En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

palmier

(de palme)

Palmier
Palmier

Arbre monocotylédone à tronc (stipe) peu ou pas ramifié, à frondaison sommitale formée de feuilles composées, qui sont pennées ou palmées selon l'espèce.

La famille des palmiers, palmacées ou arécacées, comprend 2 800 espèces des régions chaudes, qui occupent une grande variété de milieux, des forêts humides équatoriales aux déserts, des littoraux océaniques aux hautes montagnes tropicales.

Morphologie et anatomie

Les tiges de palmiers ne sont pas des troncs mais des « stipes » : elles ne varient guère de diamètre. Les vaisseaux conducteurs de sève et d'eau, très nombreux et entourés d'un tissu très rigide, s'entremêlent le long de la tige, lui donnant sa rigidité. Les tailles sont très variables, en ce qui concerne tant le diamètre des tiges (de moins de 1 cm à près de 2 m chez Jubaea) que la longueur (de quelques centimètres à plus de 30 m). Certains palmiers-lianes du genre Calamus détiennent le record du monde des végétaux à vaisseaux, avec une tige de plus de 300 m de long. La famille des palmiers détient d'autres records : feuille la plus longue (jusqu'à 25 m pour les Raphia regalis d'Afrique centrale) et la plus large (1,5 m de large pour certaines feuilles de Raphia), et fruit le plus gros (le palmier du genre Lodoices des Seychelles possèdent des noix énormes appelées « cocos-de-mer »).

Les feuilles

Dans beaucoup d'espèces, les feuilles sont portées en bouquet terminal, mais, chez les palmiers-lianes, elles s'insèrent tout au long de la tige. Les feuilles simples sont entières, bifides (quand le limbe est séparé en deux pointes au sommet) ou palmées. Les feuilles composées de plusieurs folioles sont pennées (les folioles sont insérées le long de la nervure comme sur une plume d'oiseau), palmées (folioles insérées en un seul point) ou bipennées (folioles divisées elles-mêmes en petites folioles).

Fleurs et fruits

Les inflorescences sont souvent complexes et de grande taille. Si elles sont latérales, le palmier fleurira et continuera sa croissance, mais quand la floraison se fait au sommet, le palmier meurt après avoir produit les fruits.

Les fleurs typiques possèdent des pièces florales (pétales, étamines, pistil) au nombre de 3 ou d'un multiple de 3, mais les étamines peuvent être très nombreuses (plus de 100). Dans la moitié des genres, les fleurs sont groupées par trois sur l'inflorescence : une fleur femelle entourée de deux fleurs mâles. Plus rarement, les fleurs de chaque sexe sont sur des inflorescences distinctes. Chez certaines espèces, les sexes (fleurs mâles et fleurs femelles) sont portés par des individus différents.

Les fleurs sont pollinisées surtout par les insectes, parfois par le vent. Les fruits sont à noyau ou à pépin (drupes ou baies) et ne contiennent qu'une seule graine, rarement deux ou plus. La pulpe du fruit, si elle existe, est sucrée (datte) ou oléagineuse (palmier à huile).

Utilisations

Les palmiers ont été appelés « plantes aux mille usages ». Tous les organes donnent des produits utiles pour l'homme : les racines (liens, substances pharmaceutiques), la tige (matériau de construction, câbles, rotin, vin ou sucre), les feuilles (toiture, cloison, liens, fibres), les inflorescences (sel), les fleurs (substances pharmaceutiques), les fruits (sucres et produits oléagineux) et les graines (huiles, ivoire végétal).

Les fibres de raphia peuvent être tressées en tissu. Le bois de rônier constitue un matériau imputrescible et résistant aux termites. Le rotin permet la confection de paniers et de meubles.