Accueil > langue française > dictionnaire > acquérir v.t. - être acquis v.pass. - s'acquérir v.pr.

acquérir

verbe transitif Conjugaison

(ancien français aquerre, du latin populaire *acquaerere, du latin classique acquirere)

  • 1. Devenir propriétaire d'un bien, d'un droit par achat, échange, succession : Acquérir une terre par héritage.

    Synonymes :

    acheter - obtenir - recueillir - se procurer

    Contraires :

    céder - perdre - transmettre - vendre

  • 2. Arriver à obtenir une qualité, une connaissance, etc., par un effort personnel, le plus souvent par une recherche, des exercices, etc. : Les jurés ont acquis la conviction que l'accusé était innocent.

    Synonymes :

    conquérir - emporter - gagner - remporter

    Contraire :

    aliéner

  • 3. Prendre une valeur plus importante, gagner en qualité : Titre qui acquiert de la valeur.
  • 4. Procurer quelque chose à quelqu'un, le lui faire avoir, en parlant de quelque chose : Ses bons services lui ont acquis ce crédit auprès de ses supérieurs.

    Synonymes :

    attirer - concilier - gagner

  • 5. Gagner quelqu'un à une idée, une doctrine : Le discours du président les avait acquis à l'idée européenne.

être acquis

verbe passif

  • 1. Être obtenu par le travail, les conditions de vie, etc., par opposition à ce qui est naturel, inné : Une qualité acquise.
  • 2. Être indiscutablement prouvé, démontré, reconnu comme certain : Il est acquis que la loi sera votée.

    Synonyme :

    établi

s'acquérir

verbe pronominal Conjugaison

  • 1. Être obtenu : La souplesse s'acquiert à force d'exercices.
  • 2. Obtenir quelque chose à force d'efforts : Il s'est acquis une solide réputation de générosité.

Expressions avec acquérir

être acquis

verbe passif

  • Avantages acquis,

    avantages spécifiques de certaines catégories de personnel et sur lesquels, en principe, on ne peut revenir.
  • Caractère acquis,

    trait distinctif qui apparaît chez un individu sous l'influence de facteurs extérieurs. (Les caractères acquis ne sont pas inscrits dans le patrimoine génétique et ne sont pas transmissibles.)
  • Être (tout) acquis à une idée, à quelqu'un,

    avoir donné son adhésion, son approbation à cette idée, être entièrement dévoué à quelqu'un, être en accord avec lui.

    Synonyme :

    dévoué à

  • Fait acquis,

    fait indiscutable sur lequel on ne peut revenir, donné comme définitif.
  • Tenir quelque chose pour acquis,

    le tenir pour indiscutable, prouvé.
  • Vitesse acquise,

    vitesse dont un corps est animé à un moment donné.

Homonymes de acquérir



Homonymes des variantes de acquérir


    acquîtes

  • acquitte forme conjuguée du verbe acquitter

Difficultés de acquérir


  • ORTHOGRAPHE ET SENS

    Noter le groupe acqu- que l'on retrouve dans les mots de la même famille : acquéreur, acquêt, acquis, acquisition, etc.

    Ne pas confondre ces deux mots malgré leur prononciation identique.

    Acquis adj. et n.m. (du verbe acquérir) = qui a fait l'objet d'une acquisition, détenu, possédé. Des connaissances acquises ; l'inné et l'acquis.

    Acquit n.m. (du verbe acquitter) = reconnaissance écrite d'un paiement ; quittance. → acquit

  • CONJUGAISON

    Attention à la conjugaison de ce verbe capricieux (), et particulièrement au présent de l'indicatif : j'acquiers (et non *j'acquerre), nous acquérons, ils acquièrent ; au futur : j'acquerrai ; au subjonctif : que j'acquière et au passé composé : j'ai acquis (et non *j'ai acquéris).

  • EMPLOI

    Au sens de « obtenir, arriver à avoir », acquérir ne se dit que de choses avantageuses pour l'acquéreur, ou bien censées l'être : on acquiert des connaissances, de l'expérience, de l'habileté (mais non la rougeole ou des ennuis).


Citations avec acquérir


  • Louis Aragon (Paris 1897-Paris 1982)
    Rien n'est jamais acquis à l'homme.
    La Diane française, Il n'y a pas d'amour heureux , Seghers
  • Jacques Rigaut (Paris 1899-Paris 1929)
    Autant d'acquis, autant de perdu.
    Écrits, Maximes , Gallimard

Mots proches

Lequel de ces substantifs masculins se finissant par le son [é] ne prend pas de « e » ?