la montre individuelle.

1935

première étape contre la montre par équipes (Nice-Montpellier : 56 km).

1937

l’emploi du dérailleur est autorisé.

1937

Jacques Goddet succède à Henri Desgrange comme directeur de course.

1937

création de radio-course.

1947

première étape dans une capitale étrangère, à Bruxelles.

1947

plus longue étape contre la montre : 139 km.

1947

Plus longue échappée en solitaire : Albert Bourlon (France) : 253 km

1948

premier retransmission en direct à la télévision, à l’arrivée au parc des Princes.

1949

premiers passages en Italie et en Espagne.

1949

Plus grand écart d'un vainqueur d'étape en contre-la-montre : Fauto Coppi (Italie) : 7' 02” (137 km)

1951

deuxième départ de province, à Metz, après celui de 1926.

1951

premier passage au mont Ventoux.

1952

premières arrivées en altitude (Alpe d’Huez, Sestrières, puy de Dôme).

1953

création du maillot vert (classement par points).

1954

premier départ de l’étranger, à Amsterdam.

1958

départ de Bruxelles.

1960

le Tour passe à Colombey-les-Deux-Églises, pour saluer le général de Gaulle.

1966

premier contrôle anti-dopage.

1967

création du prologue.

1967

retour aux équipes nationales.

1968

ravitaillement en course par les directeurs sportifs.

1969

retour à la formule des équipes de marques.

1970

création du maillot blanc pour le meilleur jeune (moins de 25 ans).

1971

premiers transferts aériens.

1974

étape en Grande-Bretagne.

1975

départ de Charleroi, première arrivée sur les Champs-Élysées.

1975

création du maillot blanc à pois rouges (désignant le premier au classement, déjà existant, du meilleur grimpeur).

1975

création du maillot blanc (désignant le premier au classement du meilleur jeune).

1976

Plus grand écart d'un vainqueur d'étape (depuis 1947) : Jose Luis Viejo (Espagne) : 22' 50” (160 km d'échappée)

1978

la plus longue étape contre la montre par équipes (Évreux-Caen : 153 km).

1981

pour la première fois, un coureur de l'hémisphère Sud revêt le maillot jaune : l'Australien Phil Anderson.

1984

Plus petit écart d'un vainqueur d'étape en contre-la-montre : Laurent Fignon (France) : 48 millièmes de seconde, devant l'Irlandais Sean Kelly

1986

pour la première fois, un coureur d'Amérique du Nord revêt le maillot jaune : le Canadien Alex Stieda.

1987

départ de Berlin.

1987

passage à Karlsruhe, ville du baron de Drais, inventeur de la draisienne, l’ancêtre de la bicyclette.

1989

départ de Luxembourg.

1989

Jean-Marie Leblanc devient directeur de la Société du Tour de France.

1989

Plus petit écart entre le premier et le deuxième : Greg LeMond (États-Unis) : 8 secondes devant Laurent Fignon (France)

1989

Moyenne la plus rapide d'une étape contre-la-montre (plus de 20 km) : 54,545 km/h (Greg LeMond), dans l'étape Versailles-Paris (24 km)

1990

Première étape retransmise dans son intégralité par la télévision

1992

un parcours européen, avec des passages en Espagne, en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, au Luxembourg et en Italie.

1998

départ de Dublin.

1998

création de la moto ravitaillement (boissons).

1999

Moyenne la plus rapide d'une étape en ligne : 50,355 km/h (Mario Cipollini), dans l'étape Laval-Blois (191 km)

2002

départ de Luxembourg, première ville étrangère à accueillir le départ du Tour à deux reprises.

2003

port du casque obligatoire, à l'exception de l'ascension finale dans les étapes de montagne.

2003

pour la première fois, un coureur d'Amérique du Sud revêt le maillot jaune : le Colombien Victor Hugo Pena.

2004

départ de Liège.

2004

port du casque obligatoire pendant toute la course.

2005

Christian Prudhomme devient directeur de la Société du Tour de France.

2007

départ de Londres.

2009

avant-dernière étape disputée en montagne (arrivée au mont Ventoux).

2010

départ de Rotterdam.

2011

arrivée d'étape au sommet du col du Galibier (2 645 m), plus haute arrivée au sommet de l'histoire du Tour de France.

2012

départ de Liège, deuxième ville étrangère à accueillir le départ du Tour à deux reprises.

2013

départ de Corse, où le Tour est présent pour la première fois.

2013

pour la première fois, un coureur africain revêt le maillot jaune : le Sud-Africain Daryl Impey.

2014

départ prévu de Grande-Bretagne (Leeds), avec une première étape en ligne.

2015

départ prévu des Pays-Bas (Utrecht), avec un contre-la-montre de 13,7 km. Pour la première fois, le Tour de France prendra un deuxième départ d'affilée hors de France.