En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

Lin Biao

Maréchal et homme politique chinois (Huanggang, Hubei, 1908-1971).

Membre du parti communiste chinois, il est, en 1927, exclu du Guomindang et il rejoint les maquis organisés par les communistes. Il est l'un des chefs militaires de la Longue Marche (1934-1935), de la lutte contre le Japon (1937), du gouvernement de Yan’an et de la guerre civile. Ministre de la Défense en 1959, il développe une campagne d'éducation politique dans l'armée, dont il accentue le caractère « populaire » selon un modèle politico-militaire qui unit la tactique de la guerre des partisans à une idéologie révolutionnaire : publication d'une sélection des œuvres de Mao Zedong, qui deviendra le Petit Livre rouge, développement des milices populaires, suppressions en 1965 des signes extérieurs de grade. Promu au deuxième rang de la hiérarchie dès le début de la Révolution culturelle, en 1966, il assume la direction des gardes rouges, et son rôle va croissant. Rapporteur du IXe Congrès du parti communiste chinois (avril 1969), il disparaît de la scène politique en 1971. La thèse officielle soutient que son avion a été abattu en Mongolie alors qu'il tentait de s'enfuir en U.R.S.S. après une tentative de coup d'État. Il semble que Lin Biao ait été à l'origine d'une ligne « ultragauchiste », refusant toute négociation avec les États-Unis et s'opposant, à l'intérieur, à la restructuration du parti communiste dans la mesure où celle-ci se faisait au détriment du pouvoir de l'armée et des organisations nées lors de la Révolution culturelle. Cette ligne s'opposait à celle prônée par Zhou Enlai et soutenue par Mao Zedong.