En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Saint-Marin

en italien San Marino

Nom officiel : République de Saint-Marin

Carton de situation - Saint-Marin
Drapeau de Saint-Marin
Drapeau de Saint-Marin

État d'Europe méridionale, Saint-Marin est enclavé dans le territoire italien (entre la province d'Émilie-Romagne, au nord, et celle des Marches, au sud), au sud de Rimini. Saint-Marin est membre du Commonwealth.

  • Superficie : 61 km2
  • Nombre d'habitants : 31 000 (estimation pour 2013)
  • Nom des habitants : Saint-Marinais
  • Capitale : Saint-Marin
  • Langue : italien
  • Monnaie : euro
  • Chefs de l'État : Nicolas Renzi et Lorella Stefanelli
  • Chefs du gouvernement : Nicolas Renzi et Lorella Stefanelli
  • Nature de l'État : république
  • Constitution :
Pour en savoir plus : institutions de Saint-Marin

GÉOGRAPHIE

Régie par une Constitution de 1569, Saint-Marin est la plus ancienne république du monde moderne. Accroché sur les pentes abruptes du monte Titano (738 m d'altitude), dans l'Apennin calcaire, ce micro-État vit principalement du tourisme. Il a accueilli, ces dernières années, environ 120 000 visiteurs par an, qui ont apporté 60 % du revenu national. Le commerce de timbres et de monnaies assure également des revenus appréciables tandis que, à l'instar de Monaco, Saint-Marin abrite de nombreuses banques, devenant par certains aspects un paradis fiscal. Les autorités italiennes soupçonnent ainsi de nombreux étrangers d'utiliser la petite république pour exporter des capitaux. L'agriculture traditionnelle (vignes et céréales), en revanche, recule en raison du tourisme et de la vague de constructions qui en découle. L'Italie et Saint-Marin sont liés par une union douanière et Rome verse au pays une somme annuelle pour le dédommager de l'absence d'impôts sur les douanes. La population tend cependant à diminuer du fait de la baisse de la natalité et d'un fort courant d'immigration vers l'Italie (mais également vers les États-Unis) au cours de ces dernières années (12 000 Saint-Marinais résident désormais à l'étranger).

HISTOIRE

Selon la tradition, Saint-Marin fut fondé au ive s. par un ermite, dont la réputation de sainteté attira une petite communauté, qui s'élargit peu à peu en une « commune » laïque. Fortifié contre les incursions des Normands et des Sarrasins, Saint-Marin, dès la fin du ixe s., possède déjà une certaine autonomie et agrandit son territoire au xie s.

Ayant pris le nom de « république » au xiiie s., Saint-Marin fait alliance au xve s. avec le pape et avec les ducs d'Urbino. Vers le milieu du xve s. est créé le Grand Conseil de 60 membres à vie (20 nobles, 20 bourgeois et 20 paysans), désignés par cooptation. Aux xviie et xviiie s., l'abus du droit d'asile, les tendances oligarchiques des membres du Grand Conseil et les visées de la papauté sur le territoire marquent une période de déclin relatif. Respecté par Bonaparte en 1797, l'État de Saint-Marin est reconnu au congrès de Vienne en 1815. Le petit pays signe un traité d'amitié avec son voisin en 1862, renouvelé en 1897, 1939, 1953. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le pays accueillit plus de 100 000 réfugiés. De 1945 à 1957, le pays est gouverné par une coalition communiste, ce qui provoque des tensions avec l'Italie.

Le territoire de Saint-Marin est divisé en 9 bourgs correspondant aux anciennes circonscriptions paroissiales. La République est gouvernée par le Grand Conseil (60 membres), renouvelé tous les 5 ans par élection, et présidé par 2 capitaines-régents, élus tous les 6 mois et qui sont chefs de l'État et du gouvernement. Ce dernier est exercé par le Congrès d'État. Le droit de vote a été accordé aux femmes en 1960, et depuis 1973 ces dernières ont également le droit d'éligibilité.

Les principales forces politiques sont aujourd’hui, au centre-droit et à droite, le Parti démocrate-chrétien saint marinais (PDCS, fondé en 1948, rejoint en 2006 par la liste civique « Nous Saint marinais ») et l’Alliance populaire des démocrates saint marinais (AP, créée en 1993) tandis que le centre gauche et la gauche sont représentés par le parti socialiste (PS, né à la fin du XIXe siècle et rebaptisé ainsi en 2012 après diverses divisions et fusions), le parti des socialistes et démocrates (PSD, né en 2005 de la réunion de socialistes et d’ex-communistes) et Gauche unie, formation d’« extrême gauche » fondée en 2005. En outre, de nouveaux acteurs politiques, de sensibilité écologiste, libéraux, ou sans étiquette précise, sont apparus plus récemment : Mouvement civique RETE (« Rénovation, équité, transparence, éco-viabilité »), Union pour la république (UPR), Civico 10.

Toutefois, la vie politique reste largement fondée sur des coalitions indépendantes du clivage gauche/droite. Les élections de 2012 ont ainsi opposé trois alliances, le mouvement RETE faisant cavalier seul : « Saint Marin Bien commun » (PSD, AP et PDCS), majoritaire avec 35 sièges sur 60 ; « Entente pour le pays » (UPR et PS) ; « Citoyenneté active » (Gauche unie et Civico 10).

En 1988, Saint-Marin adhère au Conseil de l'Europe et en 1992 à l'Organisation des Nations unies.