Ukraine : population et activités économiques

Kiev, Dniepr
Kiev, Dniepr

L'Ukraine vit surtout de l'agriculture (blé, maïs, sucre, orge) et d'une industrie principalement extractive (charbon, fer) qui nourrit le secteur sidérurgique. La population, composée pour un cinquième de Russes, est relativement urbanisée. Son accroissement naturel est quasiment nul.

1. La population

À la diversité des paysages de l'Ukraine correspond celle de son peuplement. Alors qu'à l'est, le Donbass industriel est peuplé de Russophones (22 %), l'Ukraine occidentale est, autour de Lviv, une région beaucoup plus influencée par l'Europe centrale. Foyer de naissance de la Russie, qui l'a délaissée par la suite, l'Ukraine – le mot signifie « confins » en russe – a été longtemps méprisée et considérée comme simple « marche » de l'Empire russe. L'identité nationale s'est ainsi construite en réaction contre cette attitude du pouvoir central russe, dont la langue est encore majoritaire dans les grandes villes. L'unité du pays ne semble pas franchement menacée par cette présence russe, surtout depuis la reconnaissance officielle, par la Russie, des frontières ukrainiennes : les velléités indépendantistes de la Crimée semblent désormais écartées.

La population se concentre principalement sur le Dniepr, où se situe la capitale, Kiev, et au-delà, dans l'est du pays, où plusieurs autres villes dépassent le million d'habitants (Kharkiv, Odessa, Donetsk, Dnipropetrovsk) et où vit surtout la minorité russe. Celle-ci représente environ 20 % de la population totale.

Sur le plan démographique, l'Ukraine, comme la plupart des républiques slaves de l'ex-U.R.S.S., voit sa population décliner, en raison de la baisse du niveau de vie, de la baisse de la natalité et de l'augmentation de la mortalité masculine (l'espérance de vie à la naissance pour les hommes n'est que de 64 ans) et de celle de la mortalité infantile. Les services de santé, autrefois performants, se détériorent, tandis que le nombre de malades atteints de diphtérie et de tuberculose s'accroît. Les apports de l'immigration en provenance de l'ex-U.R.S.S. (retour des Tatars de Crimée, déportés par Staline) se tarissent, alors que l'émigration économique est en nette augmentation.

2. L'urbanisation

L'Ukraine possède un solide réseau urbain : Kiev, la capitale millénaire – où fut fondé le royaume de Kiev, berceau du peuple russe –, compte 2,6 millions d'habitants et associe culture et éducation (université et centres de recherche) à la technologie de pointe (complexe militaro-industriel). Kharkiv, la ville ouvrière russe, possède 1,5 million d'habitants mais subit plus que toute autre l'éclatement de l'U.R.S.S. : la proximité de la frontière russe l'a privée d'une grande partie de sa zone d'attraction.

De nombreuses stations balnéaires (Yalta, Feodossia) jalonnent le littoral de la mer Noire (la « riviera criméenne »), qui jouit d'un climat méditerranéen. Sébastopol est le principal port d'attache de la flotte de guerre.

Les principales villes d'Ukraine

Les principales villes d'Ukraine

Ville

Nombre d'habitants

Kiev

2 829 300 habitants

Kharkiv

1 470 902 habitants

Dnipropetrovsk

1 065 008 habitants

Odessa

1 029 049 habitants

Donetsk

1 016 194habitants

Zaporijjia

815 256 habitants

Lviv

732 818 habitants

Kryvyï Rih

668 980 habitants

Mikolaïv

514 136 habitants

3. L'agriculture

Sous un climat continental aux hivers modérément froids et aux étés chauds et humides, le territoire se caractérise par des sols noirs (tchernozems), très fertiles. Près d'un quart de la population active travaille dans l'agriculture. L'Ukraine est un grand producteur de céréales (maïs, blé, orge), de betterave à sucre, de tournesol, de pomme de terre, de sucre auxquels s'ajoutent fruits, légumes et vignes vers le sud. L'élevage (bovin et porcin) fournit une production équivalente en valeur à celle des productions végétales. Cette agriculture intensive est la base d'une puissante industrie agro-alimentaire. L'Ukraine est le troisième exportateur mondial de maïs, derrière les États-Unis et le Brésil.

4. L'industrie

4.1. Des ressources minérales abondantes et variées

Le développement industriel est fondé sur la présence de ressources minérales abondantes et variées. Le gisement du Donbass fournit du charbon. Celui de Kryvyï Rih et celui, moins important, de la presqu'île de Kertch, à l'extrémité orientale de la presqu'île de Crimée, fournissent du minerai de fer. Outre le riche gisement de manganèse de Nikopol, sur le Dniepr inférieur, le sous-sol ukrainien contient du sel gemme (Sloviansk), du sulfure de mercure, du graphite dans la vallée du Boug moyen, des phosphorites.

4.2. Le bassin minier du Donbass

Le bassin minier du Donbass s'étend en majeure partie en Ukraine. Le massif se compose de deux anticlinaux O.-N.-O. - E.-S.-E. et de deux synclinaux dans le carbonifère moyen, où se trouvent les couches les plus abondantes, atteintes aisément par des forages à travers la couverture tertiaire. Ainsi défini, il s'étend sur plus de 60 000 km2, soit plus de 600 km d'ouest en est, de 70 à 170 km du nord au sud. Le tiers de la production comme des réserves se compose d'anthracites. Du Donbass sont extraits du charbon, dont une grande partie est utilisée sur place pour la fabrication de coke, la carbochimie et la fourniture d'électricité.

4.3. La dépendance énergétique à l'égard de la Russie

Les gisements de gaz naturel (Dachava, dans la région du Dniestr supérieur, Chebelinka, au sud de Kharkov) sont restreints et les réserves de pétrole s'épuisent : l'Ukraine est devenue fortement dépendante de la Russie sur le plan énergétique. La forte hausse des prix des hydrocarbures russes pèse considérablement sur la balance commerciale. Les hydrocarbures de Sibérie occidentale approvisionnent aujourd'hui les raffineries de Lyssytchansk et de Krementchouk. Si le développement industriel de l'Ukraine est ancien et très important, il avait été organisé pour les besoins de l'U.R.S.S. et de la Russie. La forte intégration de l'ancienne République socialiste soviétique d'Ukraine au complexe militaro-industriel soviétique constitue aujourd'hui un grand atout pour le pays indépendant, malgré des reconversions devenues indispensables.

4.4. L'équipement hydroélectrique du Dniepr

L'équipement hydroélectrique du Dniepr s'est effectué sous la forme d'escaliers de centrales, comme sur la Volga. D'aval en amont, on recense la centrale et le barrage-réservoir de Kakhovka, puis la centrale géante du Dnieprogues, celle de Dnipropetrovsk en aval du barrage du même nom, celle de Krementchouk, enfin celle de Kiev en amont de la ville. Les eaux, notamment celles du barrage de Kakhovka, servent également à l'irrigation et au ravitaillement en eaux urbaines et industrielles. Chaque réservoir est devenu un centre de loisirs et de vacances.

4.5. Les fabrications lourdes

La structure de l'industrie est fortement marquée par les fabrications lourdes. Première base charbon-acier du pays, la région industrielle du Donets-Dniepr est formée de deux grandes concentrations industrielles économiquement et techniquement complémentaires :
– d'une part le Donbass, sur lequel se développent la sidérurgie, les constructions mécaniques (équipement minier, gros outillage industriel, matériel ferroviaire) et des industries chimiques de base (Donetsk et Louhansk sont les principaux pôles industriels) ;
– d'autre part l'axe industriel établi sur et près des rives du Dniepr, de Dnipropetrovsk à Krivoï-Rog.

L’industrie lourde est encore importante (elle représente 40 % des exportations et 28 % de la production industrielle) mais peu compétitive. La sidérurgie livre des aciers électriques et des aciers spéciaux. S'y ajoutent la métallurgie des non-ferreux (aluminium) et les constructions mécaniques (équipement industriel, machines-outils, moteurs, matériel agricole).

4.6. Les différentes régions industrielles

Au Nord de l'Ukraine industrielle, Kharkiv est un grand centre de constructions mécaniques (tracteurs, matériel de transport) et un nœud ferroviaire sur l'axe reliant le Donbass à la Russie centrale.

Moins urbanisée et industrialisée, l'Ukraine occidentale compte quelques grands centres industriels dont le profil d'activité est plus différencié. C'est le cas de la capitale, Kiev, qui associe à la fabrication des biens d'équipement les industries légères et alimentaires, de Lviv (matériel de transport), de Vinnytsia, de Jytomyr, dont l'essor industriel a été rapide depuis les années 1950.

4.7. La façade maritime et les ports

L'Ukraine a une large façade maritime et quelques grands ports, qui sont aussi d'importants centres industriels. Odessa, dont l'activité industrielle est très diversifiée, demeure le principal port de la mer Noire, suivie par Mykolaïv et Kherson, à l'embouchure du Dniepr. Sur le littoral de la mer d'Azov, Marioupol et Berdiansk sont étroitement liés au Donbass. Ils en reçoivent le charbon et ils importent par mer et transforment le minerai de fer de Crimée (presqu'île de Kertch).

5. Les relations extérieures

La frontière maritime entre l'Ukraine et la Roumanie, dans la mer Noire, a été établie en 2009 par la Cour internationale de justice de La Haye. L'Ukraine a obtenu 2 700 km2 du plateau continental, qui recèle de grands gisements de gaz.

Le commerce extérieur de l'Ukraine s'effectue surtout avec l'Union européenne (12,9 milliards d'euros d'exportations, 24,8 milliards d'euros d'importations) et avec la Russie (12,3 milliards d'euros d'exportations, 11,9 milliards d'euros d'importations en 2012). Le pays est lourdement endetté.

6. Les sites d'Ukraine classés à l'Unesco

Plusieurs sites d'Ukraine sont classés au patrimoine mondial de l'Unesco :
Kiev : cathédrale Sainte-Sophie et ensemble des bâtiments monastiques et la laure de Kievo-Petchersk ;
Lviv : ensemble du centre historique ;
– arc géodésique de Struve ;
– forêts primaires de hêtres des Carpates et forêts anciennes de hêtres d’Allemagne ;
– résidence des métropolites de Bucovine et de Dalmatie ;
– Tserkvas en bois de la région des Carpates ;
– cité antique de Chersonèse Taurique et sa chôra.

Pour en savoir plus, voir l'article géographie physique de l'Ukraine.