En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Anders Fogh Rasmussen

Homme politique danois (Ginnerup, Gursland, 1953).

Diplômé d'économie de l'université d'Århus, il devient, à 25 ans, le plus jeune député jamais élu au Folketing. Militant précoce au sein de la section des jeunes du parti libéral (Venstre), il en gravit rapidement les échelons et obtient la vice-présidence en 1985. Ministre des Impôts (1987-1990) puis ministre de l'Économie en 1990 dans le gouvernement conservateur de Poul Schlüter, il est contraint de démissionner en 1992, accusé d'avoir transmis des informations fallacieuses au Folketing. Porte-parole politique du parti libéral, dont il prend la direction en 1988, il est l'une des principales figures de l'opposition à la coalition de centre gauche du social-démocrate Poul Nyrup Rasmussen. À l'issue d'une campagne dominée par le thème de l'immigration, il remporte les élections législatives anticipées de novembre 2001 à la tête d'un bloc de centre droit (libéraux, conservateurs, centristes et extrême droite), qui sera réélu en février 2005 et en novembre 2007. Premier ministre, il ne nomme aucun représentant de l'extrême droite dans son gouvernement, mais ne peut se passer du soutien du parti du peuple danois (Dansk Folkeparti) ouvertement xénophobe de Pia Kjæsgaard pour disposer d'une majorité parlementaire. Sous la tutelle de cet allié embarrassant, il durcit considérablement la politique d'immigration visant notamment les réfugiés demandeurs d'asile et les mariages arrangés. Faisant de la liberté d'expression la « pierre angulaire de la démocratie », il soutient le Jyllands-Posten dans l'affaire de la publication, en septembre 2005, des caricatures de Mahomet et gère avec inflexibilité la violente réaction provoquée par cette publication dans le monde musulman. Prônant l'ultralibéralisme, il s'efforce de geler la hausse des impôts et de maintenir les acquis de l'État-providence ; pour compenser l'augmentation des dépenses publiques, il recourt à la recentralisation en substituant les treize comtés du royaume par cinq régions et en supprimant près de deux cents municipalités. Le Premier ministre s'implique également sur la scène internationale. Sa plus grande réussite est l'élargissement de l'Union européenne aux pays d'Europe centrale et orientale à l'issue de la présidence danoise de l'Union (décembre 2002). Dès son arrivée au pouvoir, A. F. Rasmussen se range derrière le président des États-Unis, George Walker Bush dont il devient l'allié indéfectible et engage, en dépit d'une opposition hostile et d'une opinion publique divisée, près de 550 soldats en Iraq de 2004 à 2007 avant d'affecter un contingent de 700 hommes, le plus important en regard de la population danoise, en Afghanistan. En avril 2009, il est nommé au poste de secrétaire général de l'O.T.A.N. en remplacement du Néerlandais Jaap de Hoop Scheffer dont le mandat s'achève le 31 juillet.