En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

The Animals

Groupe britannique de rock formé en 1963 à Newcastle upon Tyne par Eric Burdon (chant), Alan Price (claviers), Hilton Valentine (guitare), Chas Chandler (basse) et John Steel (batterie).

L'histoire de ce groupe légendaire tient à l'association de deux personnages clés : le chanteur Eric Burdon et le pianiste Alan Price. Le premier rêve d'être un chanteur noir et possède une voix qui le laisse presque imaginer. Le second mène déjà un groupe au grand complet (le Alan Price Combo) et un jeu aux claviers franchement inspiré. Leur répertoire (comme celui des Rolling Stones, à l'époque) est fondé sur de vieux classiques des bluesmen noirs américains ou de stars du rhythm and blues, comme Sam Cooke. En plein British Blues Boom, la formule accroche immédiatement. Un concert avec Sonny Boy Williamson, de passage dans un club de Newcastle, leur donne une notoriété inespérée.

The House Of The Rising Sun. Leur premier enregistrement, Baby Let Me Take You Home, produit par Mickie Most (personnage phare de ces sixties anglaises), devient la même année un hit. Le temps d'une poignée de chefs-d'œuvre, les Animals vont rivaliser avec les Beatles et les Rolling Stones. The House Of The Rising Sun, une reprise d'un vieux traditionnel du blues, fait l'effet d'une bombe en 1963. Malgré la longueur de cette chanson, franchement anormale pour l'époque (plus de quatre minutes), et une évocation un brin osée d'un bordel célèbre de La Nouvelle-Orléans, The House Of The Rising Sun s'impose comme l'hymne mondial de toute une génération de jeunes rockers et se vend à des millions d'exemplaires (pour être repris en France par Johnny Hallyday quelque temps plus tard sous le les Portes du pénitencier). Durant deux ans, les Animals vont enchaîner un étonnant chapelet d'adaptations (comme le fameux Don't Let Me Be Misunderstood de Nina Simone), remarquablement remises au goût du jour par la voix écorchée vive d'Eric Burdon et les arrangements agressifs d'Alan Price. Le départ de ce dernier, puis de John Steel en 1966, allaient sonner le glas de ce grand groupe anglais. Minés par la drogue et surtout par l'alcool, les Animals implosent en pleine gloire, laissant Eric Burdon seul, pendant que Chas Chandler part manager une gloire montante, un certain Jimi Hendrix (il continuera plus tard dans ce nouveau métier avec Slade). Exilé aux États-Unis, Burdon montera alors, en pleine période hippie, les New Animals. Mais le cœur n'y est plus : en 1968, ce chanteur exceptionnel a la bonne idée de tourner définitivement la page et de partir avec le groupe War dans de nouvelles aventures. La légende Animals, elle, ne faisait que commencer.