En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

généralité

Circonscription du général des finances puis de l'intendant, en France sous l'Ancien Régime. (Synonyme : intendance.)

Un accroissement progressif

De François Ier à Henri II : de 4 à 17 généralités

À côté des cadres administratifs anciens du royaume de France (gouvernements, bailliages, sénéchaussées, prévôtés) apparaissent au cours des xive et xve siècles quatre nouvelles circonscriptions destinées à l'administration financière, les généralités, qui correspondent à l'étendue de la juridiction des généraux des finances : ce sont celles de Normandie (chef-lieu Rouen) [créée en 1357], de Languedoc (Montpellier) [1377], d'Outre-Seine et Yonne (Paris) [1436] et de Languedoïl (Tours) [1452].

Ces circonscriptions sont remaniées sous François Ier par l'édit de décembre 1542, qui divise en quatre chacune d'elles, créant ainsi 16 recettes générales (ou généralités) confiées à des receveurs généraux.

Sous Henri II, l'édit de janvier 1552 fixe à 17 le nombre des généralités, et place dans chacune d'elles, auprès du receveur général, un trésorier de France et général des finances. En 1577, chaque généralité est dotée en son chef-lieu d'un bureau des finances composé de trésoriers de France.

Des circoncriptions administratives dévolues aux intendants

Circonscriptions purement financières, les généralités deviennent au xviie siècle des circonscriptions administratives dévolues aux intendants : ceux-ci, apparus au xvie siècle en tant que « commissaires départis » chargés de missions temporaires et révocables dans les généralités, deviennent au xviie siècle des administrateurs à poste fixe, résidant au chef-lieu de chaque généralité, dans laquelle ils exercent des pouvoirs étendus en matière de police, justice et finances. Divisées au xviiie siècle en subdélégations administrées par des subdélégués, auxiliaires de l'intendant, les généralités (appelées aussi intendances) demeurent jusqu'à la fin de l'Ancien Régime les circonscriptions administratives les plus importantes du royaume.

De Louis XIV à la Révolution : de 21 à 34 généralités

De 21 sous Louis XIV, leur nombre est porté à 34 en 1789.

Vingt-et-une généralités de pays d'élections

Parmi elles, on distingue 21 généralités de pays d'élections, subdivisées en élections : ce sont celles d'Amiens, Bordeaux, Bourges, Caen, Châlons-sur-Marne, Grenoble, Lyon, Paris, Poitiers, Riom, Rouen, Tours, organisées en 1542, celles d'Orléans et de Limoges créées en 1558, de Moulins en 1587, de Soissons en 1595, de Montauban en 1635, d'Alençon en 1636, de La Rochelle en 1694, d'Auch en 1716 et de Bayonne-Pau en 1784.

Cinq généralités de pays d'états

Quatre intendances ou cinq généralités (le Languedoc en possédant deux) de pays d'états, partagées notamment en bailliages, sénéchaussées, diocèses et vigueries : ce sont les intendances de Bourgogne (Dijon), de Languedoc (divisée en généralités de Toulouse et de Montpellier) et de Provence (Aix) créées en 1542, et celle de Bretagne (Rennes) organisée en 1689.

Huit intendances de pays d'imposition

Huit intendances de pays d'imposition sont créées dans les pays conquis et annexés depuis le règne de Louis XIV : ce sont celles de Metz (1648), de Perpignan (1660), de Besançon (1676), de Valenciennes (1678), de Strasbourg (1682), de Lille (1691), de Nancy (1737) et de Corse (1768). [L'intendance de Trévoux, créée en 1762, est supprimée en 1787.]

Pour en savoir plus, voir l'article Ancien Régime.