En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Champagne-Ardenne

La cathédrale de Reims
La cathédrale de Reims

Région regroupant les départements des Ardennes, de l'Aube, de la Marne et de la Haute-Marne.

  • Superficie : 25 606 km2
  • Population : 1 335 923 hab. (recensement de 2010)
  • Chef-lieu : Châlons-en-Champagne
  • Ville principale : Reims

L'entité régionale

La Champagne-Ardenne est l'exemple même d'une Région devant cimenter une unité que ni l'histoire ni la géographie n'ont véritablement préparée. Outre la Champagne, elle-même sujette au fil des siècles à des changements de configuration, ses composantes actuelles ont connu maintes tribulations ; leur constant fractionnement est d'ailleurs leur seule ressemblance. C'est toutefois ce passé différencié et mouvementé qui, entre la Lorraine, l'Île-de-France et la Bourgogne – mais aussi la Belgique –, favorise sans doute la quête d'une identité. Le choix de Châlons-en-Champagne, déjà capitale administrative, comme siège du conseil régional, témoigne de la volonté de sortir des sentiers battus. Mais la diversité régionale s'exprime aussi à travers des silhouettes aussi célèbres que Sorbon, Diderot, Danton, Rimbaud ou Bachelard, tous originaires de la Champagne-Ardenne.

Malgré de réels atouts, la Région rencontre encore bien des difficultés pour se faire connaître au-delà du « triangle sacré » du champagne. Il est vrai que l'afflux touristique et l'animation du côté belge des Ardennes tranchent avec une certaine morosité du côté français. C'est l'un des problèmes sur lesquels se penche le Conseil Régional champardennais, qui s'efforce d'affecter de nombreux crédits à l'animation culturelle et à la préservation des sites. La fonction de transit de la Région est particulièrement importante, soutenue par cinq liaisons autoroutières, par des liaisons ferroviaires renforcées par la ligne TGV et par des infrastructures fluviales et aéroportuaires. Mais l'amélioration des communications, souvent, draine plus qu'elle ne fixe hommes et activités.

Le relief et l'hydrographie

la Région,allongée sur 350 km, est une zone de transition entre le Bassin parisien et l'est de la France, entre l'Europe du Nord et celle du Sud.

Proue du massif hercynien, qui surgit sous les marnes de la Thiérache et la craie du Hainaut, l'Ardenne française est composée d'un plateau dont le point culminant s'élève à 504 m à la Croix-Scaille. Pour le reste, la Champagne se présente comme une succession d'arcs de cercle centrés sur Paris : la côte de l'Île-de-France avec la Montagne de Reims, la Champagne crayeuse, la Champagne humide, puis les calcaires et les marnes jurassiques, du plateau de Langres à l'Argonne.

Les vallées de la Meuse, de l'Aisne, de la Marne, de l'Aube et de la Seine organisent la configuration géographique. Les paysages sont partout modelés par l'eau : plaine champenoise (dite pouilleuse), à présent intensément mise en culture ; plateau ardennais au couvert forestier tranché par les vallées de la Meuse et de la Semoy ; étendues aquatiques de la Champagne humide, dont les lacs-réservoirs sont appelés à soutenir les débits. La Champagne crayeuse offre, en revanche, d'excellentes conditions de captage et de retenue.

Le climat est souvent qualifié de froid, humide, nuageux et venteux. La température moyenne annuelle s'élève à 10 °C, soit un degré de moins qu'à Paris et un de plus qu'à Nancy. Seules les hauteurs ardennaises enregistrent une température moyenne négative (− 1 °C) au mois de janvier ; les précipitations annuelles, qui peuvent y atteindre 1 200 mm, y sont deux fois supérieures à celles des vallées champenoises.

La population

La Région Champagne-Ardennes occupe 4,7 % du territoire métropolitain et ne représente que 2,2 % de sa population. Celle-ci est globalement en diminution depuis la fin des années 1980, mais la situation est différente selon les départements : les Ardennes et la Haute-Marne sont les deux départements les plus touchés par cette dépopulation. Bien que que le solde naturel soit positif, le solde migratoire, négatif, affecte particulièrement les classes d'âge jeunes : les étudiants et les jeunes actifs. La Région Champagne-Ardenne ne possède pas de très grande ville : seules les agglomérations de Reims et Troyes dépassent 100 000 habitants. Environ 20 % des Champardennais vivent dans l'aire urbaine de Reims, la seule de la Région à dépasser 200 000 habitants. Quant à Châlons-en-Champagne elle est la plus petite préfecture régionale de France.

La vie économique

Caractéristiques générales

La Région subit les effets du contexte économique global, après une période de croissance sensible au début des années 2000, bien que légèrement inférieure à la moyenne nationale. Une bonne productivité des emplois est l'un des atouts dans le cadre du développement du pôle de compétitivité Industries et Agro-Ressouces (IAR) et du secteur logistique et transports. La valorisation du patrimoine offre également de bonnes perspectives. Mais globalement la Champagne-Ardenne est la région où l'emploi a le moins progressé depuis 1999.

L'agriculture et les forêts

La surface agricole utilisée représente 61 % de l'espace régional et les forêts, un peu plus de 25 %. La viticulture et les grandes cultures sont les deux principales activités agricoles de Champagne-Ardenne qui est la région la plus agricole de France tant pour la contribution à la production de richesse que pour sa contribution à l'emploi.

La production de vin de Champagne est surtout concentrée dans la Marne (74 % de la surface agricole) et l'Aube. Avec une surface de production de 30 407 hectares [2007], le prestigieux vignoble couvre un peu plus de 2 % de celui de l'Hexagone. Les expéditions de vin ont atteint les 338,7 millions de bouteilles en 2007 (77,2 % sont expédiés par les maisons, 22,8 % par les récoltants et les coopératives). Le marché français représente 55 % des ventes, suivi par l'Union européenne, avec 27 % des expéditions. Le noyau par excellence de la production de qualité, le « triangle sacré » du champagne, est une zone délimitée par les villes de Châlons-en-Champagne, d'Épernay et de Reims. La diversité est là encore de rigueur : les raisins de la Montagne de Reims et de la vallée de la Marne donnent au vin sa fraîcheur et son corps, ceux de la côte des blancs sa finesse et sa légèreté, ceux de l'Aisne et de l'Aube son équilibre.

Quatre grands groupes réalisent plus de 80 % du chiffre d'affaires lié au champagne, LVMH venant en première position. Après trente années de progression continue et une période d'expansion exceptionnelle entre 1984 et 1989, le champagne a connu un ralentissement à l'exportation depuis 1991, malgré l'euphorie suscitée par l'année 2000.

La Champagne-Ardenne est, par ailleurs, la troisième région céréalière de France (1er rang national pour la production d'orge, 3e rang national pour la production de blé tendre). La Marne et l'Aube assurent les trois quarts des livraisons. Le colza fournit du bio-carburant et la luzerne alimente une filière de déshydratation pour la production d'aliment pour le bétail. La production de betteraves industrielles occupe le deuxième rang national. Le pavot champardennois destiné à l'industrie pharmaceutique représente 45 % de la production française et la Marne est le premier département producteur de chanvre. L'élevage, principalement bovin, est surtout pratiqué dans les Ardennes et en Haute-Marne.

L'industrie

Les bassins industriels historiques sont ceux de l'Ardenne, du « triangle nord-champenois » avec Reims, Châlons-en-Champagne et Épernay, et de la vallée auboise de la Seine. Le premier est partagé entre la basse vallée (française) de la Meuse, Charleville-Mézières et le « Sedanais » ; la fonderie et la sidérurgie y ont été réduites tandis que s'y installaient la construction automobile,et les biens d'équipement. Le deuxième, dont l'expansion récente a effacé l'ère du textile rémois, se fonde sur les ateliers de montage (automobile, avions, appareils ménagers, etc.), les produits chimiques et pharmaceutiques, la verrerie, l'imprimerie, les industries agro-alimentaires et la logistique. Le troisième dont la spécialité, la bonneterie (autour de Troyes et Romilly), a décliné, s'est diversifié. Mais il y a de nombreux de foyers secondaires ; les uns sont d'origine ancienne : vallée de la Marne, entre Langres et Saint-Dizier (surtout dans la fonderie) ; Bassigny, autour de Nogent (coutellerie), les autres sont plus récents (Sézanne, Sainte-Menehould, Vitry-le-François Bar-sur-Aube notamment). Enfin, la Champagne crayeuse est parsemée d'usines agro-alimentaires (sucreries, déshydratation, féculerie, malteries,élaboration de bio-carburants).

Les services

Deuxième région exportatrice d'agro-alimentaire devant le Nord-Pas-de-Calais, la Champagne-Ardenne a développé ses ressources logistiques pour des échanges dont les trois-quarts se font avec l'Union européenne, notamment vers l'Allemagne, le Royaume-Uni, la Belgique et l'Italie. L'arrivée du TGV a un impact global favorable, en particulier pour Reims, qui étoffe son offre dans l'enseignement supérieur.

Sans être une grande région touristique, la Région a des atouts ; les résidences secondaires sont nombreuses dans le sud-ouest, en raison de la proximité relative de Paris ; certains lieux historiques ou culturels connaissent une fréquentation continue : cathédrale de Reims, vieux quartiers de Troyes, Colombey-les-Deux-Églises, Charleville-Mézières en particulier. Les deux grands lacs du Der (4 800 ha) et d'Orient (2 300 ha) en Champagne humide, aménagés pour la régulation des débits de la Marne et de la Seine, bien équipés, sont devenus des zones de loisirs significatives, complétées par deux parcs naturels régionaux (forêt d'Orient et Montagne de Reims), par les gorges de la Meuse et la forêt d'Argonne.