En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

division cellulaire

Enjambement méiotique
Enjambement méiotique

Étape de la multiplication cellulaire au cours de laquelle les deux nouvelles cellules issues de la duplication d'une cellule mère se séparent l'une de l'autre ; ensemble des processus par lesquels les cellules vivantes augmentent en nombre, avec ou sans augmentation de leur masse totale.

BIOLOGIE

La division cellulaire permet la reproduction des organismes unicellulaires ainsi que la croissance des organismes pluricellulaires.

Tout tissu animal ou végétal en cours de croissance ou de renouvellement présente, au niveau de chacune de ses cellules, l'alternance d'une longue période d'accroissement ou interphase et d'un court processus de duplication qui est ordinairement la mitose. Celle-ci assure une répartition identique des chromosomes et des autres organites entre les deux « cellules filles ». Les divisions germinales conduisant aux gamètes, ou cellules reproductrices, s'appellent méioses. Chez les plantes, l'existence d'une paroi cellulosique épaisse met fin à la division cellulaire, puis, dans un second temps, à la croissance des cellules.

Les différents types de division cellulaire

On distingue deux grands types de division cellulaire : la méiose et la mitose. La méiose donne naissance à des cellules filles différentes, chacune ne contenant qu'une moitié du stock génétique de la cellule mère. Ce type de division cellulaire ne se produit chez l'homme que dans les ovaires et les testicules ; il donne naissance aux gamètes (spermatozoïdes et ovules). La mitose conduit, en revanche, à la formation de deux cellules filles identiques en tous points à la cellule mère, exception faite de la taille.

La méiose a un déroulement complexe. Globalement, on peut la considérer comme une succession de deux mitoses. Au cours de la première, le nombre de chromosomes reste dans les cellules filles le même que dans la cellule mère. Puis, chacune des deux cellules filles subit à son tour une division, au cours de laquelle son stock chromosomique est divisé par deux. On passe donc d'une cellule diploïde (à 2n chromosomes) à quatre cellules haploïdes (à n chromosomes). Chaque ovule formé dans l'ovaire et chaque spermatozoïde formé dans le testicule possèdent un contenu chromosomique spécifique. La réunion, lors de la fécondation, d'un ovule et d'un spermatozoïde redonnera une cellule diploïde.

La mitose se déroule toujours, à quelques variations près, de la même façon chez tous les êtres vivants.

Elle s'effectue en quatre phases distinctes :

la prophase se caractérise par une condensation progressive, puis par un dédoublement des chromosomes dans le noyau de la cellule, suivi par la désagrégation de l'enveloppe nucléaire ;

la métaphase voit la formation d'un fuseau, dit fuseau achromatique, le long duquel viennent se ranger les chromosomes ;

l'anaphase se caractérise par la séparation des chromosomes en deux groupes égaux, chacun tiré par les fibres du fuseau vers les deux pôles de la cellule ;

la télophase marque la fin de la mitose, avec la formation de deux nouveaux noyaux et la séparation de la cellule mère en deux cellules filles.