En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Laurent Chabosy, dit Lewis Trondheim

Aspirine, par Lewis Trondheim
Aspirine, par Lewis Trondheim

Dessinateur et scénariste français de bandes dessinées (Fontainebleau 1964).

Fils de libraires, amateur de science-fiction et de littérature fantastique, Laurent Chabosy intègre une école de graphisme publicitaire après avoir obtenu un bac « philosophie ». C’est vers l’âge de 24 ans qu’il décide de tenter l’aventure de la bande dessinée, influencé en cela par le dessinateur et scénariste Jean-Christophe Menu, rencontré en 1987 lors d’un colloque à Cerisy. En 1988, il réalise ainsi un fanzine intitulé ACCI H3319, dont il assure seul les douze numéros, puis, deux ans plus tard, fait paraître son premier album, Psychanalyse, en adoptant le pseudonyme de Lewis Trondheim.

En mars 1990, avec J.-C. Menu, Stanislas, Matt Konture, Mokeit, Killoffer et David B., il est cofondateur de L’Association, une maison d’édition de bandes dessinées indépendante au sein de laquelle il va lancer puis asseoir sa carrière (Moins d’un quart de seconde pour vivre, 1991, dessins de J.-C. Menu ; Un intérieur d’artiste, 1991 ; Imbroglio, 1992). Il s’impose ensuite notamment avec le personnage de Lapinot (Lapinot et les Carottes de Patagonie, 1992, ouvrage de plus de 500 pages ; les Formidables Aventures de Lapinot, à partir de 1995, chez Dargaud), avec des « fables » autobiographiques (Approximate Continuum Comix, 1993-1994, repris sous le titre Approximativement de 1995 à 1998), ainsi qu’avec les albums Slaloms (1993, Alph’Art Coup de cœur au festival d’Angoulême 1994), Mildiou (1994) et la Mouche (1995), qu’il adaptera en dessins animés pour la télévision (2000). Simplicité ludique du trait et inventivité des techniques narratives font alors l’originalité de ce conteur éclectique qui s’épanouit dans l’art de la dérision.

Doué d’une force de travail importante, Lewis Trondheim connaît un large succès public à partir de 1998 avec le cycle « gigogne » Donjon (chez Delcourt), composé en collaboration avec Joann Sfar, chacun des deux artistes participant au scénario et à l’illustration. Parodiant le genre de l’heroic fantasy, cette série relate avec humour les aventures loufoques de Herbert le canard et du guerrier Marvin. Commencée avec Donjon Zénith, elle est poursuivie avec Donjon Crépuscule (à partir de 1999), Donjon Potron-Minet (dessins de Christophe Blain, à partir de 1999), Donjon Parade (dessins de Manu Larcenet, à partir de 2000) et Donjon Monsters (dessins de Mazan, J.-C. Menu, Andreas, Stéphane Blanquet, Blutch, Jean-Emmanuel Vermot-Desroches, Yoann ou Carlos Nine, à partir de 2001).

Tout en continuant d’écrire des albums pour adultes (Bleu, 2003 ; Désœuvré, 2005 ; Île Bourbon 1730, 2007), Lewis Trondheim s’illustre également dans le livre pour la jeunesse, avec les séries Monstrueux… (à partir de 1999), les Trois Chemins (dessins de Sergio Garcia, à partir de 2000), le Roi Catastrophe (dessins de Fabrice Parme, à partir de 2001), Allez raconte (dessins de José Parrondo, id.), Kaput & Zösky (2002-2003). Fondateur et directeur de la collection Shampooing aux Éditions Delcourt (2005), il a reçu le Grand Prix de la ville d’Angoulême pour l’ensemble de son œuvre en 2006. Proche de l'OuBaPo (il a participé aux différents Oupus publiés par L’Association), il a également contribué à l’édition anniversaire 2010 du Petit Larousse en illustrant des mots de la langue française.