À Reggio Emilia, au mois de janvier, Ehlvest a gagné devant Ivantchouk, alors que Karpov terminait troisième. À Hastings, au même moment, Dolmatov l'emportait, en devançant Spragett et Nikolic. En février, à Cannes, lors du match France-Pays-Bas (23,5 à 26,5), Lautier a réalisé sa troisième et dernière norme de grand maître. À 16 ans, il est ainsi devenu le plus jeune titré. Pendant ce temps, à Linares (Espagne), Kasparov brillait en terminant premier devant Gelfand, Salov et Ivantchouk, respectivement deuxième, troisième et quatrième.

On prend les mêmes...

En mars, à Kuala Lumpur (Malaysia), Karpov a battu Timman sur le score de 6,5 points à 2,5. Cette victoire lui a permis de se qualifier pour le championnat du monde, où il devait affronter Kasparov pour la cinquième fois.

À Lyon, en avril, Lautier s'est distingué en remportant facilement le zonal, ce qui lui a permis de préserver ses chances de disputer le championnat du monde de 1993.

L'Américain Seïrawan a créé la surprise au mois de mai en finissant détaché à Haningue (Suède), où il a devancé Ehlvest et Karpov. Au même moment, Kortchnoï montrait que le vieux loup avait encore des dents : à Rotterdam, il gagnait un tournoi à quatre joueurs à l'issue duquel Gurevitch terminait deuxième, Timman troisième et Short dernier.

42 des 100 premiers joueurs mondiaux se sont affrontés en juin à Moscou dans un tournoi parrainé par l'Association des grands maîtres (GMA). Speelman, Gurevitch, Khalifman, Azmajparasvili et Bareev se sont partagé la première place. Tous, ainsi que Beliavsky, Portisch, De Firmian, Chandler, Seïrawan, Nikolic et Georgiev se sont qualifiés pour la deuxième coupe du monde 1991-1992. Ils doivent être rejoints par les supers-GMI (Kasparov, Karpov, Ljubojevic...).

L'Interzonal nouvelle formule s'est déroulé à Manille au mois de juillet. À la différence de ce qui se passait auparavant, lorsque plusieurs Interzonaux permettaient de qualifier chacun deux joueurs, les organisateurs avaient prévu cette fois un grand open de 64 joueurs à l'issue duquel seuls les onze premiers devaient poursuivre le cycle du championnat du monde. Gelfand et Ivantchouk l'ont emporté. Lautier, qui était bien parti, a faibli en milieu de tournoi ; il a terminé 29e. Il devait déjà songer au championnat de 1996...

Mais, pour celui de 1993, les matches des candidats opposeront dès le début de 1991 Timman à Hübner, Ivantchouk à Youdasin, Gelfand à Nikolic, Kortchnoï à Sax, Short à Speelman, Dolmatov à Youssoupov et Dreev à Anand. En quart de finale, Karpov viendra les rejoindre et l'un de ces quinze joueurs rencontrera Kasparov en 1993.

Fin juillet, à Bienne (Suisse), lors de son dernier tournoi avant son match contre Kasparov, un Karpov en grande forme a gagné détaché devant Andersson. Lautier, mal remis de son échec dans l'Interzonal, terminait à la dernière place. En août, à Amsterdam, Beliavsky a remporté un tournoi de vétérans devant Portisch et Kortchnoï.

À Angers, lors du championnat de France, Marc Santo Roman a surpris tout le monde en s'imposant devant Koch et Mirallès, Spassky, ex-champion du monde, ex-champion d'URSS, ex-champion du monde juniors, meilleur ELO du tournoi et seul grand maître, n'a pu terminer qu'à la quatrième place.

Kamsky (16 ans) a créé la sensation à Tilburg (Pays-Bas) en septembre, en partageant la première place du plus fort tournoi de l'année avec Ivantchouk. Gelfand a été troisième et Short quatrième. Les jeunes remplacent progressivement les Portisch, Polougajevsky, Smyslov et autres GMI déclinants...

La fin de l'année a été marquée par le championnat du monde qui a opposé une fois encore Kasparov à Karpov. Les douze premières parties se sont jouées en octobre à New York. C'est sur le score de 6 points partout que les deux adversaires se sont retrouvés à Lyon, où Kasparov a fini par s'imposer, après 24 parties, 12,5 à 11,5, montrant que l'écart de force était minime. Après 155 rencontres, Kasparov ne mène en effet que de deux petits points.

Sans les deux « K » mobilisés pour leur tête-à-tête, l'URSS a survolé les olympiades de Novi Sad. Elle a devancé les États-Unis et l'Angleterre. La France a terminé à une place − la quinzième − qui correspond au classement de ses joueurs. Dans ce tournoi, Prié a réalisé sa première norme de GMI. avec Mirallès, qui détient deux normes dont une enlevée à Marseille en juillet, il sera probablement grand maître dans les deux ans qui viennent.