En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Institut de France

Paris, l'Institut de France
Paris, l'Institut de France

Ensemble des cinq Académies : française, des inscriptions et belles-lettres, des sciences, des beaux-arts, des sciences morales et politiques.

Supprimées en 1793, les Académies furent reconstituées sous le titre Institut de France par l'article 298 de la Constitution de l'an III. La loi du 3 brumaire an IV (25 octobre 1795) lui donna son organisation. Il comprenait 312 membres, répartis en trois classes : 1° sciences physiques et mathématiques ; 2° sciences morales et politiques ; 3° littérature et beaux-arts. L'arrêté consulaire du 3 pluviôse an XI (23 janvier 1803) supprima la deuxième classe et divisa la troisième en trois : langue et littérature françaises ; histoire et littérature anciennes ; beaux-arts. L'ordonnance royale du 21 mars 1816 réorganisa l'Institut en quatre classes : Académie française, Académie des inscriptions et belles-lettres, Académie des sciences, Académie des beaux-arts. Une dernière ordonnance (26 octobre 1832) y ajouta l'Académie des sciences morales et politiques.

De 1795 à 1806, l'Institut reprenant les traditions des anciennes, siège au Louvre. À cette dernière date, il est installé dans les bâtiments de l'ancien collège des Quatre-Nations, quai Conti, à Paris, où il se trouve encore. La chapelle a été transformée par Léon Vaudoyer en salle des séances ; c'est là que se tiennent les séances publiques annuelles, une pour chaque Académie et une commune aux cinq Académies, le 25 octobre ; c'est là qu'ont lieu les réceptions des membres de l'Académie française. Les dépenses de l'Institut relèvent du budget de l'Éducation nationale. Par les fondations qui lui sont faites, l'Institut a une fortune dont il dispose selon les volontés des fondateurs. En 1886, le duc d'Aumale lui a fait donation du domaine de Chantilly, à charge d'entretenir les collections d'art du musée de Condé ; en 1903, M. J. Siegfried du château de Langeais ; en 1912, Nélie Jacquemart-André du château de Chaalis, de son hôtel à Paris et des collections qu'ils contiennent. La fondation Thiers dépend de l'Institut.