En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Moyen Empire

Amenemhat III
Amenemhat III

Deuxième période de stabilité de la monarchie pharaonique.

Histoire dynastique

Vers 2280 avant J.-C., le premier royaume (constitué en 3200 avant J.-C.) ; sombre dans l'anarchie. Celle-ci résulte – après le long règne du faible souverain Pepi II – de deux causes essentielles, qui ont entraîné l'affaiblissement du pouvoir monarchique central : d'une part, la tendance de plus en plus grande à l'autonomie manifestée par le puissant clergé du dieu Rê à Héliopolis (enrichi matériellement par les donations royales) ; d'autre part, l'indépendance progressive prise par les hauts fonctionnaires (nomarques) de province (notamment ceux de Haute-Égypte, les plus éloignés de la capitale, sise à Memphis), largement munis de prébendes et de privilèges dus à la faveur du souverain (l'hérédité des fonctions surtout). À ces faits d'ordre politique (accaparement progressif des cadres de l'État par une oligarchie ambitieuse, d'origines diverses) s'ajoutent des troubles sociaux, des révoltes populaires dans les villes. Profitant du désordre intérieur, des Asiatiques, au nord-est, pénètrent dans le Delta. Il s'ensuit, pendant plus d'un siècle, une crise grave pour la nouvelle institution pharaonique, ruinée par le marasme économique, la famine, les bouleversements de la société, l'invasion étrangère. L'Égypte est alors morcelée suivant plusieurs dynasties parallèles, souvent en lutte les unes avec les autres. Pendant que la VIIIe dynastie (vers 2260 avant J.-C.) semble s'affirmer à Memphis, un monarque énergique, Kheti Ier, rassemble en son pouvoir les nomes de Haute-Égypte et installe sa capitale à Hêrakleopolis (à l'entrée du Fayoum), où se maintiendront ses descendants (IXe et Xe dynasties : 2220-2160 avant J.-C.). Kheti III parvient à chasser les Asiatiques du Delta ; mais son fils Merikarê doit céder aux puissants princes thébains, les Antef, qui, par intrigues ou par luttes ouvertes, ont progressivement attiré à eux des princes ou nomarques du Sud, jusque-là alliés des Hêrakleopolitains. Ainsi s'achève cette « première période intermédiaire ». À partir de 2160 avant J.-C., les Antef vont peu à peu refaire l'unité de l'Égypte, et Mentouhotep Ier (en 2052 avant J.-C.) rétablit une monarchie centrale forte, qui se maintiendra au cours des XIe et XIIe dynasties, lesquelles constituent le Moyen Empire égyptien proprement dit.

Cette prise de pouvoir coïncide avec la première ascension nationale de la ville de Thèbes, capitale des Antef et des Mentouhotep. Ascension non encore définitive : en effet, lorsque le vizir du dernier Mentouhotep (vers 2000 avant J.-C.) s'empare du trône et qu'après quelques années d'interrègne il devient Amenemhat Ier, il transporte sa capitale à Licht, à la pointe du Delta (il renoue ainsi avec la tradition memphite : le centre politique du royaume devant être situé à la jonction des « deux Égyptes »). De Licht, les Amenemhat et les Sésostris, souverains énergiques et avertis, maintiendront la cohésion économique et sociale.

L'institution monarchique, instruite par les événements brutaux des siècles précédents, modifie et renforce les modalités de la centralisation administrative, cependant que les classes sociales se différencient.

Sommet de l'édifice social, le roi incarne toujours la divine pérennité et l'omnipotence du gouvernement ; cependant, il n'est plus un monarque magnifique et distant, commandant une collectivité humaine, mais un chef d'État, le « bon berger » d'un « troupeau », le « refuge » naturel de chaque individu, dont il a l'entière responsabilité. Les liens d'intérêts réciproques qui, traditionnellement, unissent la monarchie d'Égypte aux dieux ne sont plus désormais uniquement personnels : divinités et souverains ont dès lors en commun la charge du peuple égyptien, qu'ils doivent, ensemble, protéger et sauvegarder. Le despote divin s'est humanisé, et c'est autour des hommes que s'ordonne, de manière nouvelle, la finalité du monde : « Le dieu a fait la lumière conformément à leur désir, et quand ils pleurent, il l'entend. Il a fait pour eux, dès l'origine, des rois, c'est-à-dire un soutien pour le dos du faible. » Les Instructions, (véritables testaments politiques précis et désabusés) de Kheti III à Merikarê, d'Amenemhat Ier à Sésostris Ier apportent un émouvant témoignage de cette transformation radicale de la conscience royale. Reflets encore de ce nouveau sentiment monarchique sont les hymnes chantés au roi (fervents ou apprêtés, textes de propagande parfois pour soutenir la cause du souverain) : « Il est l'asile où nul ne peut être poursuivi […]. Il est un rempart contre le vent, au temps où l'orage est dans le ciel. » Autour du roi se rassemble une société plus différenciée que sous l'Ancien Empire : un groupe dirigeant réunit les délégués immédiats du souverain, chefs de l'Administration, de l'armée, du clergé (dont la gestion entre dans l'obédience royale). C'est une classe noble, active, pourvue de gros salaires, de cadeaux royaux (pouvant notamment recevoir des « parts » sur les revenus des temples ou des domaines funéraires, « par la grâce du roi »). Apparaît alors une classe nouvelle, moyenne, intermédiaire utile dans l'État entre les dirigeants et le peuple ; elle est composée d'artisans supérieurs, de fonctionnaires des services centraux et particulièrement illustrée par la caste des scribes, dont la science (précieuse et dangereuse) du langage écrit et les connaissances font qu'ils sont devenus les rouages indispensables de toute la machine administrative. Dans les villes du Delta, les commerçants (enrichis par le développement pris alors par les relations extérieures) contribuent aussi à l'importance de cette classe aisée. Les paysans constituent la base solide, nécessaire de cette société : équipes de corvéables ou tenanciers libres, chacun pouvant désormais accéder à la propriété (cf. le conte du Paysan).

À la sauvegarde de ces nouvelles structures, à leur maintien dans l'ordre établi, le roi veille sévèrement : les dignitaires, laïques et clercs, sont soigneusement encadrés par le pouvoir central. Les hautes fonctions ne sont plus héréditaires ; à la mort d'un prince, d'un monarque, le souverain peut remanier les domaines, voire les morceler, et c'est lui qui désigne le successeur. Si, au début du Moyen Empire, trois générations successives de Khnoumhotep administrent Beni-Hassan (Moyenne-Égypte), cette famille noble disparaît ensuite ; il en est de même pour celle des Djehoutihotep à El-Bercheh. Chaque fois, c'est le roi qui a pris la décision ; les dignitaires provinciaux redeviennent de simples fonctionnaires, dans la main royale. Après le règne de Sésostris III, il n'y a plus de monuments de nomarques dans la vallée du Nil ; les nécropoles provinciales même disparaissent. La Cour est le centre véritable de toute la vie administrative du pays.

Le puissant clergé de Rê est soigneusement surveillé, et cela d'autant plus aisément d'ailleurs que deux « nouveaux venus » attirent à eux de nombreux fidèles.

Les dieux et l'au-delà

Certes, le grand dieu cosmique Rê, dieu de la Lumière et du Jour, animateur des puissances fécondantes de l'univers, dieu dynastique, continue d'attirer toutes les ferveurs. Sésostris Ier lui élève un temple près d'Héliopolis, à Matarièh, dont il ne subsiste actuellement qu'un obélisque.

Mais l'expansion d'autres personnalités divines, puissantes, « nationales », vont, d'une part, populariser les rites funéraires et achever la libération de la conscience individuelle en permettant à tout homme d'accéder à une survie éternelle (jusque-là fait royal), et d'autre part, permettre une « politique » religieuse plus aisée et plus souple. Osiris, dieu d'origine agraire, dieu de la Végétation et de la Fécondité des plantes (annuellement renouvelées suivant un cycle inéluctable), est devenu, tout au long de la vallée, un dieu très populaire. Son culte, depuis le Delta, d'où il est issu, s'est largement répandu (à partir de la fin de l'Ancien Empire) dans le pays tout entier, supplantant parfois les divinités locales (Andjty à Busiris, Khentiimentiou à Abydos), les assimilant en partie (Sokaris à Memphis) ou s'alliant à elles (ennéade d'Héliopolis). Le souverain thébain Antef II, s'étant emparé d'Abydos au cours de ses luttes contre les Hêrakleopolitains, y installe définitivement le culte d'Osiris (pensant peut-être utiliser pour sa cause la dévotion populaire envers cette divinité). Fêtes religieuses et pèlerinages se succèdent alors dans la ville. Osiris, en effet, par sa mort et son immersion dans les eaux du Nil, suivies de sa glorieuse résurrection, évoque, sur le plan mythique, les phases de la vie de la nature, avec son renouvellement périodique ; « Ré-animé » par les pratiques rituelles de son épouse Isis, assistée d'Anubis notamment, il donne aux hommes un exemple de résurrection, lié au cycle même, inévitable, de l'univers. Reproduire ces rites (d'abord pour le roi seul, puis pour chaque homme), c'est assurer la survie de tous. La leçon est immense ; Osiris n'a nul besoin de clergé puissant : la ferveur de chacun est grande pour qui lui montre et lui enseigne ainsi formellement les chemins de la vie éternelle. Ce processus idéologique n'est point particulier à l'Égypte : Baal, en Asie, est chargé d'un sens tout à fait analogue.

Si la survie du roi se diversifie (compagnon du Soleil, dans le ciel supérieur, pendant le jour, il rejoint, au soir, à travers la montagne d'Occident, le ciel inférieur, domaine souterrain où règne désormais Osiris, suivant un partage tacite d'attributions entre les deux divinités), celle de chaque individu est désormais assurés. Pour les plus aisés, le corps embaumé, momifié, etc., maintenu donc dans son intégrité et sa santé physique, pourra être « ré-animé » par la grâce magique des formules et des rites, ceux-là même qui furent utilisés par Isis et ses aides au jour de la première résurrection modèle ; pour mieux garantir cette survie, la momie est placée dans un sarcophage, cuve de bois, décorée et peinte, conçue comme une maison : l'image d'une porte orne ses flancs, par laquelle peut sortir le mort, qui a aussi la possibilité de voir au-dehors, à travers deux yeux dessinés au pinceau sur un côté de la cuve, et qui retrouve les objets nécessaires à sa vie quotidienne reproduits en longues colonnes, véritables frises, de part et d'autre de cette « maison magique » ; l'efficience de celle-ci est accrue encore par l'inscription, à l'intérieur des parois du sarcophage, du rituel même de la résurrection. Pour les plus humbles, de petites statuettes de bois placées auprès du maître, reproduisant leurs gestes, leurs attitudes de travailleurs pourront s'animer dans les mêmes conditions, corps de chair ou enveloppe (réaliste) de pierre ou de bois réagissant identiquement à la magie des mots ; ces humbles seront éternellement laborieux, mais vivants.

D'origine obscure, divinité adorée dans la petite bourgade thébaine, Amon est un dieu dont le destin se confond avec celui, prestigieux, de sa ville. Il semble que sa « montée » ait été le résultat d'une politique délibérée des souverains du Moyen Empire, qui, en opposant le clergé de Thèbes à celui d'Héliopolis (suivant un jeu habile), pensaient demeurer les arbitres obligés de tout éventuel conflit d'ordre spirituel. On peut bien parler de politique délibérée, car il apparaît que ces rois du Moyen Empire ont tenté d'établir, pour soutenir la nouvelle centralisation monarchique, une première centralisation religieuse officielle, un véritable syncrétisme idéologique d'État. Seule la personnalité d'Osiris, trop populaire, ne pouvait entrer dans aucun système concerté de ce genre. Un premier rassemblement de dieux locaux s'opère autour du dieu d'Héliopolis : les dieux des provinces perdent de leur indépendance en se solarisant, en devenant des kheperon (c'est-à-dire des formes, des hypostases) de Rê (aussi bien Horus d'Edfou, Min de Coptos que Montou d'Hermonthis, Thot d'Hermopolis ou Sobek du Fayoum notamment). Entre Rê et Amon, il y a composition, mais composition d'inspiration politique ; Amenemhat Ier (dont le nom même, « Amon-est-en-tête », est une profession de foi religieuse) confère l'autorité suprême au dieu thébain sur les dieux des autres villes en l'associant à Rê (qui tendait déjà à regrouper en sa personne les divinités provinciales) sous le nom d'Amon-Rê ; l'ordre des mots étant révélateur d'une pensée en Égypte ancienne, Amon a donc le pas sur l'Héliopolitain. Désormais, c'est Amon-Rê (et non plus le seul Rê) qui règne. Thèbes devient centre théologique ; la réflexion de ses clercs vaut à Amon de devenir le chef d'une ennéade, parfois constituée sur le modèle de celle d'Héliopolis, parfois formée par l'adjonction des huit divinités primordiales d'Hermopolis – en un souci d'accommoder, au mieux des intérêts du Thébain, les systèmes cosmogoniques déjà existants. Les prêtres de Thèbes entrent dans l'histoire d'Égypte, où, notamment au Nouvel Empire, ils vont jouer dès lors un rôle éminent.

L'Égypte et le monde extérieur

Dans ce domaine aussi, la monarchie du Moyen Empire a dû tirer la leçon des événements ; pour la première fois, les frontières naturelles du royaume d'Égypte n'ont pas arrêté l'invasion étrangère au nord-est. Il y faut remédier pour l'avenir, en même temps qu'accroître les ressources économiques du pays, ruiné par plus d'un siècle d'anarchie. Expéditions militaires et commerciales demandent la participation ou la « couverture » d'une armée permanente plus importante.

L'armée royale, recrutée essentiellement par conscription, se développe : une stèle du Caire nomme un fils royal « qui a été envoyé pour recruter un régiment de soldats et qui donna un homme sur 100 mâles à son seigneur » (proportion moyenne) ; il est vraisemblable aussi que les nomarques entretiennent encore quelques milices dans leurs provinces. Mais le roi est alors assez fort pour empêcher un usage trop personnel de ces éléments militaires locaux, parmi lesquels il prélève d'ailleurs des contingents (choisis parmi les recrues les mieux entraînées) qui s'acheminent aussi vers la cour de Licht. Peu de changements depuis l'Ancien Empire, bien que, sous la XIIe dynastie, on commence à substituer le bronze au cuivre. L'infanterie constitue encore l'essentiel de l'armée ; il y a quelques corps de mercenaires, notamment celui des archers nubiens.

Au nord-est, il fallait avant tout, d'une part, mettre le Delta à l'abri des incursions des Asiatiques – qui, après la VIe dynastie, avaient constitué un réel fléau – et, d'autre part, assurer la liberté du commerce pour les villes de Basse-Égypte. Il y avait donc deux voies essentielles à protéger : la voie de terre et la voie de mer. Pour assurer la protection de la voie de terre Amenemhat Ier fait construire sur la frontière orientale du Delta une série de forteresses, les « Murs du Prince » (dont nous connaissons l'existence par plusieurs textes, notamment Les Aventures de Sinouhé), qui, pourvues de garnisons permanentes, devront protéger le royaume. Ce fait est sans doute à l'origine de la tradition, transmise par les Grecs, selon laquelle un souverain aurait construit une muraille ininterrompue depuis Péluse jusqu'à Héliopolis ( !) : l'imagination populaire magnifia un système défensif de fortifications simple, mais certainement efficace, car l'infiltration étrangère fut arrêtée ; les immigrés déjà installés semblent avoir été réduits à la servitude sur les domaines des temples ou ceux des nobles. Dans l'arrière-pays, après une campagne militaire menée par Sésostris III jusqu'à Sichem (l'actuelle Naplouse), les chefs de tribus, tant en Syrie qu'en Palestine (ces noms actuels sont employés pour leur commodité d'usage, mais ne correspondent à aucune réalité politique à cette époque ; la Palestine ne sera créée que sous la XIXe dynastie, par les Philistins venus d'Asie Mineure), reconnaissent la suzeraineté du roi d'Égypte ; les inscriptions les désignent parfois du même titre que les grands de la cour de Licht : heqa, our. Plus au nord, il est vraisemblable que les Sésostris ont envoyé des missions, appuyées de garnisons militaires, pour contrôler certains grands centres, comme Megiddo (relais de caravanes), Ougarit (l'actuelle Ras Shamra) ; cela a été confirmé par la découverte, en Syrie septentrionale, d'un monument, contemporain de la XIIe dynastie, sur lequel est représenté un dieu pourvu des insignes royaux égyptiens.

La voie de mer est aussi soigneusement protégée ; pour cela, les monarques de la XIIe dynastie reprennent la politique déjà traditionnelle : imposer leur protection aux ports phéniciens, notamment Byblos, des tributs annuels témoignant de la suzeraineté ainsi reconnue ; à Tôd (Haute-Égypte) a été retrouvé le trésor adressé dans ce dessein par Byblos à Amenemhat II : coffres de bronze contenant des bijoux et des objets d'orfèvrerie, des lingots d'or et d'argent, des perles, des lapis-lazuli, etc. Mais le roi ne participe pas aux opérations commerciales ; il pourvoit seulement à la sécurité de ses marchands. Il en va de même dans les relations maritimes avec Chypre et la Crète, qui se développent alors. Cette influence prédominante que la XIIe dynastie sait exercer sur Byblos et la Syrie donne également à l'Égypte le contrôle des routes caravanières de l'Asie, particulièrement importantes à ce moment, où Babylone connaît une grande prospérité commerciale.

L'ensemble de ces rapports dénote une politique relativement pacifique, non point de conquête, mais de protection des frontières et de sauvegarde intelligente des intérêts économiques.

Vers le sud, il en va autrement. Mentouhotep Ier a dû reconquérir la Nubie, qui a profité des troubles pour s'ériger en royaume indépendant. Dans ces régions, on se heurte à une civilisation indigène peu avancée ; les expéditions en quête d'or, d'ivoire, d'ébène sont longues, coûteuses, dangereuses aussi et doivent donc être accompagnées d'une forte garde armée. Il ne peut s'agir d'un commerce royal, d'État. Au Moyen Empire, une politique de pénétration en Nubie est menée systématiquement ; des expéditions sous le commandement du vizir s'enfoncent progressivement dans le Sud ; sous Sésostris Ier, elles atteignent la troisième cataracte du Nil ; Sésostris III, roi guerrier, pousse jusqu'à l'actuel Soudan. Le gouvernement égyptien établit en Nubie une véritable colonisation : les chefs de tribus sont soumis au paiement régulier d'impôts en nature, à l'envoi de troupes mercenaires. La construction d'une série de forteresses (assez rapprochées les unes des autres) a pour objet de maintenir le pays dans l'obédience du royaume d'Égypte : les plus importantes sont érigées à Bouhen et à Mirgissèh (au niveau de la deuxième cataracte), à Semnèh et à Koumma (Koummèh), plus au sud ; des garnisons les occupent en permanence, communiquant entre elles par signaux de fumée. Pour compléter cette protection avancée de l'Égypte, Sésostris III interdit aux bateaux nubiens descendant le Nil d'aller en aval de la deuxième cataracte.

Vers l'est, des expéditions royales exploitent systématiquement les mines de cuivre et de pierres précieuses (malachite, turquoise) ainsi que les gisements de quartz aurifère du Sinaï. La tradition des missions vers le pays de Pount (en quête d'arbres à encens, de myrrhe, d'électrum, notamment) est reprise dès Mentouhotep II. Sésostris Ier remet en valeur les mines et les carrières du Ouadi Hammamat (particulièrement les mines d'or) ; sur cette longue piste (lit d'un oued desséché), qui, à travers un désert aride, mène les caravanes, en quatre jours de marche, de Coptos (sur le Nil) à Kosseir (sur la mer Rouge), il crée de place en place des points d'eau, dont la présence va permettre de développer les échanges avec l'Orient.

Il y a là une politique concertée, intelligente d'une monarchie qui a su rendre prospérité et sécurité à son royaume.

ARTS ET LITTÉRATURE

Sécurité et prospérité restaurées s'accompagnent naturellement d'un renouveau original dans tous les domaines de l'expression artistique et littéraire.

Si l'architecture ne retrouve pas sa forme colossale, c'est que la remise en ordre du royaume nécessite encore quelque épargne ; on utilise des matériaux peu coûteux, plus légers (calcaire, brique). Le pavillon de la fête jubilaire de Sésostris Ier (Karnak) est de taille réduite, mais l'élégante justesse de ses proportions en fait une œuvre admirablement achevée. D'une conception nouvelle (dont s'inspirera l'architecte de la reine Hatshepsout), le temple funéraire des Mentouhotep II et III constitue à Deir el-Bahari la première architecture en terrasses, parfaitement adaptée au site naturel. Avec l'apport thébain, une école de sculpture plus durement réaliste, plus énergique prend alors naissance, opposant sa jeune vigueur aux traditions de l'école memphite, plus idéaliste, plus académique : voir la statue massive et brutale de Mentouhotep Ier (trouvée à Deir el-Bahari ; Musée égyptien, Le Caire), le visage anguleux et tourmenté de Sésostris III (Médamoud, Le Caire) et les portraits souriants, à l'expression douce, presque efféminée, d'Amenemhat III (Hawara, Le Caire). D'une conception architecturale par sa structure et ses lignes, la statue-cube apparaît à ce moment. Les bas-reliefs témoignent du même contraste d'écoles : scènes religieuses, d'un traitement froid et lisse, sculptées sur les parois du pavillon de Sésostris Ier ; scènes animées, d'un réalisme plein d'humour, des tombes de Meir. La grande nouveauté est le développement de la peinture pure dans les tombes : notamment à Beni-Hassan. Le Moyen Empire marque aussi le triomphe de la joaillerie égyptienne : pectoraux, colliers, diadèmes, bagues, bijoux, d'or et de pierres précieuses, constituent un admirable trésor.

L'expression écrite est florissante : les instructions royales, les hymnes royaux, les contes et les romans (le Paysan, Contes du papyrus Westcar, les Aventures de Sinouhé, Conte du naufragé), où se retrouvent les grands mythes méditerranéens, les textes satiriques révèlent l'existence d'une langue harmonieuse, au vocabulaire varié et riche, à la syntaxe rigoureuse et équilibrée, et témoignent aussi de la pleine maturité intellectuelle à laquelle est parvenu le peuple de la vallée.

L'un des derniers rois de la XIIe dynastie (le dernier réellement connu), Amenemhat III, est un souverain pacifique. La prospérité intérieure est rétablie, la garde aux frontières efficace, la monarchie semble assurée (surtout depuis que Sésostris Ier a instauré la tradition d'associer au pouvoir l'héritier présomptif du trône). Aussi, reprenant la politique déjà inaugurée par Sésostris II, Amenemhat III se consacre essentiellement à la mise en valeur du Fayoum (oasis entretenue par un bras du Nil, au sud-ouest de Licht) ; il fait construire à Hawara (entrée du Fayoum) un palais dont la grandeur et la multiplicité des salles étonneront les Grecs naïfs, qui lui donneront le nom de Labyrinthe.

Mais Amenemhat IV, puis la reine Sebeknefrourê paraissent être des souverains peu brillants, sans énergie, qui contribuent à faire déchoir la dynastie.

Surtout à ce moment, les mouvements de peuples indo-européens, venus du nord et qui, depuis le début du IIe millénaire avant notre ère, modifient totalement la « carte » de l'Asie antérieure, vont refluer jusqu'aux abords de la vallée du Nil. Une nouvelle et grave menace d'invasion se lève, bientôt concrétisée par les Hyksos. Une seconde période intermédiaire va brutalement interrompre la brillante reprise monarchique du Moyen Empire.

Celui-ci constitue une période charnière dans le développement historique continu de l'Égypte. Il affirme les principes de gestion monarchique ; il précise, développe ou construit les traditions d'une politique extérieure réaliste ; l'idéologie religieuse se diversifie, offre à tous les possibilités d'une survie éternelle ; Thèbes et Memphis, Thèbes et Héliopolis s'affrontent ; les arts trouvent leurs expressions originales ; une conscience commune, dénoncée par les images et les thèmes mythiques, unit l'Égypte aux peuples méditerranéens et asiatiques (que fréquentent ses marchands, ses marins, ses voyageurs). Bientôt se produira l'inévitable contact politique, et le petit royaume, contraint, poussé par les événements, deviendra le plus grand empire d'Orient.