En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Stevie Ray Vaughan

Guitariste et compositeur de blues-rock américain (Dallas, Texas, 1954-East Troy, Wisconsin, 1990).

« Le ciel sanglote » dit la célèbre chanson d'Elmore James, The Sky Is Crying. Un ciel cruel qui a englouti trop de célestes musiciens, comme Buddy Holly, Otis Redding ou Stevie Ray Vaughan. L'homme au chapeau de gitan a disparu dans un accident d'hélicoptère, en 1990, juste après un concert donné en compagnie d'Eric Clapton. Car le gamin de Dallas, repéré par John Hammond Sr (le découvreur, entre autres, de Bob Dylan et Bruce Springsteen) et engagé par David Bowie (il joue sur l'album de ce dernier, Let's Dance), était devenu l'égal des plus grands guitaristes. Hendrix, bien sûr, dont il reprit plusieurs titres, mais aussi B. B. King ou Albert Collins, ses modèles. Avec son frère aîné, Jimmie, ancien guitariste des Fabulous Thunderbirds, Stevie Ray venait d'enregistrer un album.

Électrique et éclectique. Mais c'est avec son propre groupe, Double Trouble, que le virtuose sudiste avait bâti une carrière basée sur le blues et le rock : une demi-douzaine d'albums mordants, mélangeant compositions personnelles et reprises (il fut l'un des rares à s'attaquer avec succès au phénoménal morceau de Hendrix, Voodoo Child), habillées d'une voix au feulement rauque et d'un jeu de guitare acrobatique et sensuel. L'homme s'était montré aussi électrique qu'éclectique, collaborant avec Bob Dylan ou Michael Jackson, mais aussi avec le jazzman Bennie Wallace ou la chanteuse pop Cyndi Lauper. Le protégé de ZZ Top et l'instrumentiste favori de John Lee Hooker n'a jamais confondu talent et exhibitionnisme. Stevie Ray Vaughan était bien mieux qu'un guitar-hero : la guitare faite homme.