En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

question d'Orient

Ensemble des problèmes posés, à partir du xviiie siècle, à la diplomatie européenne par le démembrement de l'Empire ottoman et la lutte des grandes puissances pour dominer l'Europe balkanique et la Méditerranée orientale.

La Russie qui atteint la mer Noire (→ traité de Kutchuk-Kaïnardji, 1774), annexe le khanat de Crimée (1783) et progresse jusqu'au Dniestr (paix de Iaşi, 1792). Elle s'érige en protectrice des peuples slaves et des chrétiens orthodoxes. Elle veut contrôler les Détroits (ensemble formé par le Bosphore et les Dardanelles) et avoir le libre accès à la Méditerranée.

Elle se heurte aux ambitions de la Grande-Bretagne. Cette dernière a pour préoccupation majeure d'assurer la sécurité de la route des Indes. Elle s'allie à la France, qui entend conserver ses positions culturelles et commerciales au Levant, pour arrêter l'expansion russe (→ guerre de Crimée, 1854-1855) et assurer la survie de l'Empire ottoman.

Les nations balkaniques se révoltent à partir de 1815-1825. En 1830, la Serbie obtient son autonomie, la Grèce son indépendance. Puis, à l'issue de la guerre russo-turque (1877-1878), la Roumanie, la Serbie, le Monténégro accèdent à l'indépendance, tandis que la Bulgarie obtient son autonomie.

L'Autriche-Hongrie se préoccupe dès lors de contenir l'expansion russe dans les Balkans. La Grande-Bretagne impose sa domination à l'Égypte (1882), tandis que les possessions ottomanes d'Afrique du Nord sont acquises par la France.

Malgré les réformes modernisatrices, l'Empire ottoman – « l'homme malade » de l'Europe – est soumis à l'exploitation économique des grandes puissances (Grande-Bretagne, France, puis Allemagne). Au lendemain de la Première Guerre mondiale, Britanniques et Français se partagent les territoires arabes du Proche-Orient et prévoient le démembrement et l'occupation de l'Asie Mineure elle-même (→ traité de Sèvres, 1920).

Mais l'État national turc, organisé par Mustafa Kemal, s'impose par les armes et est reconnu au traité de Lausanne (1923).

Pour en savoir plus, voir les articles Empire ottoman, guerres et crises des Balkans.