En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Indus

en sanskrit Sindhu

Indus
Indus

Fleuve d'Asie, né au Tibet, qui se jette dans la mer d'Oman en formant un vaste delta ; 3 040 km.

Issu du Kailas, à une altitude d'environ 5 200 m, l'Indus s'écoule lentement sur les hautes plaines du Tibet, comme le Brahmapoutre, mais il coule en sens opposé, vers le N.-O. Il quitte le Tibet et gagne le Cachemire par des gorges étroites, longues de 300 km, parmi les plus profondes et les plus impressionnantes du monde : il traverse le massif du Ladakh, passe à Leh, suit la bordure septentrionale du Zaskar, puis coupe la chaîne en cluse dans le Baltistan, reçoit la Gilgit et s'oriente vers le S. Il entre au Pakistan, reçoit, sur sa droite, la rivière de Kaboul à Attock. Puis l'Indus sort des collines de Kalabagh et s'étale sur une large plaine, se divisant souvent en plusieurs bras. Pendant les crues, il a parfois 16 km de largeur et attaque profondément ses berges : au cours de la décennie 1930-1940, la ville de Dera Ghazi Khan a été peu à peu détruite et une nouvelle ville a dû être construite à un emplacement hors d'atteinte du fleuve. Avant d'atteindre le Sind, l'Indus reçoit la Panjnad, qui, venant de l'E., groupe les eaux des cinq grandes rivières du Pendjab, la Sutlej, la Bias, la Ravi, la Chenab et la Jhelum. Après avoir suivi les marges du désert de Thar entre le Sind et le Rajasthan, traversé Kotri et Hyderabad, le fleuve se rétrécit, pénètre dans son vaste delta de 8 000 km2 et aboutit à la mer d'Oman (ou d'Arabie) par deux bras principaux à une centaine de km au S.-E. du port de Karachi.

Le fleuve est alimenté par les glaciers du Karakorum, par les neiges de l'Hindu Kuch et par les torrents de très hautes montagnes (K2, Nanga Parbat). En hiver, le débit est très faible, à cause de la rétention nivoglaciaire, mais, en février-mars, des pluies hivernales provoquent une crue secondaire, et, en été, les eaux montent franchement, atteignent leur niveau maximal en juillet-août et inondent la plaine lorsque la mousson poursuit sa course jusqu'au Pendjab. L'abondance moyenne annuelle est de l'ordre de 6 600 m3s pour un bassin de 950 000 km2, mais les débits sont sujets à de grandes variations saisonnières et interannuelles. L'Indus est largement utilisé pour distribuer de l'eau aux cultures et pour produire de l'électricité. Les barrages de Sukkur (1932), Kotri (1956), Taunsa (1958), Gudu (1962) et Tarbela sur le fleuve même et ceux construits sur les affluents commandent le plus long réseau d'irrigation du monde.