En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Juliette Binoche

Actrice française (Paris 1964).

Juliette Binoche a reçu aux États-Unis un Oscar (meilleur second rôle) pour sa lumineuse et sensible interprétation d'une infirmière dans le Patient anglais (1996), d'Anthony Minghella. Une récompense prestigieuse qui est venue couronner un parcours exemplaire, celui d'une comédienne intelligente, volontaire et courageuse, qui n'a jamais cessé de se remettre en question.

Attirée dès l'âge de treize ans par ce métier, elle travaille sous la direction de sa mère, elle-même comédienne, avant de débuter au théâtre à seize ans dans le Malade imaginaire de Molière. Juliette suit alors l'enseignement de Jean-Pierre Martino. En 1982, elle débute au cinéma dans Liberty Belle, de Pascal Kané, et elle enchaîne en 1984 avec Je vous salue Marie, de Jean-Luc Godard, et la Vie de famille, de Jacques Doillon. Son premier film important est Rendez-vous (1985), d'André Téchiné, où elle incarne une actrice. Séduit par son enthousiasme, Téchiné lui propose un nouveau rôle en 1998, dans Alice et Martin, où elle interprète avec la même intensité le rôle d'une violoniste amoureuse d'un garçon plus jeune qu'elle et qui découvre peu à peu qu'il a tué son père.

Entre-temps, son parcours est exemplaire : Mauvais Sang (1986), de Léos Carax, avec qui elle tourne en 1991 les Amants du Pont-Neuf, l'Insoutenable Légèreté de l'être (1988), de Philip Kaufman, d'après Milan Kundera, un film-culte qui la révèle à l'étranger, Fatale (1992), de Louis Malle, avec Jeremy Irons, Trois Couleurs : Bleu (1993), Blanc (1994), de Krzysztof Kieslowski, où elle représente une femme qui tente de reprendre goût à la vie après la perte de son enfant et de son mari, le Hussard sur le toit (1995), de Jean-Paul Rappeneau, dans lequel elle apporte une densité remarquable à son personnage, comme elle sait si bien le faire de film en film. Toujours en 1995, elle interprète une gentille comédie de Chantal Ackerman, Un divan à New York, suivie en 1999, des Enfants du siècle, sous la direction de Diane Kurys, puis de la Veuve de Saint-Pierre (2000) de Patrice Leconte.

Juliette Binoche, la plus internationale des actrices françaises, tourne ensuite aussi bien pour l'Autrichien Michael Haneke (Code inconnu, 2000 ; Caché, 2005), que pour le Suédois Lasse Hallström (Chocolat, 2001), l'Américain Abel Ferrara (Mary, 2005) ou le Taïwanais Hou Hsiao-hsien (le Voyage du ballon rouge, 2007). Pour autant, elle ne délaisse pas les cinéastes français : en 2008, elle tourne Paris sous la direction de Cédric Klapisch puis l'Heure d'été sous celle d'Olivier Assayas. La même année, s'aventurant dans le domaine de la danse contemporaine, elle crée In-I, un pas de deux avec le chorégraphe anglais d'origine bangladeshie Akram Khan.