En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

ovule

Ovules, botanique
Ovules, botanique

Chez les phanérogames, partie différenciée du carpelle qui, après la fécondation, se transforme en graine. (Dans la plupart des espèces, chaque carpelle porte plusieurs ovules.)

BOTANIQUE

L'ovule des phanérogames est composé de quatre parties : le funicule, le tégument,le nucelle et le sac embryonnaire. Le funicule sert à conduire la sève à l'ovule et le relie au placenta. Le tégument est composé, en général, de deux enveloppes : la primine et la secondine ; il laisse en un point de l'ovule une petite ouverture, le micropyle. Le nucelle est riche en réserves nutritives. Enfin, il faut distinguer le hile, point où l'ovule s'attache au funicule, et la chalaze, point où le nucelle s'attache aux téguments ovulaires. Le sac embryonnaire des angiospermes, minuscule gamétophyte n'ayant en général que huit noyaux cellulaires, renferme, à chacun de ses deux pôles, trois cellules cloisonnées et un noyau libre ; au pôle voisin du micropyle, la cellule centrale est l'oosphère, qui, après fécondation, deviendra l'œuf plantule ; les deux cellules latérales sont les synergides ; au pôle opposé se voient les trois antipodes. Quant aux deux noyaux libres, ils se rendent à l'équateur du sac embryonnaire pour y fusionner en un noyau secondaire (2n chromosomes). La fécondation de ce noyau donnera l'œuf albumen (3n chromosomes).

Chez les gymnospermes, le sac embryonnaire, appelé endosperme, compte un grand nombre de cellules à n chromosomes ; parmi ces cellules, quelques-unes seulement deviennent des oosphères fécondables, les autres devant servir de nourriture à l'œuf fécondé.