En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Louis Claude de Saulces de Freycinet

Marin français (Montélimar 1779-Freycinet, Drôme, 1842).

Avec son frère Louis Henri (1777-1840), il participa à l'expédition de Baudin dans le Pacifique (1801-1804). En 1817, il dirigea, encore dans le Pacifique, une expédition chargée d'étudier le magnétisme terrestre et la météorologie, accompagné par Duperrey et par Arago. — Charles Louis (Foix 1828-Paris 1923), neveu du précédent. Ingénieur des mines, il collabore au gouvernement de la Défense nationale d'abord comme préfet du Tarn-et-Garonne, puis comme délégué à la guerre, nommé par Gambetta (1870-1871). Élu sénateur de la Seine en 1876, il représente ce département sans interruption jusqu'en 1920. Il entre, en 1877, dans le 5e cabinet Dufaure en qualité de ministre des Travaux publics, grâce à l'appui de Jules Grévy, et il conserve ce portefeuille dans le cabinet de Waddington (1879). Il élabore alors le plan dit « plan Freycinet » orienté vers le développement des voies de communication (chemins de fer, canaux) et l'aménagement de ports afin de favoriser l'expansion économique (1878).

Quatre fois président du Conseil (1879-1880, 1882, 1886, 1890-1892), en prenant la plupart du temps le portefeuille des Affaires étrangères, il est aussi ministre de la Guerre à deux reprises (1888-1893, 1898-1899). Il appuie le programme laïc de Jules Ferry en publiant les décrets du 29 mars 1880 contre les congrégations et, sous la pression de Clemenceau, il confie le ministère de la Guerre au général Boulanger en 1886, mais s'oppose très vite au boulangisme qui menace la république. Il a été ministre d'État en 1915-1916.

Comme ministre de la Guerre, Freycinet accomplit une œuvre considérable en portant à trois ans la durée du service militaire sans exemptions, en organisant le Conseil supérieur de la guerre et en mettant en place une défense dans la zone des places de la frontière. Il est l'auteur de : la Guerre en province pendant le siège de Paris, 1870-1871 (1872), Mes souvenirs (1911).

Pour en savoir plus, voir l'article IIIe République.