En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Tour de France 2009

Le 96e Tour de France cycliste.

Contador remporte le 96e Tour de France

Vainqueur en 2007 et absent en 2008, l’Espagnol Contador faisait figure de grand favori pour la victoire finale. Un rang qu'il a parfaitement assumé, se montrant nettement supérieur à tous ses rivaux en montagne et même en contre-la-montre : il termine avec plus de quatre minutes d'avance sur son dauphin Andy Schleck, un écart conséquent. Contador, à 26 ans, étoffe un palmarès qui comprend aussi un Tour d'Italie et un Tour d'Espagne. Il devient le septième coureur espagnol à avoir remporté le Tour de France, après Bahamontes, Ocaña, Delgado, Induráin, Pereiro et Sastre. Il apporte à l'Espagne sa douzième victoire sur l'épreuve.

Le podium complété par Schleck et Armstrong

Le grimpeur luxembourgeois Andy Schleck a tiré profit des arrivées au sommet, pour compenser ses lacunes dans les contre-la-montre, ce qui lui a permis de limiter les écarts sur Contador. Il a bénéficié de l'aide de son frère Fränk, cinquième. La participation de Armstrong, sept fois vainqueur du Tour, constituait l’une des curiosités de la course. Le Texan a marqué son retour en terminant à une excellente troisième place. Coéquipier de Contador dans l’équipe kazakhe Astana, il n'a guère aidé le vainqueur et cette cohabitation au sommet a failli tourner au vinaigre à plusieurs reprises. L'Américain revenait après trois ans d’arrêt, à 37 ans, un âge auquel aucun coureur cycliste n'a jamais gagné la Grande Boucle. Son grand retour au récent Tour d’Italie s'était soldé par une douzième place.

Les maillots distinctifs : Hushovd et Pellizotti

Comme l’an dernier, l’Anglais Mark Cavendish s'est montré le plus rapide : ses six victoires d'étapes au sprint constituent un nouveau record. Cependant, le maillot revient sur les épaules du Norvégien Thor Hushovd, qui s'est montré le plus régulier au classement par points, notamment en montagne. Franco Pellizotti remporte le maillot blanc à pois rouge de meilleur grimpeur. Très pugnace, l'Italien a été désigné super combatif du Tour.

Les grands battus

L’Espagnol Carlos Sastre, vainqueur l’année précédente, avait pris la quatrième place du récent Tour d’Italie. Mais il n'avait pas récupéré de ses efforts et n'a fini qu'à la dix-septième place. L’Australien Cadel Evans, deuxième du Tour de France les deux années précédentes, a lui aussi déçu, finissant trentième à trois quarts d'heure du vainqueur, alors qu'il venait pourtant de terminer à la deuxième place du critérium du Dauphiné Libéré.

Le Tour des Français

41 Français étaient présents au départ à Monaco, soit un de plus que l’année précédente. Si aucun ne comptait succéder à Bernard Hinault, dernier vainqueur français du Tour, en 1985, les Tricolores ont remporté trois victoires d’étapes, qu’ils sont aller chercher en baroudeurs dans une course de mouvement : Thomas Voeckler à Perpignan, Brice Feuillu, un néo-professionnel inattendu vainqueur à Andorre Arcalis, et Pierrick Fedrigo à Tarbes après s'être échappé dans le Tourmalet. Au classement général, le premier français, Christophe Le Mevel, se classe à une bonne dixième place.

Le parcours

Long d’environ 3 500 km répartis en 21 étapes, le parcours réservait cette année une surprise de taille : une arrivée en altitude, au sommet du mont Ventoux, l’avant-dernier jour de course, avant l’étape sur les Champs-Élysées à Paris : jamais, dans l’histoire de l’épreuve, la montagne n’avait été au programme la veille de l’arrivée. Autre surprise, ou plutôt un retour après une longue éclipse : la Méditerranée, que les coureurs ont longé pendant cinq jours, après un départ à Monaco, à travers la Camargue, jusqu’à Perpignan : le peloton a dû composer avec le vent, un des grands ennemis du cycliste. Une des plus belles disciplines du cyclisme, le contre-la-montre par équipe, faisait son retour après trois ans d’interruption : cette épreuve atypique, qui réclame une cohésion parfaite entre coéquipiers, a séduit les spectateurs par son exigence technique et athlétique et ses moyennes élevées. Ce fut ensuite une incursion en Espagne, jusqu’à Barcelone : la destination la plus méridionale de l’histoire du Tour. Lors de la traversée des Pyrénées, l'arrivée à 2 240 m d’altitude à Andorre a permis à Contador de devancer ses rivaux. Le col du Tourmalet était au menu de l’étape de Tarbes, mais n'a pas provoqué de différences. Les coureurs ont rejoint ensuite les Vosges, puis le Jura. Deux étapes en Suisse ont permis d’aborder les Alpes. Au lendemain de la deuxième journée de repos, la grande étape franco-italo-suisse Martigny-Bourg-Saint-Maurice a vu le retour, après 43 ans d’absence, du col du Grand-Saint-Bernard : une ascension de 24 km et un sommet à 2 469 m d’altitude. La deuxième grande étape des Alpes, entre Bourg-Saint-Maurice et Le Grand-Bornand, s'est terminée par la côte de Romme, une difficulté inédite sur le Tour, et par le col de la Colombière, où Contador s'est montré dominateur. Le contre-la-montre autour du lac d’Annecy a été remporté par Contador, qui a ainsi conforté son maillot jaune. L'étape du mont Ventoux, le samedi 25 juillet, a constitué l’un des temps forts de ce Tour 2009, mais cette terrible ascension, rarement présente sur le parcours du Tour, et qui a vu bien des défaillances, n'a pas chamboulé le classement général.

Le déroulement des étapes

1ère étape. 4 juillet : Monaco (contre-la-montre). Vainqueur d'étape : Fabian Cancellara (Suisse).

Le Suisse Fabian Cancellara a remporté samedi 4 juillet la première étape du Tour de France, un contre-la-montre, devant l'Espagnol Alberto Contador et le Britannique Bradley Wiggins. L'Américain Lance Armstrong a pris la dixième place, à 22 secondes de Contador, son coéquipier d'Astana. Le Français Sylvain Chavanel a dû se contenter d'une seizième place.

2e étape. 5 juillet : Monaco-Brignoles. Vainqueur d'étape : Mark Cavendish (Grande-Bretagne).

Le Britannique Mark Cavendish s'est adjugé la victoire au sprint à Brignoles. Il a devancé l'Américain Tyler Farrar et le Français Romain Feillu. Le Suisse Cancellara conserve le maillot jaune.

3e étape. 6 juillet : Marseille - La Grande-Motte. Vainqueur d'étape : Mark Cavendish (Grande-Bretagne).

Deuxième victoire d'étape pour Cavendish qui a réglé au sprint ses 26 compagnons d'échappée, parmi lesquels Lance Armstrong, qui fait une bonne affaire et fait un bond de la dixième à la troisième place au classement général. Le Suisse Cancellara conserve le maillot jaune.

4e étape. 7 juillet : Montpelllier (contre-la-montre par équipes). Vainqueur d'étape : Astana.

La formation Astana a remporté le contre-la-montre par équipes de 39 km autour de Montpellier. L'équipe de Lance Armstrong s'est imposée de 40 secondes devant la Saxo Bank de Fabian Cancellara, qui sauve donc son maillot jaune de très peu.

5e étape. 8 juillet : Le Cap-d'Agde-Perpignan. Vainqueur d'étape : Thomas Voeckler (France).

Victoire de l'Alsacien Thomas Voeckler (Bbox Bouygues Télécom), grâce à une attaque à cinq kilomètres de l'arrivée.

6e étape. 9 juillet : Gérone-Barcelone. Vainqueur d'étape : Thor Hushovd (Norvège).

Victoire du Norvégien Thor Hushovd, sous la pluie. Fabian Cancellara conserve le maillot jaune.

7e étape. 10 juillet : Barcelone-Andorre Arcalis. Vainqueur d'étape : Brice Feillu (France).

Victoire du Français Brice Feillu, devant Christophe Kern. Rinaldo Nocentini s'empare du maillot jaune.

8e étape. 11 juillet : Andorre-La Vieille - Saint-Girons. Vainqueur d'étape : Luis Leon Sanchez (Espagne).

Victoire de l'Espagnol Luis Leon Sanchez, devant le Français Sandy Casar, l'Espagnol Astarloza et le Russe Efimkin. Au classement général, l'Italien Nocentini conserve le maillot jaune, devant Alberto Contador et Lance Armstrong.

9e étape. 12 juillet : Saint-Gaudens - Tarbes. Vainqueur d'étape : Pierrick Fédrigo (France).

Victoire du Français Pierrick Fédrigo, qui a réussi à devancer Franco Pellizotti. Les deux échappés ont résisté au retour du peloton. Les leaders du classement n'ont pas changé. Le maillot jaune reste sur les épaules de Nocentini. Thor Hushovd conserve le maillot vert et Pellizotti celui de la montagne.

10e étape. 14 juillet : Limoges - Issoudun. Vainqueur d'étape : Mark Cavendish (Grande-Bretagne).

Mark Cavendish s'est imposé au sprint dans une étape neutralisée par les équipes qui s'opposent à l'interdiction de l'oreillette.

11e étape. 15 juillet : Vatan - Saint-Fargeau. Vainqueur d'étape : Mark Cavendish (Grande-Bretagne).

Le Britannique Cavendish a remporté une quatrième victoire d'étape.

12e étape. 16 juillet : Tonnerre - Vittel. Vainqueur d'étape : Nicki Sorensen (Danemark).

Le Danois Nicki Sorensen s'est imposé en devançant ses six compagnons d'échappée. Nocentini reste en jaune.

13e étape. 17 juillet : Vittel - Colmar. Vainqueur d'étape : Heinrich Haussler (Allemagne).

L'Allemand Heinrich Haussler s'est adjugé l'étape. Nocentini demeure en tête du classement général.

14e étape. 18 juillet : Colmar - Besançon. Vainqueur d'étape : Sergueï Ivanov (Russie).

Le Russe Ivanov, de l'équipe Katusha, a remporté la quatorzième étape du Tour. Nocentini a gardé le maillot jaune de premier du classement général.

15e étape. 19 juillet : Pontarlier - Verbier. Vainqueur d'étape : Alberto Contador (Espagne).

Contador a placé une banderille lors de la première étape alpestre laissant groggy ses principaux adversaires. Il s'empare du maillot jaune.

16e étape. 21 juillet : Martigny - Bourg-Saint-Maurice. Vainqueur d'étape : Miguel Astarloza (Espagne).

Victoire de l'Espagnol Miguel Astarloza, qui devance un groupe de coureurs échappés dans le col du Petit-Saint-Bernard et dont faisaient partie les Français Sandy Casar et Pierrick Fédrigo, respectivement deuxième et troisième. Le maillot jaune reste sur les épaules de Contador, qui a répondu aux attaques d'Andy Schleck. Pellizotti, passé en tête au sommet des deux cols du jour, empoche le prix de la combativité et conforte son maillot à pois du meilleur grimpeur. Thor Hushovd conserve le maillot vert.

17e étape. 22 juillet : Bourg-Saint-Maurice - Le Grand-Bornand. Vainqueur d'étape : Frank Schleck (Luxembourg).

La grande étape des Alpes a tenu toutes ses promesses : Contador a conforté son maillot jaune en s'échappant en compagnie des frères Schleck pour une explication au sommet sur les pentes de la côte de Romme et du col de la Colombière, condamnant définitivement le vainqueur de l'an passé, l'Espagnol Sastre.

Au classement général, les frères Andy et Frank Schleck sont respectivement deuxième et troisième, Armstrong pointe à la quatrième place, à près de quatre minutes. Auteur d'une longue échappée en solitaire récompensée par le prix de la combativité, Thor Hushovd consolide son maillot vert. Pellizotti conforte son maillot à pois du meilleur grimpeur.

18e étape. 23 juillet : Annecy-Annecy (contre-la-montre). Vainqueur d'étape : Alberto Contador (Espagne).

En s'imposant dans ce contre-la-montre devant le spécialiste Cancellara, Alberto Contador montre qu'il est bien le meilleur. Christophe Moreau prend une méritoire huitième place. Au classement général, le Luxembourgeois Andy Schleck reste deuxième, à plus de quatre minutes, mais Lance Armstrong pointe désormais à la troisième place, à plus de cinq minutes de Contador.

19e étape. 24 juillet : Bourgoin-Jallieu - Aubenas. Vainqueur d'étape : Mark Cavendish (Grande-Bretagne).

Cavendish remporte sa cinquième victoire d'étape sur ce Tour. Il devance au sprint le maillot vert Thor Hushovd. Le classement général est inchangé.

20e étape. 25 juillet : Montélimar - mont Ventoux. Vainqueur d'étape : Juan Manuel Garate (Espagne).

Juan Manuel Garate a tiré profit du marquage des premiers du classement général et remporté l'étape du Ventoux. Contador a pratiquement course gagnée.

21e étape. 26 juillet : Montereau-Fault-Yonne - Paris. Vainqueur d'étape : Mark Cavendish (Grande-Bretagne).

Une sixième victoire pour Cavendish. Consécration de Contador sur les Champs-Élysées.

Pour en savoir plus, voir l'article cyclisme