En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Botswana

anciennement Bechuanaland

Nom officiel : République du Botswana

Carton de situation - Botswana
Drapeau du Botswana
Drapeau du Botswana

État d'Afrique australe, le Botswana est limité au sud et au sud-est par l'Afrique du Sud, à l'est par le Zimbabwe, au nord par la Zambie, au nord et à l'ouest par la Namibie.
Le Botswana est membre du Commonwealth.

  • Superficie : 570 000 km2
  • Nombre d'habitants : 2 021 000 (estimation pour 2013)
  • Nom des habitants : Botswanais
  • Capitale : Gaborone
  • Langues : anglais et tswana
  • Monnaie : pula
  • Chef de l'État : Ian Khama
  • Chef du gouvernement : Ian Khama
  • Nature de l'État : république à régime parlementaire
  • Constitution :
    • Entrée en vigueur : 30 septembre 1966
    • Révision : août 1997
Pour en savoir plus : institutions du Botswana

GÉOGRAPHIE

Cet État continental, plus vaste que la France, enclavé, correspond pour l'essentiel à la partie centrale et septentrionale du Kalahari. Le relief est celui d'un vaste plateau peu accidenté, entre 1 000 et 1 300 m d'altitude. La plus grande partie du pays reçoit entre 250 et 500 mm de pluies par an (le Nord et l'Est sont un peu plus arrosés). Les précipitations se produisent en saison chaude, entre octobre et avril. Environ 80 % de la superficie sont aréiques, tandis que dans le Nord s'étendent de vastes marécages dans le delta intérieur de l'Okavango et dans le Makarikari.

La végétation dominante est le thornveld, formation de taillis à buissons épineux, sauf dans le nord, un peu mieux arrosé, domaine du mopaniveld, à baobabs dominant d'épaisses broussailles.

Outre les Tswanas, qui constituent le peuple le plus important du Botswana, la population comprend également, au nord, les Bochimans (ou Bushmen) du désert du Kalahari et des marais de l'Okavango.

La plupart des habitants vivent regroupés dans la frange orientale du pays, le long de la frontière de l'Afrique du Sud, qui coïncide pour une part avec le cours du Limpopo. C'est dans cette région orientale, que traverse la voie ferrée reliant le nord de l'Orange et l'ouest du Transvaal à Bulawayo, au Zimbabwe, que se trouve la capitale Gaborone ainsi que tous les centres de quelque importance : Serowe, Kanye, Molepolole, Mochudi, Mahalapye, Lobatse, Francistown. Le reste de la population se répartit dans les marais de l'Okavango, autour de Maun ; le centre et le sud du pays sont presque vides.

L'élevage des bovins, assujetti aux aléas du climat désertique, est la principale activité économique du pays. Le Botswana exporte de la viande, notamment en direction de l'Union européenne, qui lui a accordé un quota. Mais le pays est avant tout l'un des premiers producteurs mondiaux de diamants, avec une moyenne de 30 millions de carats par an. L'exploitation des champs diamantifères est assurée par des filiales de la société américaine Amax et de la De Beers sud-africaine, dans lesquelles le gouvernement détient une participation. L'usine de Jwaneng représente plus du quart de la production mondiale. Au diamant viennent s'ajouter d'autres ressources minières, telles que le cuivre et le nickel, que l'on trouve autour de Selebi-Phikwe, non loin des mines de charbon de Morupule. L'Afrique du Sud est le principal partenaire commercial du Botswana. L'avenir du pays paraît cependant obéré par l'essor foudroyant du sida : le quart des adultes en est atteint en 2009, soit un des plus forts taux mondiaux en valeur relative, avec le Lesotho et le Swaziland.

HISTOIRE

Dès 1962, Seretse Khama, membre de la famille royale du clan tswana des Bamangwato, fonde le Botswana Democratic Party (BDP). Le Botswana est encore un protectorat britannique mais prépare déjà son accès à l'indépendance, acquise en 1966. Le BDP remporte alors les premières élections démocratiques du pays. Quant à son fondateur, S. Khama, il est élu président de la République. Il met alors en place un régime démocratique, qui perdure encore de nos jours – la démocratie botswanaise a d'ailleurs fait figure d'exception pendant longtemps en Afrique noire. Depuis, le BDP a remporté toutes les élections législatives, sans jamais être menacé par l’opposition représentée par le Botswana National Front (BNF), le Botswana People's Party (BPP), le Botswana Congress Party (PCP) ou le Botswana Movement for Democracy (BMD). S. Khama a lui aussi été reconduit systématiquement à la présidence, jusqu'à sa mort, en 1980. Le vice-président, Quett Masire, lui succède alors. Également réélu à chaque élection, il décide cependant de se retirer en raison de son âge, en mars 1998, après dix-sept ans de pouvoir. Le ministre des Finances et vice-président, Festus Mogae, devient le nouveau président du Botswana.

Le désaccord territorial avec la Namibie au sujet d'une île sur le fleuve Chobe, porté en mai 1996 devant la Cour internationale de justice (mai 1996) qui tranche en faveur du Botswana en 1999, est réglé à l'amiable en mars 2003.

En 2004, pour la première fois depuis l'indépendance du pays, des élections se déroulent sous la surveillance d'observateurs internationaux. Le Botswana est également le premier pays qui s'engage à respecter un nouveau « code de bonne conduite électorale » adopté par la Communauté pour le développement de l'Afrique australe (SADC). Malgré l'alliance entre les trois partis d'opposition sous la houlette du BNF, le BDP l'emporte avec 44 sièges sur 57.

Réélu en 2004, F. Mogae est confronté aux revendications des Bochimans, qui accusent le gouvernement de les avoir expulsés de leurs terres dans le désert du Kalahari afin d'y exploiter des mines de diamants et d'y développer des sites touristiques. Après des années de lutte judiciaire, la Haute Cour du Botswana reconnaît aux Bochimans, le 13 décembre 2006, le droit de retrouver leurs terres ancestrales. Concentrant ses efforts dans la lutte contre les inégalités sociales et le chômage, le gouvernement se mobilise particulièrement contre la pandémie de sida, auquel il consacre 6 % de son budget annuel, permettant ainsi la prise en charge du dépistage de l'ensemble de la population et l'accès gratuit de tous les malades atteints du sida aux traitements antirétroviraux. En avril 2008, F. Mogae se retire, cédant la présidence au fils de S. Khama, Ian Khama, vice-président depuis 1998. En octobre, l’ancien président reçoit le prix Ibrahim 2008 de la « bonne gouvernance » en Afrique pour avoir prôné une exploitation des ressources naturelles du sous-sol (diamants notamment) permettant à son pays de parvenir à un développement durable. L’année suivante, avec 48 sièges, le BDP remporte largement les élections législatives devant trois partis d'opposition, le Botswana Congress Party (BCP), le Botswana National Front (BNF) et le Botswana Movement for Democracy (BMD). I.  Khama est reconduit à la tête du pays pour cinq ans.