En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Isère (38)

Grenoble
Grenoble

Département de la Région Rhône-Alpes.
Le département appartient à l'académie et à la cour d'appel de Grenoble, à la zone de défense Sud-Est.

  • Chef-lieu de département : Grenoble
  • Chefs-lieux d'arrondissements : La Tour-du-Pin, Vienne
  • Nombre d'arrondissements : 3
  • Nombre de cantons : 58
  • Nombre de communes : 533
  • Superficie : 7 431 km2
  • Population : 1 206 374 hab. (recensement de 2010)
  • Nom des habitants : Isérois

L'Isère associe deux ensembles physiques nettement différenciés : alpin au S.-E., rhodanien au N.-O. La partie alpine est composée de deux lignes de relief N.-S. : les massifs du Pelvoux, des Grandes Rousses et de Belledonne à l'E., où dominent les masses cristallines des « massifs centraux », les massifs préalpins calcaires de la Chartreuse et du Vercors à l'O. Ces deux lignes encadrent la terminaison méridionale du Sillon alpin : dépression du Grésivaudan et plateaux du Drac. Ces reliefs sont aérés par de grandes vallées (sculptées par les glaciers quaternaires) qui en facilitent la pénétration et ont offert, au confluent du Drac et de l'Isère, un site idéal au développement de Grenoble. Le climat toujours frais et humide se traduit par un fort enneigement hivernal (surtout dans les Préalpes), tandis que, dans les vallées, le contraste adret-ubac prend toute son ampleur. La partie rhodanienne du département englobe les collines et les plateaux du bas Dauphiné. C'est un avant-pays montagnard au relief confus, sculpté dans les terrains détritiques des Alpes arrachés par les glaciers : terrains morainiques argilo-sableux. Il en résulte une mosaïque de sols d'inégale valeur : assez meubles et épais dans les dépressions, minces et médiocres sur les interfluves.

La rudesse du climat, la qualité très inégale des terres ont perpétué une polyculture tardive. Ce n'est qu'en fonction de la croissance des marchés urbains que s'est réalisée une meilleure adaptation aux conditions naturelles. L'élevage bovin et l'exploitation forestière dominent dans la Chartreuse et le Vercors, les cultures de la vigne et des arbres fruitiers dans la vallée du Rhône, en aval de Lyon et dans le Grésivaudan, où elles sont associées aux céréales, au tabac et à l'élevage bovin.

Pauvre en matières premières, à l'exception du calcaire à ciment de la cluse de Voreppe et de l'anthracite de La Mure, le département a disposé, cependant, assez tôt d'une tradition manufacturière, complémentaire du travail agricole : travail du cuir, de la soie. Mais c'est avec la révolution de l'hydroélectricité (la « houille blanche »), née ici à la fin du xixe s., que s'est opérée la première expansion industrielle. L'énergie a fixé, à une époque où l'on savait mal la transporter, des industries fortement consommatrices : papeterie, électrochimie, électrométallurgie. L'équipement des sites, l'utilisation de l'énergie ont donné à Grenoble une vocation de métropole de la houille blanche (métallurgie, matériel électrique, mécanique, laboratoires, université). Lorsque l'électricité est devenue transportable, une mutation s'est opérée vers des productions à haute valeur ajoutée ou de pointe, grâce encore au rôle moteur de Grenoble. La région de Grenoble devrait bénéficier du développement du pôle de compétitivité mondial Mineralogic, créé autour de la microélectronique et des solutions miniaturisées intelligentes.

Tandis que, à l'autre extrémité du département, Vienne, vieille cité textile, diversifiait ses activités, dans l'orbite lyonnaise, ce sont cette régénérescence presque continue de l'industrie et surtout la croissance de l'agglomération grenobloise (longtemps la plus élevée de France) qui expliquent le dynamisme démographique du département, à la fois lieu d'un puissant exode rural et foyer intense d'immigration, et qui est le deuxième département le plus peuplé de la région Rhône-Alpes, après le département du Rhône. Cette agglomération, qui concentre près de la moitié de la population de l'Isère, constitue la métropole de l'ensemble des Alpes du Nord.

Le tourisme anime localement la montagne (l'Alpe-d'Huez, Chamrousse, Autrans, les Deux-Alpes, Villard-de-Lans, etc.).

Trois parcs naturels sont situés en partie dans le département : le parc national des Écrins, le parc naturel régional du Vercors et le parc naturel régional de la Chartreuse.