En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

le Pô

en italien Po

Principal fleuve d'Italie, tributaire de l'Adriatique ; 652 km (bassin de 70 472 km2).

Le Pô prend sa source à 2 022 m d'altitude au Piano del Re, sur le versant nord du mont Viso, puis il traverse toute la plaine padane, dite justement plaine du Pô. Au départ, c'est un simple torrent alpin à forte pente. Dès Turin, à 70 km de sa source, le Pô n'est plus qu'à 214 m d'altitude et a un débit de 81 m3s (maximum de 2 230 m3s et minimum de 9 m3s). Son débit augmente alors grâce à divers affluents, dont la Doire Baltée, sa pente s'adoucit, son cours prend la direction de l'est et dessine de nombreux méandres. Le Pô est renforcé par divers affluents qui, à l'exception du Tanaro, sont surtout des affluents alpins de rive gauche, tels la Sesia, le Tessin, l'Adda, le Brembo, le Serio, l'Oglio, le Mincio. Plus à l'aval, ce sont les rivières du versant apennin qui dominent avec la Secchia et le Panaro. Dans son cours inférieur, le Pô a une pente très faible ; à Ostiglia, à 150 km de l'embouchure, il n'est plus qu'à 2 m au-dessus du niveau de la mer. La masse énorme d'alluvions transportée est en partie déposée dans le lit, d'où une surélévation par rapport à la plaine environnante (6 m à l'entrée du delta) qui a nécessité l'édification de digues de protection. À Pontelagoscuro, le débit moyen est de 1 460 m3s (maximum de 8 900 ; minimum de 275). Débute alors un vaste delta au travers duquel le Pô se divise en plusieurs bras, avec cinq embouchures principales ; ce delta a avancé de 25 km depuis l'époque romaine. Le régime est très équilibré. Les affluents de rive gauche ont de hautes eaux de printemps et d'été, ceux de rive droite, plus irréguliers et moins puissants, ont un débit maximal au printemps et à l'automne. Il y a ainsi pour le Pô une certaine compensation, ce qui n'exclut pas des crues catastrophiques. L'utilisation économique du Pô est variée. Tout au long de son cours, il est soumis à des ponctions pour l'irrigation et il fixe des centrales thermiques. Dans le delta, la pêche en lagune recule devant les bonifications. La navigation est possible pour les chalands jusqu'à Crémone et même Plaisance. Divers projets visent à faire du Pô une grande artère navigable.