En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

membrane

Enveloppe souple, sélectivement perméable, entourant un organe, une cellule ou un organite cellulaire ou qui tapisse une cavité du corps.

BIOLOGIE

Différents types de membranes

Outre la peau, les principales membranes animales sont les muqueuses limitantes des cavités digestive et génitale, l'épithélium pulmonaire, la paroi cellulaire, la membrane propre du noyau et des mitochondries. Les cellules végétales sont entourées, outre leur membrane plasmique, d'une paroi cellulosique. La membrane cellulaire joue un rôle essentiel en contrôlant l'entrée et la sortie des molécules de divers types.

Le corps humain comporte de nombreuses membranes : les méninges (3 feuillets), qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière ; les plèvres (2 feuillets), qui protègent les poumons ; le péritoine (2 feuillets), qui enveloppe les viscères abdominaux ; le péricarde (2 feuillets), qui protège le cœur ; le tympan (1 feuillet), qui se trouve au fond du conduit auditif externe. On appelle aussi membranes les trois tuniques qui enveloppent l'œil.

Une séreuse est une fine membrane tissulaire faite essentiellement de tissu conjonctif recouvert d'un endothélium. Les méninges, les plèvres, le péricarde, le péritoine sont des séreuses.

La membrane plasmique des cellules eucaryotes

Épaisse de 6 à 9 nm, la membrane plasmique délimite la cellule en séparant le cytoplasme du milieu extérieur. Elle est composée de deux couches de phospholipides dans lesquelles s'insèrent des protéines. Les membranes plasmiques règlent les échanges en eau, en espèces ioniques, en oxygène et en matière organique entre les milieux intra- et extracellulaires. De plus, elles interviennent par plusieurs processus dans les échanges intercellulaires : diffusion simple (par exemple pour l'eau et l'oxygène), diffusion facilitée au moyen de transporteurs, pour des substances qui diffuseraient peu spontanément (glucose et acides aminés), transport actif, qui permet de concentrer certains ions à l'intérieur de la cellule (potassium) et de maintenir le sodium à l'extérieur.

Ces transports actifs sont à l'origine de l'existence d'un potentiel : toutes les cellules vivantes présentent un potentiel interne négatif de quelques dizaines de millivolts, par rapport à l'extérieur. Il est fixe dans la plupart des cellules, mais peut varier chez les cellules nerveuses et musculaires, dotées d'une membrane excitable : sous l'effet d'un stimulus électrique ou chimique, l'intensité des courants de membrane dus aux transports ioniques actifs peut varier ; on peut déclencher alors une forte dépolarisation : c'est le potentiel d'action.