En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Gaston Defferre

Gaston Defferre
Gaston Defferre

Homme politique français (Marsillargues, Hérault, 1910-Marseille 1986).

1. Ministre de la France d'outre-mer

Avocat, il adhère à la SFIO en 1933, puis devient un des dirigeants du parti socialiste clandestin sous l'Occupation et prend une part active à la Résistance. Maire de Marseille à la Libération (1944-1945), puis député des Bouches-du-Rhône (1946-1958), il exerce des fonctions gouvernementales sous la IVe République, notamment comme ministre de la France d'outre-mer (1956-1957) dans le gouvernement Guy Mollet. À ce poste, il élabore la loi-cadre sur la réforme du statut des territoires de l'Union française (loi Defferre, 23 juin 1956) engageant ces pays dans la voie de l'indépendance.

2. Dans l'opposition

De nouveau maire de Marseille à partir de 1953, élu sénateur (1959-1962), puis réélu député (à partir de 1962) des Bouches-du-Rhône, G. Defferre échoue dans sa tentative de regroupement avec les centristes dans une « Fédération démocrate socialiste », ce qui le conduit à retirer sa candidature à la présidence de la République contre le général de Gaulle en juin 1965. Une nouvelle fois candidat en 1969, il obtient 5,01 % des suffrages exprimés.

3. L'artisan de la décentralisation

À partir de 1971, G. Defferre soutient l'action de François Mitterrand à la tête du nouveau parti socialiste. Directeur du quotidien marseillais le Provençal (1951-1986 ) et président du Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur de 1974 à 1981, il devient ministre d'État, ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation dans le gouvernement Mauroy (1981). Il est l'instigateur de la loi du 2 mars 1982 sur la décentralisation.

Pour en savoir plus, voir les articles , IVe République, Ve République.