En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

ZZ Top

Groupe américain de rock et de blues rock formé en 1970 à Houston, Texas par Billy Gibbons (guitare, chant), Dusty Hill (basse, chant) et Frank Beard (batterie).

Au milieu des années 1960, la scène musicale texane, très riche en blues-rock, oppose, d'un côté The Moving Sidewalk de Houston, avec Billy Gibbons (que Hendrix qualifie lors d'un show TV de meilleur guitariste de sa génération) et, de l'autre, The American Blues de Dallas, avec Dusty Hill et Frank Beard. Ces trois musiciens se rencontrent et s'unissent pour fonder ZZ Top. Dès le premier album éponyme, en 1971, et lors des suivants (Rio Grande Mud en 1972, Tres Hombres, avec le hit La Grange, en 1973), ils affichent leur attachement à des racines blues qu'ils célèbrent de manière artisanale, tout en y ajoutant une guitare puissante, du boogie en dynamite et un humour typiquement texan. Ils se font connaître à force de tournées-marathons en support de Fandango (et son tube Tush, en 1975), un album mi-live, mi-studio. Durant le périple élastique de Tejas (1976), ils recréent l'univers texan sur scène en y faisant figurer des lézards, des serpents, des cactus et du bétail ! Forcément, ils deviennent une attraction majeure, et leurs albums se vendent malgré le manque de promotion. Ils s'offrent alors une pause de trois ans et changent de label pour Deguello (1979), leur chef-d'œuvre. Ils décident à ce moment de pousser plus avant les expérimentations musicales (El Loco en 1981) et visuelles. Ces excentriques se déguisent en cow-boys pécores, en pompistes machos, inventent des instruments en peluche (Gibbons a plus de 200 guitares !), font découper une scène de 35 tonnes à la forme du Texas… Tout est prétexte à rigolade. D'ailleurs, le seul de ces amuseurs barbus qui n'en porte pas se nomme… Beard (« barbe » en anglais) !.

Sexe, blues et vidéos. En 1983, Eliminator et son symbole, un coupé Ford coupé de 1933 restauré par Gibbons, les propulse d'une réputation solide au statut de star. Leur blues ancestral se retrouve lifté par la technologie, tendance robotique. Ils dopent leur boogie au plutonium. Les vidéos de Gimme All Your Lovin',Sharp Dressed Man, Legs et TV Dinners, toutes peuplées de jolies filles, deviennent une attraction télévisée grâce à un second degré rare. En 1983, Eliminator se vend à 7 millions d'exemplaires et reste dans les charts plus de trois ans. Pour Afterburner (1985), la stratégie marketing est identique : un blues blanc accéléré et métallisé, un boogie profilé en hard-rock, des ordinateurs parfaitement intégrés, des vidéos désopilantes (Rough Boy, Sleeping Bag, Velcro Fly et Stages) et des musiciens hors pair. Les ventes sont massives et les ZZ Top continuent à battre des records d'affluence dans les stades. Ils décident alors d'utiliser leur popularité pour recueillir des fonds afin d'ouvrir un musée du blues dans le delta de Clarksdale, Mississippi. À la fin de la décennie, le public commence à se lasser. En 1990, le bien nommé Recycler se contente de recycler de vieilles idées et se vend très modestement. Juste après leur Greatest Hits (1992), ils changent de maison de disque au profit de RCA et contre 30 millions de dollars. Antenna (1994), dédié aux radios de la frontière mexicaine qui les influencèrent dans les années 1950 et 1960, confirme le déclin relatif d'une musique avant tout divertissante.