En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Thomas Cromwell

comte d'Essex

Homme politique anglais (Putney vers 1485-Londres 1540).

1. Au service d'Henri VIII

Soldat de fortune, il passe une partie de sa jeunesse en Italie ; c'est là, semble-t-il, qu'il s'enthousiasme pour la notion de droit absolu de l'État, exposée par Machiavel. Marchand à Anvers, il s'enrichit dans le commerce des laines, se fait en outre prêteur et conseiller financier et entre, dans ces conditions, au service du cardinal Wolsey. La chute de son maître (1529), auquel il reste pourtant fidèle, ne compromet pas sa carrière, car il a su gagner la confiance de Henri VIII ; entrant au Parlement dès 1529, au Conseil privé en 1531, il devient alors chancelier de l'Échiquier (1533) et secrétaire du roi (1534).

2. L'artisan de la rupture avec Rome

Dévoué aux intérêts de l'État, peu scrupuleux sur le choix des moyens, il assure la docilité du Parlement, réprime toutes les oppositions et, à la faveur de la répudiation de Catherine d'Aragon, décide la rupture avec Rome et entreprend de réformer l'Église anglaise en tenant compte des idées luthériennes. Partisan convaincu de l'État national souverain, c'est plus pour des raisons politiques que religieuses qu'il s'attaque aux monastères et met en œuvre la « réformation henricienne ».

3. Le fondateur de l'État moderne anglais

Dans le domaine administratif, son rôle est également capital ; l'historien G. R. Elton a pu voir en lui le fondateur de l'État moderne anglais, grâce à la construction de départements administratifs indépendants de la maison du roi. Désireux de se rapprocher des princes protestants allemands, il fait épouser Anne de Clèves à Henri VIII en 1539. Mais la princesse déplaît au roi, qui divorce presque aussitôt, la rupture entre l'Empereur et le roi de France faisant disparaître la nécessité de l'alliance allemande. La noblesse anglaise s'empare de l'occasion et fait accuser Cromwell de haute trahison. Le ministre, impopulaire, est condamné à mort et exécuté peu après le divorce.

Pour en savoir plus, voir les articles Angleterre, Henri VIII, Grande-Bretagne : histoire.