En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Accords et difficultés de on

 on

pronom indéfini ou pronom personnel

(ancien français home, homme, du latin homo)



Orthographe
Dans une phrase interrogative, on se lie par un trait d'union au verbe dont il est le sujet : peut-on entrer ? ; va-t-on rester ?

Emploi
  1. On, sens indéfini (= quelqu'un, tout le monde, quiconque) : on a volé trois tableaux au musée municipal ; on croit à tort que c'est facile ; ce n'est pas ce que je voulais dire, on l'aura compris. Emploi usuel et correct.

    Dans cet emploi, on est repris par se, soi dans une même proposition : comme on se retrouve ! ; on ramène tout à soi. « On a souvent besoin d'un plus petit que soi » (La Fontaine). - Il peut également être repris par nous ou par vous dans une proposition différente : « Qu'on hait un ennemi quand il est près de nous » (Racine). « Quand on se plaint de tout, il ne vous arrive rien de bon » (J. Chardonne).

    Le possessif correspondant est son, sa, ses : on arrive, on accroche son manteau ou sa veste et on salue ses collègues.
  2. On employé pour nous :on est allés au cinéma avec des amis ; nous, on n'est pas d'accord. Emploi très courant dans l'expression orale non surveillée.
    recommandation
    Dans l'expression soignée, en particulier à l'écrit, préférer nous : nous sommes allés au cinéma avec des amis ; nous, nous ne sommes pas d'accord.


    Dans l'emploi familier, le possessif correspondant est notre, nos : on s'est occupé de notre jardin et de nos fleurs.
  3. On employé pour tu ou pour vous : « Eh bien ! petite, est-on toujours fâchée ? » (G. de Maupassant). Emploi courant dans l'expression orale et impliquant un certain degré de familiarité entre la personne qui parle et celle à qui elle s'adresse. Peut également marquer la condescendance ou le mépris : alors, on a voulu faire le malin ?
    remarque
    Nous connaît un emploi comparable. → nous



    Le possessif correspondant est son, sa, ses : alors, on est tout seul, on fait son repassage, sa popote, ses petites courses ?
  4. On employé pour je :on a tenté dans le présent ouvrage de brosser un tableau d'ensemble de l'économie contemporaine. C'est le on de modestie, utilisé surtout dans l'expression soignée, en particulier à l'écrit.
    remarque
    Nous connaît un emploi comparable. → nous



    Le on de modestie est parfois utilisé par plaisanterie dans l'expression orale courante : « Tu sais qui a dit ça ? - Qu'est-ce que tu crois, on a des lettres ! » - Le possessif correspondant est son, sa, ses : « Il paraît que tu les as beaucoup impressionnés. - Eh oui, on fait toujours son petit effet ! »
  5. On / l'on.

    Dans l'expression soignée, l'on remplace on pour des raisons d'euphonie après et, ou, où, que, à qui, à quoi, si  : savoir où l'on va; si l'on considère ce à quoi l'on doit s'attendre.
    Mais l'on doit être remplacé par on dans le cas d'allitérations peu élégantes : si on le lui disait (et non : *si l'on le lui disait).

    L'on est utilisé à discrétion par certains auteurs (hormis les cas mentionnés à l'alinéa ci-dessus) sans que cet emploi constitue une faute.

    Après que, et devant un verbe commençant par con-, com-, il est préférable d'utiliser l'on  : il faut que l'on comprenne (mieux que : il faut qu'on comprenne).

    L'on en tête de phrase est une tournure vieillie : l'on ne saurait mieux dire.
  6. Répétition de on. On doit être répété devant chacun des verbes dont il est le sujet : on mange, on boit et l'on s'amuse. En revanche, cette répétition est fautive si on correspond à des sujets distincts ; on dira donc : nous avons pris ce qu'on nous a donné, et non : *on a pris ce qu'on nous a donné.

Accord
L'adjectif ou le participe passé attribut de on prend le genre et le nombre du sujet que ce pronom représente.
Quand on est employé comme indéfini (= quelqu'un, tout le monde, quiconque), l'accord se fait au masculin singulier : à quinze ans, on est encore naïf.

Quand on remplace je, tu ou vous, il ou elle, ils ou elles nous, l'accord se fait en genre et en nombre avec le sujet représenté par on  : on est arrivés ce matin ; on n'est pas sûre de soi ? ; alors, on est contentes ?

Le Petit Larousse 2017 sur iPhone

  • Plus de 63 000 mots et 28 000 noms propres
  • 2 000 photos, dessins, cartes
  • Les célèbres pages roses
  • Une aide aux jeux de lettres
  • Le jeu du dictionnaire pour s’amuser à retrouver la bonne définition d’un mot.
  • 9 000 citations d’auteurs français et étrangers
  • 6 000 articles pratiques pour déjouer les pièges de la langue

Télécharger sur l'AppStore pour 9,99 €

Cette application est universelle, une fois achetée, vous pouvez l'installer sur votre iPhone, iPod Touch ou iPad sans frais supplémentaires pour une interface adaptée à chaque appareil. Cette application s’installe complètement et ne nécessite aucune connexion Internet (sauf pour les sons).

Apple, le logo Apple, iPad, iPhone, iPod, iTunes sont des marques d’Apple Inc., déposées aux États­Unis et dans d’autres pays.