Identifiez-vous ou Créez un compte

Chanson des Nibelungen

Johann Heinrich Füssli, la Chanson des Nibelungen
Johann Heinrich Füssli, la Chanson des Nibelungen

Épopée allemande, écrite vers 1200 en moyen haut-allemand, en deux parties : la mort de Siegfried et la vengeance de Kriemhild.

L’histoire

Le jeune Siegfried s'éprend de Kriemhild, sœur de Gunther, roi des Burgondes, qui règne à Worms. Gunther lui promet la main de Kriemhild s'il l'aide à conquérir Brunhild, vierge guerrière, reine d'Islande. Siegfried assiste Gunther et le fait triompher des trois épreuves imposées aux prétendants. Siegfried épouse alors Kriemhild; mais il intervient à nouveau pour maîtriser Brunhild, jeune mariée rebelle. Quelques années après, une querelle éclate entre les deux reines : Kriemhild, blessée dans son amour-propre par Brunhild qui la traite de serve, reproche à sa belle-sœur d'avoir appartenu à Siegfried avant d'avoir été la femme de Gunther. À Brunhild outragée, Hagen, le fidèle vassal, promet vengeance. Ayant appris de Kriemhild quelle partie du corps de Siegfried était vulnérable, il le tue traîtreusement dans une partie de chasse. Afin de venger le meurtre de Siegfried, Kriemhild accepte d'épouser le roi des Huns, Etzel (Attila), et réussit à attirer Gunther et ses guerriers dans le pays d'Etzel. Par la faute de Kriemhild, altérée de vengeance, par celle de Hagen, qui n'accepte aucun compromis, les fêtes du début dégénèrent en sanglants combats. De la troupe des Burgondes, il ne reste que Hagen, à qui Kriemhild va trancher la tête avec l'épée de Siegfried avant d'être aussitôt mise à mort par Hildebrand.

Chef-d'œuvre du genre et œuvre majeure de la littérature allemande du Moyen Âge, à l'équilibre formel des deux parties (1 142 strophes pour la première, 1 237 pour la seconde) s'ajoutent leur unité profonde et la richesse dramatique et psychologique de l'ensemble.

Les origines

À l'origine de la tradition dont peuvent se réclamer les Nibelungen, et qui remonte au vie s., existent deux légendes, celle du meurtre de Siegfried et celle de la mort des rois burgondes. La seconde peut être rattachée à des faits historiques précis : le massacre des Burgondes par les Huns (436). À cette donnée historique vient se joindre la fabuleuse histoire de Siegfried, triomphateur d'un dragon, possesseur d'un trésor, et conquérant de la walkyrie Brunhild. La légende, connue en pays franc, en Scandinavie et en Islande, sera adoptée par l'Allemagne du Sud, où elle recevra sa forme définitive au xiie s.

La postérité

Wagner a repris cette épopée de la mort et du destin dans sa Tétralogie.