lui

pronom personnel masculin et féminin, ou pronom réfléchi de la 3epersonne

(latin populaire *illui, altération du latin classique illī, datif de ille, celui-ci)

Définitions de lui


  • Pronom atone masculin et féminin, objet indirect d'un verbe : Voilà ce que je lui ai entendu dire.
  • Pronom accentué, uniquement masculin, sujet, attribut du sujet, objet direct, apposition, complément précédé d'une préposition (il peut être renforcé par même : lui-même) : Sans la liberté, l'homme n'est pas lui-même.

Homonymes de lui


  • lui forme conjuguée du verbe luire
  • luis forme conjuguée du verbe luire
  • luit forme conjuguée du verbe luire

Difficultés de lui


  • ORTHOGRAPHE

    On écrit lui-même (= lui en personne), avec un trait d'union (comme moi-même, soi-même, nous-mêmes, etc.), mais même lui (= lui y compris), sans trait d'union.

  • EMPLOI

    Lui (elle). Pour remplacer un nom de personne, on emploie lui (elle). Jacques n'est jamais disponible, Martine s'est un peu éloignée de lui (et non : *s'en est un peu éloignée). Clémentine est encore petite, fais bien attention à elle (et non : *fais-y bien attention).
    Pour les choses et les animaux non familiers, on emploie en et y pour de lui (d'elle), à lui (à elle) : cet endroit vous rappelle trop de souvenirs, il vaudrait mieux vous en éloigner (et non : *vous éloigner de lui) ; ce sont mes vacances, et je veux en profiter (et non : *profiter d'elles) ; cette question est importante, fais-y bien attention (et non : *fais bien attention à elle) ; certains renards ont la rage, par ici, méfie-t'en (plutôt que : *méfie-toi d'eux).
    Pour les animaux domestiques familiers, dont on parle souvent comme de personnes, on peut employer lui, elle : Rex a des puces en ce moment, ne vous approchez pas trop de lui (plutôt que : ne vous en approchez pas trop).

    Lui précédé d'une préposition.
    Si lui représente une personne, on peut l'employer après n'importe quelle préposition, sauf dans (que l'on remplace par en) : il a senti en lui l'appel de la mer (et non : *il a senti dans lui) ; j'ai dîné avec lui avant-hier ; tu es déjà allée chez lui ?
    Si lui représente une chose ou un animal, on ne dit pas sur lui, sous lui, dans lui, mais dessus, dessous, dedans : qu'on lui amène un cheval et qu'il monte dessus (et non : *sur lui) ; voilà le hangar, vous pouvez mettre votre voiture dessous (et non : *sous lui) ; je te donnerai une belle boîte, tu rangeras tes lettres dedans (et non : *dans elle). - En revanche, lui placé après les prépositions avec, après, devant, derrière, au-dessus de, etc., peut désigner une chose ou un animal : l'incendie n'a rien laissé derrière lui ; le tracteur roulait au pas et après lui venait un camion ; le taureau était dans le pré, je me suis trouvé juste devant lui.

    Lui / soi. Lorsque le pronom complément représente le sujet, on emploie soi pour désigner une personne indéterminée, lui pour représenter une personne déterminée : chacun travaille pour soi ; Michel travaille pour lui. - Dans le registre soutenu, en particulier à l'écrit, et dans certaines locutions figées, soi peut être employé au lieu de lui ou d'elle : «  Elle hochait la tête, regardant droit devant soi  » (Alain-Fournier) ; il traîne tous les cœurs après soi. - Soi est également employé pour éviter une équivoque : «  Cependant dona Manuela, laissant comme toujours sa fille s'occuper de soi  » (Aubry).

    Lui sujet d'un infinitif. Je lui ai laissé dire tout ce qu'il voulait / je l'ai laissé dire tout ce qu'il voulait. → le


Citations avec lui


  • Malcolm de Chazal (Vacoas 1902-Port-Louis 1981)
    L'homme cherche en lui-même ce qu'il ne trouve pas dans les autres, et cherche chez les autres ce qu'il y a de trop en lui.
    Sens plastique, Gallimard
  • Jean Dutourd (Paris 1920-Paris 2011)
    Académie française, 1978
    Une dupe, c'est un homme trompé, bien sûr, mais non pas tant trompé par les autres que par lui-même.
    Les Dupes, Gallimard
  • Julien Green (Paris 1900-Paris 1998)
    Académie française, 1971
    Un journal est une longue lettre que l'auteur s'écrit à lui-même, et le plus étonnant est qu'il se donne à lui-même de ses propres nouvelles.
    Journal, Plon
  • Michel Eyquem de Montaigne (château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592)
    Si on me presse de dire pourquoi je l'aimais, je sens que cela ne peut s'exprimer qu'en répondant : Parce que c'était lui, parce que c'était moi.
    Essais, I, 28

    Commentaire
    Montaigne parle de son amitié avec La Boétie.

  • Plotin (Lycopolis, aujourd'hui Assiout, Égypte, vers 205-en Campanie 270)
    Le sage est tourné vers lui-même et il trouve en lui toutes choses.
    Ennéades, III, 8, 6 (traduction E. Bréhier)

Mots proches

Ces trois mots se terminent par le son [cie] ; lequel prend un « c » et non un « t » dans la syllabe finale ?