En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Charles VII

Charles VII
Charles VII

(Paris 1403-Mehun-sur-Yèvre 1461), roi de France (1422-1461), fils de Charles VI et d'Isabeau de Bavière.

1. Le « petit roi de Bourges »

D'abord comte de Ponthieu, puis duc de Touraine et, enfin, dauphin en 1417 après la mort de ses trois frères aînés, il est reconnu roi à la mort de son père par la faction des Armagnacs. Mais il lui faut reconquérir son royaume. Conformément au traité de Troyes (1420), Henri VI, alors en bas âge, est à la fois roi de France et d'Angleterre (1422). Les Anglais, sous l'autorité du duc de Bedford, régent de France au nom de son neveu Henri VI, occupent toute la France au nord de la Loire, sauf quelques villes et forteresses isolées, et tiennent la partie occidentale de la Guyenne.

Charles VII, de son côté, dispose d'un embryon de gouvernement à Bourges, d'un parlement à Poitiers. Il tient les pays au sud de la Loire, a rallié le riche Languedoc à sa cause (voyage de 1420), et s'appuie sur le sentiment populaire. Mais il n'a ni finances, ni armée régulière, ni alliances sérieuses. Ses troupes sont vaincues à Cravant (1423) et à Verneuil (1424).

1.1. Jeanne d'Arc au secours de Charles VII

Les Anglais profitent de sa faiblesse et décident de mettre un terme à sa résistance en occupant Orléans, dont ils entreprennent le siège en octobre 1428. Vainqueurs d'une armée de secours qui tente de couper leur ravitaillement lors de la journée des Harengs, le 12 février 1429, ils semblent sur le point de remporter un succès définitif lorsque Charles VII reçoit le secours de Jeanne d'Arc. Il lui confie la conduite de sa dernière armée, à la tête de laquelle Jeanne délivre Orléans le 8 mai 1429, bat une armée anglaise de secours à Patay le 18 juin et fait sacrer Charles VII à Reims le 17 juillet.

1.2. Le traité d'Arras

Le roi est désormais légitimé. Il ne soutient plus guère l'action de Jeanne, qui est capturée devant Compiègne (1430) et suppliciée en 1431. En 1433, prend fin l'influence qu'exerçait sur le souverain Georges de La Trémoille. Le connétable Arthur de Richemont, qui avait déjà conseillé Charles VII de 1425 à 1427, rentre en grâce et reprend la lutte contre les Anglais. Par le traité d'Arras (1435), Philippe le Bon abandonne l'alliance anglaise. Paris est repris en 1436 par Richemont, et la libération du territoire se poursuit avec méthode. En 1450, la campagne de Formigny enlève la Normandie aux Anglais. En 1453, ce sont la victoire de Castillon, la délivrance de Bordeaux et de la Guyenne. Les Anglais ne tiennent plus que Calais. En outre le roi s'est débarrassé des « écorcheurs » en les envoyant combattre victorieusement en Suisse (1444).

2. Reconquête et renforcement de l'autorité royale

Les conseillers de Charles VII, justement appelé le Bien-Servi, peuvent terminer l'œuvre commencée depuis 1436 et reconstituer le pouvoir royal. Les finances reçoivent une organisation durable. Les ressources de la monarchie deviennent fixes et régulières. L'organisation des compagnies d'ordonnance (1445) et des francs archers (1448) marque le début d'une armée régulière, dotée par les frères Bureau d'une puissante artillerie.

L'opposition aristocratique est impuissante : la révolte de la Praguerie (1440), dont le dauphin Louis prend la direction, est vigoureusement réprimée, et le duc d'Alençon, Jean II, arrêté pour intelligences avec l'Angleterre, est condamné par la Cour des pairs (1458). Enfin, le scandale de sa vie privée permet de bannir à perpétuité le comte d'Armagnac Jean V (1460).

La pragmatique sanction de Bourges (1438) soumet le clergé au roi. La vie économique reprend son essor, notamment grâce à l'activité de Jacques Cœur. Mais, à la fin de son règne, le souverain craint d'être empoisonné par son fils le dauphin Louis, hostile au parti des Angevins, qui est au pouvoir, ainsi qu'à leur protégée, Agnès Sorel, maîtresse de Charles VII.

Pour en savoir plus, voir les articles guerre de Cent Ans, Valois.